Les pays de la Coupe d’Afrique des Nations font confiance à leurs entraîneurs | Sports | L’actualité du football allemand et les actualités sportives internationales les plus importantes | DW

Plusieurs entraîneurs de football européens se sont fait un nom en Afrique : le Français Claude Le Roy, surnommé « Le Magicien Blanc », l’Allemand Winfried Scheffer, et plus récemment, Hervé Renard, un autre Français qui a remporté la Coupe d’Afrique des Nations (CAN) avec la Zambie et Côte d’Ivoire.

Pour la plupart, les entraîneurs africains ont été contraints de s’installer dans des postes temporaires, souvent remplacés avant le début des grandes compétitions.

« Nous nous sommes sentis impuissants et blessés par ces choix », a déclaré l’entraîneur malien Mohamed Magsouba à DW. « Pour ceux déjà mentionnés, nous n’étions pas assez bons pour gérer nos équipes nationales. Peu importe ce que nous faisions, nous n’obtenions pas le soutien. »

Désormais entraîneur de l’équipe nationale d’Arabie saoudite, Hervé Renard a mené la Zambie et la Côte d’Ivoire à la gloire de la Coupe d’Afrique des Nations.

Les entraîneurs africains sous-estimés

Ce manque de confiance envers les entraîneurs africains a souvent été expliqué en termes de résultats. Les statistiques sont quelque peu en faveur des entraîneurs étrangers, mais selon Magsopa, cela est trompeur, car les entraîneurs étrangers ont reçu plus de soutien et de soutien que leurs homologues locaux.

« Les expatriés n’ont jamais gagné plus de compétitions que les entraîneurs locaux. De plus, ils ont toujours reçu plus d’aides financières, ce qui leur a facilité la tâche », a-t-il déclaré.

Sur les 32 éditions de la Coupe d’Afrique des Nations depuis sa création en 1957, 15 ont été remportées par des entraîneurs locaux. Parmi eux, Charles Komi Gyamvi du Ghana et Hassan Shehata ont soulevé le trophée à trois reprises avec leurs nations respectives.

Les joueurs maliens se préparent au stade national de Nyayo à Nairobi

Le Mali a fait confiance à l’entraîneur Magasouba, qui l’a mené à la Coupe d’Afrique des Nations et aux éliminatoires de la Coupe du monde.

Pour certains observateurs de football africains, une autre raison de négliger les entraîneurs du continent au profit des étrangers est le manque d’ambition. Le journaliste financier Bakari Cissé, qui couvre le sport depuis plus de 20 ans dans le pays, estime qu’ils ont acquis cette réputation grâce à leur style de travail.

« Les entraîneurs locaux sont généralement très irrespectueux », a-t-il déclaré à DW. « Même lorsqu’ils ont les compétences requises et les mêmes qualifications que les Européens, ils ne prennent pas leur chance quand ils l’obtiennent. »

Le Mali mène le changement stratégique

Le Mali, entraîné par Magasouba, participera à la Coupe d’Afrique des Nations de cette année, qui débutera dimanche au Cameroun, et vient de se qualifier pour les éliminatoires de la Coupe du monde 2022. Magasuba avait initialement été nommé entraîneur par intérim en 2017, et a pris le poste. définitivement en 2019. .

READ  Le Paris Saint-Germain espère assurer Neymar en finale de Coupe de France

Sa vaste expérience comprend l’entraînement du Daring Club Motema Pembe dans les années 1990, l’une des périodes les plus réussies de l’histoire du club congolais. En tant qu’entraîneur national du Mali, il gère non seulement l’équipe première mais tous les niveaux de jeunes de l’équipe nationale. Créer une identité claire pour l’équipe est très important pour lui.

« Depuis que j’ai pris la relève, nous avons changé la mentalité des joueurs en fonction de l’esprit », a-t-il expliqué. « Après cela, nous nous sommes concentrés sur la façon dont nous développons nos joueurs pour déterminer comment nous voulons jouer. »

Selon lui, les entraîneurs d’origine sont les plus qualifiés pour comprendre comment les joueurs africains pensent et ce dont ils ont besoin pour performer, et l’approche du Mali a inspiré d’autres associations de football africaines.

Ibrahima Kony du Mali célèbre après son inscription

Le Mali espère se qualifier dans l’un des groupes de la Coupe des Nations, qui comprend la Tunisie, la Gambie et la Mauritanie

« Avec nos erreurs… on comprend mieux »

La politique de développement des nouveaux jeunes entraîneurs du continent est un parfait exemple de cette approche.

Selon Pascal Yogbari, entraîneur de l’équipe nationale du Burkina Faso, le pays « s’est concentré sur le développement des entraîneurs locaux au cours des 10 dernières années, avec le soutien de la FIFA et de la CAF ». Ce qui a changé, a-t-il dit, c’est « la prise de conscience du potentiel du pays et la nécessité de développer les ressources locales ».

Il semble que les responsables et les entraîneurs de football africains aient enfin trouvé un moyen de travailler ensemble, et Magasuba pense que les résultats viendront. Cependant, il a exigé que les entraîneurs africains aient le droit d’apprendre de leurs erreurs.

« Faisons des erreurs », a-t-il exhorté. « A travers nos erreurs, nous pourrons les corriger, nous comprendrons mieux, et nous pourrons progresser au lieu de compter sur de nouveaux venus. »

Pour l’instant, ces options semblent profiter au Burkina Faso, au Mali et à d’autres équipes nationales, comme l’Algérie, qui a remporté la dernière édition de la Coupe d’Afrique des Nations dirigée par Djamel Belmadi. Ces entraîneurs auront pour objectif de confirmer leurs compétences au Cameroun dans l’espoir que leurs associations nationales continueront à croire en eux.

READ  Le retour des prières de Tarawih aux mosquées des pays arabes

Édité par : Michael da Silva

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.