Les partis d’opposition algériens ont déclaré qu’ils ne se présenteraient pas aux élections partielles

Les partis d’opposition algériens ont rejeté la décision du président Abdelmadjit Deboun de tenir simultanément des élections législatives et municipales en juin.

Selon les observateurs, la décision de dissoudre le parlement et les conseils municipaux pour tenir des élections anticipées n’a pas été déterminée par la constitution ou la loi électorale.

Auparavant, le président avait annoncé son intention de dissoudre l’Assemblée nationale et de convoquer des élections fin février.

Dans une interview avec deux journaux diffusée à la télévision publique, Debown a confirmé que les élections législatives et locales se tiendraient le même jour, à la demande de plusieurs partis.

Il a appelé l’opposition à participer aux élections et à superviser les activités électorales prévues.

Il a noté que les élections à venir n’ont rien à voir avec le passé et que la loi électorale encourage les personnes qualifiées et les élites à se présenter et à faire partie des organes de décision.

“Il peut y avoir une opposition majoritaire au prochain parlement”, a-t-il déclaré aux journalistes.

Six partis ont déjà annoncé qu’ils se présenteraient aux prochaines élections législatives. À savoir, le Mouvement pour la paix, le Mouvement de construction nationale islamique (Harakat al-Bina al-Wadhani), le Parti libéral de la nouvelle génération (Jil Jat), le Front national du futur (Jabat el Moustakbel), le Front de libération nationale et le Parti démocratique national Rally Party (RND).).

Cependant, d’autres partis, en particulier le Parti travailliste et le Rassemblement pour la culture et la démocratie, ont exprimé leur opposition à cette décision.

Pendant ce temps, un activiste algérien à la deuxième place ce mois-ci a déclaré avoir été torturé alors qu’il était détenu au siège de la Sécurité intérieure.

READ  La France utilisera la vidéosurveillance pour surveiller l'usure des masques dans les transports publics - EURACTIV.fr

Le militant Abdullah Haboul, l’avocat qui a présidé le groupe de défense de Sami Ternoun, a déclaré mardi que son client avait été maltraité pendant le procès.

L’avocat Ali Farah, pour sa part, est membre de l’équipe du barreau de Ternoun, qui a déclaré au juge activiste qu’il avait été électrocuté et déchaîné par les forces de sécurité.

Il a affirmé que ses aveux avaient été obtenus sous la torture et que ses aveux avaient été obtenus sous la torture.

Ni le Ministère de la défense, qui est affilié au Ministère de l’intérieur, ni le Ministère de la justice, qui a le droit de surveiller la situation générale dans les prisons civiles et militaires, n’ont fait de commentaires.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *