Les forces marocaines « tuent trois Algériens » | Jeune témoin

L’Algérie affirme que trois de ses civils ont été tués dans un bombardement marocain à la frontière entre la Mauritanie et le Sahara occidental contesté, et prévient qu’il ne restera pas impuni.

L’incident de lundi souligne les risques croissants entre les puissants rivaux nord-africains après des mois de conflit – des relations déchirées au Sahara occidental.

« Plusieurs éléments indiquent que les forces d’occupation marocaines ont été impliquées dans un lâche massacre au Sahara occidental », a déclaré la présidence algérienne.

Il a ajouté que le trio s’était rendu en camion en Mauritanie pour le commerce.

Les responsables marocains n’ont fait aucun commentaire dans l’immédiat.

Après que des images du véhicule incendié se soient propagées sur les réseaux sociaux mardi, la Mauritanie a déclaré qu’il n’y avait pas eu d’explosion sur son sol.

L’Algérie est l’hôte et le principal soutien du Front Polisario, qui revendique l’indépendance du Sahara occidental vis-à-vis du Maroc, qui couvre la majeure partie du territoire et le considère comme le sien.

L’année dernière, à la suite d’un incident près du poste frontière entre le Sahara occidental et la Mauritanie, Policario a annoncé la reprise de sa lutte armée contre le Maroc après un cessez-le-feu de trois décennies.

Cependant, malgré les rapports de la police et des médias algériens faisant état d’attaques contre des cibles marocaines, des responsables à Rabat affirment que le cessez-le-feu de 1990 se poursuivra et que seules des mesures militaires seront prises en représailles aux attaques.

Il a coupé les approvisionnements en gaz et coupé son espace aérien aux vols marocains.

Le Maroc a déclaré que les allégations étaient fausses et absurdes, affirmant qu’il était injuste de rompre les liens avec l’Algérie et que l’Algérie était la principale partie dans le conflit du Sahara occidental.

Presse australienne associée

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.