Les prix élevés du pétrole sont une bénédiction pour les économies arabes

(MENAFN – Agence de presse arabe brésilienne (ANBA))

São Paulo – Après être tombés à 20 dollars en 2020, les prix du pétrole ont commencé à se redresser cette année. Le prix du baril de pétrole Brent est actuellement d’environ 70 $ à la Bourse de Londres. Si, d’une part, cela aide les principaux pays exportateurs arabes à réorganiser leurs ressources financières, alors, d’autre part, cela pèse sur les importateurs. Le Brésil est un producteur de pétrole, mais son incapacité à raffiner son brut en fait un gros importateur.

Selon l’analyste de Terra Investimentos, Regis Chinchilla, l’une des raisons de la hausse des prix est la réduction de la production annoncée par l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) et ses alliés, dont la Russie, un groupe connu sous le nom d’OPEP +. Certains pays de l’OPEP sont arabes, comme l’Algérie, la Libye, l’Arabie saoudite, les Émirats arabes unis, le Koweït, l’Irak et le Qatar. Cependant, ce n’est pas la seule raison.

La demande de la Chine fait pression sur les prix du pétrole

Une autre raison de la forte reprise que nous avons observée en 2011 est la demande, en particulier de la Chine, qui continue de pousser les prix des matières premières énergétiques et minérales. Les températures inférieures à zéro au Texas ont donné un coup de pouce supplémentaire à l’huile. La vague de froid tue la production de pétrole et de gaz au Texas, le plus grand État producteur de pétrole des États-Unis.

Marco Antonio Rocha, professeur à l’Institut d’économie de l’Université de Campinas (Unicamp) et chercheur au Center for Industrial Economics and Technology à Unicamp, estime que l’augmentation des prix est une bonne nouvelle pour les producteurs et exportateurs arabes car elle rapporte de l’argent à leurs économies, soulageant ainsi la pression de la hausse des coûts. “Il apporte un soulagement à court terme, principalement sous la forme d’excédents commerciaux à un moment où les importations sont des intrants pour la lutte contre l’épidémie, les vaccins et les soins à la population”, ajoute-t-il.

READ  L'économie du secteur privé de Dubaï a continué de croître en mai

Le Brésil, quant à lui, vit une réalité très particulière en ce qui concerne les prix du pétrole. C’est un produit majeur. Cependant, son pétrole est lourd et la capacité de raffinage est faible, ce qui le conduit à exporter sa production et à importer du pétrole comme carburant. À l’heure actuelle, le premier importateur de pétrole brésilien est la Chine, suivie des États-Unis, du Chili, de l’Espagne et de l’Uruguay. Cependant, Rocha souligne une autre complication en ce qui concerne le Brésil.

Un champ pétrolifère à Bahreïn: les prix sont avantageux pour les pays producteurs

Habituellement, le taux de change dans les pays dits périphériques suit les prix des matières premières, mais ce n’est pas le cas avec le prix réel. Par conséquent, l’impact se fait sentir à mesure que la monnaie se déprécie et que les prix du pétrole augmentent.

Melina Mansour, directrice de l’intelligence commerciale à l’Association brésilienne des importateurs de carburant (Abicom), fait valoir que des prix plus élevés sont bénéfiques pour les sociétés d’exploration et de production, c’est-à-dire celles impliquées dans l’exploration et la production de pétrole et de gaz.

En revanche, les carburants à base de pétrole sont rares. Par exemple, 25% du carburant diesel acheté dans le pays provient de l’étranger. Nous avons connu des prix supérieurs à 100 dollars le baril dans le passé, et cela sans pression sur les prix auxquels nous avons affaire actuellement. Cependant, il est important de noter l’effet du taux de change sur les importations de produits. Bien que le taux de change au Brésil ait été avantageux pour les exportateurs, il menaçait gravement les opérations d’importation. Malgré sa baisse au cours des derniers jours, le dollar a dépassé 5,70 R $, ce qui a fait grimper les coûts pour les importateurs, quel que soit le produit.

READ  Opinion | De grands bonds en avant: dans quelle mesure la technologie peut-elle aider l'Afrique à dépasser l'arriéré du développement?

Où va le prix du pétrole?

Abicom a du mal à prédire la direction dans laquelle le prix de la marchandise évoluera. Il est possible d’augmenter les augmentations, puisque l’OPEP n’augmente pas la production, et un accord pour réduire ou non la production pourrait ajouter 5 $ à 15 $ le baril. Cependant, si les prix augmentent trop, cela peut encourager une reprise de la production dans les gisements de pétrole de schiste, qui sont produits par fracturation des roches, notamment aux États-Unis. Mansour déclare: “À la lumière de la situation actuelle, les prix n’auront pas tendance à baisser à moyen terme”.

Station-service aux États-Unis: les prix sont incertains

Rocha convient qu’il est difficile de déterminer la direction dans laquelle les prix vont, mais il estime que les prix vont baisser à partir du second semestre. Quant au ratio dollar / valeur réelle, il dépendra des signaux que le Brésil donnera au monde. «Le risque est ici perçu comme élevé, ce qui se traduit par un prix», précise le professeur.

Comment éviter que les prix ne rebondissent

Rocha fait également valoir que les prix du pétrole ont un effet sur l’inflation, non seulement en raison des prix réels ou du prix du dollar, mais parce que le système de transport du Brésil dépend de la route. Cela signifie que les coûts supportés par l’industrie et le secteur des transports sont presque automatiques, et cela ne peut être contrôlé.

Une solution pour protéger le pays contre les hauts et les bas des prix du pétrole consiste à imiter les pays en développement en créant une sorte de compte d’épargne pour leur pétrole. Si les prix du pétrole augmentent trop, ces pays dépendront de cet argent. Lorsque les prix du pétrole baissent, les prix pour les consommateurs ne baissent pas autant, donc l’épargne est reconstituée. «Habituellement, un arrangement économique est en place pour éviter que les fluctuations du marché international n’affectent directement la consommation intérieure», déclare Rocha.

READ  La deuxième vague de COVID-19 pourrait conduire à plus d'incertitude, et le gouvernement répondra par des mesures fiscales si nécessaire: Vice-président de la NITI Aayog

* Rapport spécial de Marcus Carrere

Traduit par Gabriel Pomeran Blume

Giuseppe Kakas / Agence France-Presse

Le message est apparu pour la première fois dans.

MENAFN12032021000213011057ID1101744164

Clause de non-responsabilité légale: MENAFN fournit les informations «telles quelles» sans aucune garantie d’aucune sorte. Nous ne sommes pas responsables de l’exactitude des informations contenues dans cet article, du contenu, des images, des vidéos, des licences ou de l’exhaustivité, de la légalité ou de la fiabilité des informations contenues dans cet article. Si vous avez des plaintes ou des problèmes de droits d’auteur liés à cet article, veuillez contacter le fournisseur ci-dessus.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *