Les législateurs de l’opposition en Inde ont protesté contre la décision du gouvernement de suspendre leur mandat au Parlement.

New Delhi – Des dizaines de députés de l’opposition suspendus du Parlement par le gouvernement du Premier ministre indien Narendra Modi pour entrave aux procédures ont organisé jeudi une manifestation de rue, accusant le gouvernement d’étouffer la démocratie dans le pays.

Ils ont brièvement défilé devant le Parlement à New Delhi derrière une immense banderole sur laquelle on pouvait lire « Sauvez la démocratie » et brandissant des pancartes sur lesquelles on pouvait lire « La démocratie est en danger ». La suspension est intervenue au moment où les législateurs devaient discuter du projet de loi controversé sur la réforme pénale.

Plus de 140 députés de l’opposition ont été suspendus au Parlement la semaine dernière pour avoir exigé une déclaration du ministre de l’Intérieur, Amit Shah, sur la faille de sécurité survenue le 13 décembre lorsque deux intrus sont entrés par effraction dans la salle en sautant du salon des visiteurs et en émettant des émissions. fumée jaune. Des bombes. Ils ont semé la panique parmi les législateurs et perturbé les procédures parlementaires.

L’un des intrus a sauté d’un siège à un autre avant d’être maîtrisé par certains législateurs et membres du personnel de sécurité, puis arrêté. La police a également arrêté plusieurs de leurs partenaires devant le Parlement. Les pirates ont affirmé qu’ils voulaient souligner l’intérêt du gouvernement pour le taux de chômage élevé du pays.

Les représentants de l’opposition ont exigé un débat au Parlement sur les atteintes à la sécurité, mais ont été accusés de provoquer le chaos.

Sharad Pawar, un haut dirigeant de l’opposition, a déclaré que l’action du gouvernement représentait la suspension la plus élevée jamais vue de législateurs lors d’une session parlementaire.

READ  Le Premier ministre suédois Löfven risque la défaite à l'approche d'un vote de défiance

Le chef du Congrès, Mallikarjun Kharge, a déclaré : « Si le Premier ministre et le ministre de l’Intérieur ne parlent pas au Parlement, où parleront-ils ?

Les dirigeants du gouvernement ont demandé aux membres de l’opposition d’attendre les résultats de l’enquête ouverte pour enquêter sur cette faille de sécurité. L’opposition a bloqué les travaux du Parlement pendant plusieurs jours en brandissant des slogans antigouvernementaux et en brandissant des banderoles à l’intérieur de la salle.

Il est désormais interdit aux députés arrêtés d’entrer dans la salle du Parlement. La suspension se poursuivra jusqu’à vendredi, date à laquelle se terminera la session d’hiver actuelle du Parlement.

Le gouvernement du Parti nationaliste hindou au pouvoir a poursuivi ses travaux législatifs malgré la suspension des législateurs, notamment en adoptant trois projets de loi visant à réformer les lois pénales.

Droit d’auteur 2023 La Presse Associée. Tous droits réservés. Ce matériel ne peut être publié, diffusé, réécrit ou redistribué sans autorisation.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *