Les législateurs américains ont été indignés après que Huawei ait dévoilé un ordinateur portable doté d'une nouvelle puce Intel AI

WASHINGTON (Reuters) – Les législateurs républicains américains ont critiqué vendredi l'administration Biden après que le géant chinois des équipements de télécommunications sanctionné Huawei a dévoilé cette semaine un ordinateur portable alimenté par une puce Intel AI.

Les États-Unis ont placé Huawei sur leur liste de restrictions commerciales en 2019 pour violation des sanctions contre l'Iran, dans le cadre d'un effort plus large visant à restreindre les progrès technologiques de Pékin. Être coté signifie que les fournisseurs de l'entreprise doivent rechercher une licence spéciale, difficile à obtenir, avant d'y expédier leurs produits.

سمح أحد هذه التراخيص، الصادرة عن إدارة ترامب، لشركة إنتل بشحن المعالجات المركزية إلى شركة هواوي لاستخدامها في أجهزة الكمبيوتر المحمولة منذ عام 2020. وقد حث المتشددون في الصين إدارة بايدن على إلغاء هذا الترخيص، لكن الكثيرين قبلوا على مضض أنه سينتهي في وقت لاحق من cette année. Il n'est pas renouvelé.

Huawei dévoile jeudi son premier ordinateur portable IA, le MateBook

« L'un des plus grands mystères à Washington, D.C., est la raison pour laquelle le département du Commerce continue d'autoriser l'expédition de technologie américaine à Huawei », a déclaré le député républicain Michael Gallagher, qui préside la commission spéciale de la Chambre sur la Chine, dans une déclaration à Reuters.

Une source proche du dossier a déclaré que les puces avaient été expédiées sous une licence préexistante. Ces restrictions ne sont pas incluses dans les récentes restrictions généralisées imposées sur les expéditions de puces d'intelligence artificielle vers la Chine, ont indiqué la source et une autre personne.

Le ministère du Commerce et Intel ont refusé de commenter. Huawei n'a pas immédiatement répondu aux demandes de commentaires.

READ  Les développeurs de Diablo 4 donnent un indice important sur le niveau de vache très recherché

Cette réaction est le signe d'une pression croissante sur l'administration Biden pour qu'elle fasse davantage pour contrecarrer la montée en puissance de Huawei, près de cinq ans après son ajout à la liste des restrictions commerciales.

En août, il a choqué le monde avec un nouveau téléphone alimenté par une puce avancée fabriquée par la société chinoise de fabrication de puces sanctionnée SMIC, devenant ainsi un symbole de la renaissance technologique de la Chine malgré les efforts continus de Washington pour paralyser sa capacité à produire des semi-conducteurs avancés.

Lors d'une audience d'une sous-commission sénatoriale cette semaine, Kevin Kurland, responsable de l'application des règles d'exportation, a déclaré que les restrictions imposées par Washington à Huawei avaient eu un « impact significatif » sur son accès à la technologie américaine. Il a également souligné que l’objectif n’était pas nécessairement d’empêcher Huawei de croître, mais plutôt de l’empêcher d’utiliser à mauvais escient la technologie américaine pour des « activités malveillantes ».

Mais ces déclarations n'ont pas réussi à apaiser la frustration des faucons républicains en Chine après l'annonce du nouvel ordinateur portable de Huawei.

« Ces approbations doivent cesser », a déclaré le député républicain Michael McCaul dans une déclaration à Reuters. « Il y a deux ans, on m'avait annoncé que les licences accordées à Huawei cesseraient. Aujourd'hui, la politique ne semble pas avoir changé. »

(Reportage d'Alexandra Alper et Karin Freefield ; édité par Leslie Adler et Stephen Coates)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *