Les scientifiques étudient les propriétés de la nouvelle sous-variante Omigron BA.2

Des études sont en cours pour déterminer les propriétés exactes de la dernière variante de Covit-19 « BA.2 ». C’est déjà le cas de la plupart des cas les plus récents dans plusieurs pays, dont l’Inde, le Danemark et la Suède. Mais selon le ministre français de la Santé Olivier Véran, la visite en France de cette sous-variante ne change pas la donne.

BA.2, surnommé « le petit frère d’Omigran », est apparu pour la première fois en France il y a quelques semaines. Véran a mentionné pour la première fois lors d’une conférence de presse le 20 janvier que cette nouvelle dérivation de Kovit-19 est explorée par des scientifiques.

  • D’où vient BA.2 ?

BA.2 a été détecté pour la première fois en Inde et en Afrique du Sud fin décembre 2021. Il s’agit d’une variante de sous-type qui proviendrait d’une mutation dans Omicron (officiellement connue sous le nom de BA.1). Omigron est né de la mutation du delta. D’autres sous-types tels que BA.3 ou BB.2 ont déjà été mentionnés, mais ils ont moins attiré l’attention des épidémiologistes en raison de l’augmentation spectaculaire des cas d’infection par BA.2.

BA.2 a plus de 20 mutations, dont la moitié sont dans la protéine de pointe. C’est une protéine populaire qui interagit avec les cellules humaines et qui est importante pour l’entrée du virus dans le corps.

L’OMS affirme que plus de la moitié des Européens seront infectés par Omicron au cours des deux prochains mois

  • Cette sous-variante est-elle aussi dangereuse qu’Omicron ?

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) classe Omicron comme une « variante de l’anxiété » qui ne fait pas de distinction entre lui et son sous-type BA.2 à ce stade. Pour sa part, Warren a déclaré: « Pour autant que nous sachions, c’est plus ou moins les mêmes que les caractéristiques que nous connaissons sur Omigran. » Ce n’est pas un « changeur de jeu » à ce stade, a déclaré Veeran dans une tentative de rassurer.

READ  L'Angleterre bat le Pays de Galles, le Pays de Galles continue de courir pour la victoire

Le BA.2 est étudié de près par la communauté scientifique, mais des données précises sur sa résistance au vaccin ou sur la gravité des cas de Govit-19 qu’il provoque ne sont pas encore disponibles. Les scientifiques commencent à en parler, et en même temps soyez prudents.

Tom Peacock, virologue à l’Imperial College de Londres, a tweeté : « Les premières observations de l’Inde et du Danemark suggèrent qu’il n’y a pas de différence dramatique de gravité par rapport à BA.1. Ces données deviendront plus concluantes (d’une manière ou d’une autre) dans les années à venir. semaines. »

Peacock a ajouté : « Il peut y avoir des différences minimes dans l’efficacité du vaccin contre BA.1 et BA.2. Personnellement, je ne sais pas si BA.2 aura un impact significatif sur la vague actuelle d’infections Omicron.

« De nombreux pays sont proches ou ont dépassé le pic des vagues BA.1. Je serais très surpris si BA.2 provoquait une deuxième vague à ce stade. Malgré l’échange légèrement plus élevé, il ne s’agit pas entièrement d’une transition delta-omigron. Ce sera lent et subtil », a-t-il prédit.


L’épidémiologiste Antoine Flauhlt, directeur de l’Institut de santé mondiale de l’Université de Genève, a déclaré que la surveillance des infections peut tester la résistance au BA.2, en particulier si les victimes de Classic Omicron sont contaminées à plusieurs reprises par des sous-types. Cependant, il est nécessaire d’avoir des mécanismes pour détecter la contamination par BA.2 dans la population, ce qui à ce stade semble subtil et non évident.

  • BA.2 Pourquoi est-ce difficile à trouver ?

BA.2 présente certains défis pour les scientifiques car il n’est pas facile à surveiller. La variabilité des protocoles de test PCR et du type d’instrument varie d’un laboratoire à l’autre, ce qui rend difficile l’identification fiable de BA.2, explique Florence Debare, biologiste à l’Institut d’écologie et des sciences de l’environnement de Paris. Entretien de libération. « Au Royaume-Uni, la manière dont les tests sont effectués ne permet pas de distinguer BA.2 et Delta », explique DeBarre.

Il existe un outil plus précis mais moins utilisé pour surveiller les variations : le séquençage génétique du virus. Cela permet d’identifier l’existence exacte de cette sous-variante. Mais en France, par exemple, seuls quelques tests de laboratoire font approximativement l’objet de cette analyse approfondie et coûteuse. Le séquençage a également l’inconvénient d’être lent, ce qui signifie qu’il n’est pas adapté au suivi de la variance à propagation rapide.

  • Où est BA.2 haut?

Des sous-variations ont été trouvées dans au moins 43 pays sur tous les continents. On pense qu’il est devenu la variante la plus courante dans de nombreux pays, dont l’Inde, le Danemark et la Suède. Au Danemark, le nombre de cas quotidiens de Kovit-19 a recommencé à augmenter, alors que les Danois pensaient avoir déjà atteint un pic.

L’Agence britannique de sécurité sanitaire (UKHSA) a détecté plus de 400 cas au Royaume-Uni au cours des 10 premiers jours de janvier.

« Les autorités danoises n’ont aucune explication sur l’incident, mais il est surveillé de près », a déclaré l’Agence française de santé publique, qui suit les derniers développements au Danemark. Cela suggère que « PA2 est encore plus omniprésent », a reconnu Deborah. En Europe, BA.2 est répertorié au Royaume-Uni, en Allemagne, en Belgique, en Italie et en France, tandis que des cas ont été signalés en Amérique du Nord, en Asie et en Australie.

  • Le BA.2 se développe-t-il rapidement en France ?

À ce jour, ce sous-type a été jugé « extrêmement faible » en France, selon l’Agence française de santé publique. « Nous avons une situation internationale où la variante Omigron est très répandue, il est donc naturel pour nous d’examiner les sous-types au fil du temps », a déclaré la société le 21 janvier.

La France pensait avoir atteint son apogée à la mi-janvier. Mais la résurgence de nouvelles infections a pris tout le monde par surprise. Le 20 janvier, 425 183 Français ont été testés positifs au Covit-19. Au cours des sept derniers jours, le nombre moyen de patients par jour était de 337 192, soit 9 % de plus que la semaine précédente.

BA.2 Flahault a déclaré que l’épidémie devrait reprendre en France Envoi en cours. « Au Royaume-Uni, le nombre de nouveaux cas de Covid-19 diminue de moitié tous les sept jours […] On s’attendait à ce que la France emboîte le pas avec deux semaines de retard : ce n’est pas le cas. Cette nouvelle variation peut être en phase avec la récente augmentation de la pollution que nous observons actuellement. »

Le Conseil scientifique a averti le 20 janvier que « les systèmes de surveillance épidémiologique-clinique doivent pouvoir définir rapidement les caractéristiques de la nouvelle variante ». Celles-ci « doivent être préparées à l’avance ».

Flahault a déclaré que le sens de l’éveil n’est pas la panique, car nous avons maintenant un sens (cas BA.2) comparable aux cas Omigron classiques.

Cet article est traduit de l’original en français.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.