Les hommes d'affaires du Nord estiment que « l'économie est de nouveau sur les rails » – Irish News

Deux entreprises nordiques sur trois (64 %) estiment que leur chiffre d'affaires s'améliorera au cours des 12 prochains mois malgré les défis économiques persistants auxquels elles sont confrontées.

Et ce, même si un peu plus d’une personne sur cinq (22 %) admet qu’elle trouve les conditions difficiles, répartie entre 14 % qui couvrent tout juste leurs coûts, 6 % qui « ont du mal » et 2 % qui affirment être « au bord de l’effondrement ». .

Sept entreprises sur dix, toutes tailles confondues, recrutent actuellement activement, les candidats potentiels citant, outre une rémunération compétitive, la santé mentale, le bien-être et les programmes de travail hybrides comme principales raisons de délocalisation.

Ces chiffres sont inclus dans la dernière enquête économique trimestrielle (QES) de la Chambre de commerce NI et du consultant en affaires BDO, qui a interrogé 168 entreprises employant au total 21 300 personnes.

Dans l'ensemble, la plupart des indicateurs clés étaient positifs dans le dernier rapport, analysé pour le compte des auteurs par l'économiste indépendante Maureen O'Reilly.

Deux personnes interrogées sur cinq pensent que l'économie nordique va croître cette année (même si 39 % craignent qu'elle se contracte), tandis que la part des entreprises qui ont enregistré de bons ou raisonnablement bons résultats au cours des trois derniers mois de l'année dernière s'est élevée à 78 %.



Dans le cadre d'une question ouverte, les répondants ont été invités à partager leurs questions les plus importantes pour l'année à venir. Les réponses les plus populaires comprenaient la réduction des taux d'imposition des entreprises, le retour d'un PDG de Stormont et le soutien à l'emploi, ainsi que la réduction des coûts énergétiques et l'amélioration de la sécurité énergétique.

READ  Les chefs d'entreprise ont appelé à une action décisive sur les passeports britanniques pour le virus COVID-19

Dans le même ordre d'idées, lorsqu'on leur a demandé d'indiquer leurs principales préoccupations pour l'année à venir, les entreprises ont cité les implications des coûts d'exploitation élevés, du personnel, du manque de cadre et du manque de demande.

Susan Wylie, PDG de NI Chamber, s'est dite « encouragée » par le fait que la majorité des sociétés membres commencent la nouvelle année civile avec des attentes aussi optimistes.

Mais elle a prévenu : « Il est également clair que pour réaliser leur potentiel de croissance, les entreprises ont un ensemble d’exigences claires et urgentes, qui doivent être mises en œuvre à la fois par un gouvernement de Westminster et par un exécutif rétabli.

« 2024 doit donc être l’année où la question de la hausse des coûts et des impôts des entreprises sera abordée de manière à ouvrir la porte à une croissance durable.

« Avec les états financiers du printemps attendus le 6 mars et la possibilité de restaurer le pouvoir exécutif, si nous le faisons correctement, le début de 2024 pourrait être un tremplin pour la croissance. En tant qu'hommes d'affaires, nous devons travailler avec les décideurs politiques pour garantir que cet objectif soit atteint.

Brian Murphy, associé directeur de BDO NI, a ajouté :  » Ces résultats montrent clairement des perspectives positives pour les entreprises locales. Avec 78 % des entreprises locales performantes et les deux tiers des entreprises locales s'attendent à une croissance de leur activité en 2024, il y a de bonnes raisons de optimisme après une période incertaine et difficile pour beaucoup.

« Cette confiance dans les performances commerciales représente une augmentation significative par rapport à l'année dernière et, si elle est atteinte, elle stimulera sans aucun doute la croissance de l'ensemble de la région.

READ  La course à l'hydrogène vert - International PV Magazine

« Il est inquiétant que des défis subsistent en termes de personnel, ce qui fait que 49 % des entreprises fonctionnent actuellement en dessous de leur capacité. Mais nous pouvons nous inspirer du fait que 70 % d'entre elles ont déclaré qu'elles prévoyaient de créer et de pourvoir des emplois en 2024, sur la base des besoins actuels. . » Et une plus grande confiance.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *