Les revendications des femmes djihadistes arrivent à un moment crucial pour la France | La voix de l’Amérique

PARIS – Un groupe de Françaises convoquées par le groupe militant État islamique et actuellement détenues en Syrie poursuivent leur grève de la faim alors que le gouvernement français refuse de les autoriser à rentrer en France avec leurs enfants.

Au moins 12 Françaises affiliées au soi-disant État islamique en Syrie ont entamé une grève de la faim la semaine dernière, que leurs organisateurs décrivent comme «le refus obstiné des autorités françaises d’organiser leur expulsion».

Au total, 80 femmes et leurs 200 enfants en Syrie vivent dans des conditions abjectes dans des camps ou des prisons souterraines. Ils dénoncent ce qu’ils qualifient de «détention infinie et arbitraire qui s’aggrave sans but». Ils ont exigé qu’ils soient traduits en justice en France pour les crimes qu’ils avaient commis. Mary Dose est une avocate qui représente ces femmes

Il explique que ces Françaises vivent dans des conditions difficiles dans des camps à Al Hole et Roz dans le nord de la Syrie. Il décrit leur situation comme une fin car un juge français a émis des mandats d’arrêt internationaux contre leur arrestation et la justice française veut les poursuivre. Par conséquent, ces Françaises ne peuvent pas être jugées en Syrie ou au nord du Kurdistan. Cependant, les autorités françaises refusent de les renvoyer.

La France fait face à des pressions croissantes pour faire face à elle-même à cette crise humanitaire.

Récemment, la Convention des Nations Unies relative aux droits de l’enfant a été lancée. Le Rapporteur spécial a qualifié les camps en Syrie d ‘”inhumains”

Cependant, depuis mars 2019, les autorités françaises ont refusé d’expulser tous les ressortissants français impliqués dans des crimes en Irak et en Syrie. C’est une proposition difficile pour les dirigeants français, et le groupe État islamique pense qu’elle est liée au meurtre de centaines de civils français dans le pays et à l’étranger.

READ  Kanye a remporté le Grammy du meilleur album chrétien contemporain

Le ministre français de la Justice, Eric DuPont-Moretti, a déclaré que la France n’oubliera jamais de trahir la patrie pour se battre au nom du soi-disant État islamique. Selon lui, la déportation était une question très complexe et une tâche dangereuse pour les soldats et agents français d’expulser ces ressortissants français des camps. Jusqu’à présent, 35 enfants ont déménagé en France, les derniers étant le 13 janvier.

Il n’y a pas de temps en faveur de ces femmes et de leurs enfants alors que la France se dirige vers une course présidentielle. Les positions des candidats sur les questions de sécurité et la question de savoir s’il devrait y avoir une main forte contre les djihadistes peuvent provoquer des électeurs.

Mary Doss affirme que seul Emmanuel Macron peut prendre la décision d’expulser ces femmes et leurs enfants, mais elle dit qu’elle refuse de le faire car il semblerait trop dangereux de parler politiquement avant l’élection présidentielle de 2022 en France.

Dimanche, l’UNICEF a appelé au “rapatriement en toute sécurité de tous les enfants du camp d’Al-Hole et du nord-est de la Syrie”. ONU Selon l’organisation, environ 22 000 enfants étrangers originaires d’au moins 60 pays vivent dans de mauvaises conditions dans le camp.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *