Les Nations Unies affirment que les plans des principaux producteurs de combustibles fossiles dépassent de loin les objectifs climatiques

Un labyrinthe d’oléoducs et de vannes lors d’une visite du département de l’Énergie de la réserve stratégique de pétrole à Freeport, Texas, États-Unis, le 9 juin 2016. REUTERS/Richard Carson-S1AETIZMOIAB/File Photo

  • Un rapport des Nations Unies indique une augmentation significative de la production de charbon, de gaz et de pétrole
  • Rapporter les résultats sur la base d’une analyse de 15 grandes économies
  • La publication précède les discussions cruciales de l’ONU sur le climat en Écosse

LONDRES (Reuters) – Les grandes économies produiront plus de deux fois plus de charbon, de pétrole et de gaz en 2030, ont déclaré les Nations Unies et des chercheurs, conformément aux objectifs climatiques fixés dans l’Accord de Paris de 2015 pour freiner le réchauffement climatique. Mercredi.

Le rapport annuel sur les écarts de production du Programme des Nations Unies pour l’environnement (PNUE) mesure la différence entre la production prévue par les gouvernements de combustibles fossiles et les niveaux de production qui correspondent au respect des limites de température fixées à Paris.

En vertu de l’accord, les pays se sont engagés à atteindre un objectif à long terme consistant à limiter la hausse des températures moyennes à moins de deux degrés Celsius par rapport aux niveaux préindustriels et à essayer de la limiter davantage à 1,5 degré Celsius.

Le rapport, qui a analysé 15 principaux producteurs de combustibles fossiles, a révélé qu’ils prévoyaient de produire près de 110 % de combustibles fossiles de plus en 2030 que ce qui serait compatible avec la limitation du réchauffement à 1,5 °C, et 45 % de plus que ce qui correspondrait à 2C.

READ  Une attaque au missile contre une région pétrolière saoudienne déjouée - la coalition dirigée par les Saoudiens

Elle a ajouté que la taille de cet écart n’a pas diminué de manière significative depuis le rapport 2020 du Programme des Nations Unies pour l’environnement (PNUE).

Les pays analysés dans le rapport sont l’Australie, le Brésil, le Canada, la Chine, l’Allemagne, l’Inde, l’Indonésie, le Mexique, la Norvège, la Russie, l’Arabie saoudite, l’Afrique du Sud, les Émirats arabes unis, le Royaume-Uni et les États-Unis.

Des représentants de près de 200 pays se réuniront à Glasgow, en Écosse, du 31 octobre au 12 novembre pour des discussions sur le climat afin de faire avancer l’action pour lutter contre le réchauffement climatique dans le cadre de l’Accord de Paris de 2015.

Combustibles fossiles

Malgré les efforts déployés pour faire avancer les objectifs climatiques, la plupart des grands producteurs de pétrole et de gaz prévoient d’augmenter leur production jusqu’en 2030 ou au-delà, tandis que de nombreux grands producteurs de charbon prévoient de poursuivre ou même d’augmenter leur production, selon le rapport.

Les plans des 15 pays analysés prévoient une augmentation de la production de combustibles fossiles jusqu’en 2040 au moins.

Cela conduira à environ 240 % de charbon en plus, 57 % de pétrole en plus et 71 % de gaz en plus en 2030 que ce qui est nécessaire pour limiter le taux de réchauffement climatique à 1,5 °C.

Des trois combustibles, la production de gaz devrait augmenter le plus entre 2020 et 2040, selon les plans des gouvernements.

L’Agence internationale de l’énergie a déclaré en mai que les investisseurs ne devraient pas financer de nouveaux projets d’approvisionnement en pétrole, gaz et charbon si le monde devait atteindre zéro émission nette d’ici le milieu du siècle. Lire la suite

READ  Les parents des filles nigérianes kidnappées ont tenté de les retirer de l'école avant leur transfert

« La recherche est claire : la production mondiale de charbon, de pétrole et de gaz doit commencer à décliner immédiatement et fortement pour être compatible avec la limitation de la hausse des températures à long terme à 1,5°C », a déclaré Ploy Ashakoluisut, auteur principal du nouveau rapport.

Le rapport a été produit par le Programme des Nations Unies pour l’environnement, ainsi que par des experts du Stockholm Environment Institute, de l’Institut international du développement durable et des groupes de réflexion E3G et ODI.

(Reportage par Nina Chestney; Montage par Gareth Jones)

Nos critères : Principes de confiance de Thomson Reuters.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *