Les trésors pillés commencent un long voyage de retour de la France au Bénin

Plus d’un siècle après que les forces coloniales françaises eurent pillé le palais royal d’Afrique de l’Ouest et saisi ses trésors, le président français Emmanuel Macron a commencé mercredi le transfert de 26 artefacts au Bénin dans le cadre de la première mesure à grande échelle visant à restituer des fonds à l’Afrique. par une ancienne puissance coloniale européenne.

M. Macron s’est exprimé lors d’une cérémonie au musée du quai Branly à Paris, où les objets ont été exposés pour la dernière fois, jusqu’au 31 octobre. Le président achèvera le transfert lors d’une cérémonie de signature avec le président du Bénin Patrice Talon à l’Elysée, à l’issue de laquelle les trésors quitteront définitivement la France.

Ramener les choses en arrière est un résultat symbolique tangible et puissant de la confluence des événements en Europe : un récit tardif de son passé colonial, alimenté par la remise en cause contemporaine du sexisme, du racisme et d’autres inégalités sociales.

Ce réexamen était particulièrement périlleux en France, qui a maintenu des liens étroits avec ses anciennes colonies d’Afrique des décennies après son indépendance officielle. Le remboursement fait partie de la tentative de M. Macron de rétablir les relations avec eux alors même qu’il a tenté de détourner la réaction conservatrice au niveau national.

« Le but de cette aventure n’est pas que la France se débarrasse de tout le patrimoine des autres. Ce serait une vision terrible », a déclaré M. Macron lors de la cérémonie.

Les 26 pièces appartenant au Bénin ont été pillées dans un palais royal en 1892 lorsque les forces françaises ont envahi le pays alors connu sous le nom de Dahomey et en ont fait une colonie française pendant plus de six décennies. Leur attaque a mis fin au règne du roi Bahnzin, qui avait résidé dans le palais d’Abomey, une ville de l’actuel sud du Bénin.

READ  Le moment qui pourrait changer à jamais le visage du rugby à XV

Les points forts de la collection comprennent une statue en bois du roi Hanzen représenté comme un homme et un requin, une paire de trônes en bois élaborés et les quatre portails peints du palais.

À leur arrivée au Bénin, les artefacts seront initialement exposés dans un complexe muséal à Ouidah, où les Portugais faisaient le commerce des esclaves. Ils seront ensuite conduits au complexe du Palais Royal à Abomey, où un nouveau musée est en cours de construction. Le ministre des Affaires étrangères du pays, Aurélien Agbenisi, a déclaré lors de la cérémonie à Paris que les deux musées faisaient partie des bénéficiaires d’un milliard d’euros, soit environ 1,16 milliard de dollars, qui a été dépensé depuis 2016 pour l’infrastructure culturelle du pays dans le but de faire du Bénin un pays touristique. destination.

Les événements de mercredi ont marqué le début d’un nouveau chapitre crucial dans le processus qui a commencé en 2017, lorsque M. Macron a déclaré dans un discours au Burkina Faso qu’il « ne pouvait pas accepter une grande partie du patrimoine culturel de nombreux pays africains ». Soyez en France.» Puis il a demandé un rapport sur les indemnisations à deux experts, l’historien Benoît Savoy et l’économiste Floyn Sarr.

Mme Savoy et M. Sarr ont recommandé en 2018 la restitution de « toutes choses prises de force ou présumées avoir été obtenues dans des conditions injustes » par les explorateurs militaires, scientifiques ou administratifs français entre la fin du XIXe siècle et 1960 – si leurs pays de origine interrogée à leur sujet.

Le rapport a envoyé des ondes de choc dans les musées européens. Cependant, de nombreux autres pays semblent aujourd’hui emboîter le pas à la France.

READ  Le rappeur américain Flo Reda chante la chanson Eurovision pour Saint-Marin

Au cours de l’année écoulée, l’Allemagne a annoncé le retour d’environ 1 100 statues en bronze du Bénin, des sculptures inestimables, saisies lors d’un raid britannique de 1897 dans ce qui était alors le Royaume du Bénin, dans l’actuel Nigeria. Une commission néerlandaise a recommandé le retour inconditionnel de tous les objets volés dans les anciennes colonies néerlandaises, et le musée belge de l’Afrique a entamé des pourparlers pour restituer les objets pillés à la République démocratique du Congo.

Dans un discours prononcé lors de la cérémonie, Mme Savoy a comparé l’histoire allemande. « Tout comme avant et après la chute du mur de Berlin, il y aura avant et après le retour des ouvrages pillés par l’armée française en 1892 au Bénin », a-t-elle déclaré. « L’arrogance de l’Europe envers le désir légitime des Africains de renouer avec leur héritage appartient désormais au passé. »

Dans une interview il y a quelques jours, M. Sarr a déclaré qu’il ressentait « un changement de paradigme dans l’opinion publique occidentale, où les affaires doivent être rétablies », et des politiciens tels que le président Macron ont déclaré « ils ressentent ce changement d’opinion ».

Politiquement, à six mois de la prochaine élection présidentielle en France, M. Macron a concentré ses énergies sur la conquête des électeurs de droite. Mais sa gestion de l’art pillé en Afrique et d’autres aspects de l’histoire française lui permet d’attirer les électeurs de gauche, dont les sondages montrent qu’ils sont largement déçus par la présidence de Macron.

Ces dernières semaines, M. Macron a animé une conférence des dirigeants de la société civile africaine organisée par Akil Mbembe, un intellectuel camerounais et leader de la pensée postcoloniale. Il est également devenu le premier chef d’État à assister à une commémoration du massacre de manifestants de l’indépendance algérienne par la police parisienne il y a six décennies, provoquant la colère des politiciens de droite qui l’ont accusé de « repentir ».

READ  Serendipity3 de New York établit le record du monde Guinness des frites les plus chères - NBC New York

Emmanuel Cassarheiro, directeur du musée du quai Branly, a indiqué dans une interview qu’outre le Bénin et le Sénégal – auxquels la France a rendu une épée historique en 2019 – d’autres pays ont déposé des demandes formelles d’indemnisation auprès des autorités françaises : Madagascar, la Côte d’Ivoire et l’Éthiopie. Mali et Tchad. Ces candidatures ont été examinées par des experts muséaux français avec des équipes dans chacun de ces pays.

Il a déclaré que le principal facteur à considérer était de savoir si les choses avaient été prises sans consentement.

« Il est difficile pour un Français d’aller au British Museum et de dire ‘Rendez-nous tout l’art français’, ou pour un Néerlandais d’aller au Metropolitan Museum of Art et de dire ‘Rendez-nous tout ce qui est hollandais' », il ajouta.

« Le mot ‘réponse’ s’applique aux choses qui ont été obtenues illégalement », a déclaré M. Kasarhiro.

La cérémonie a été suivie avec un intérêt particulier par l’artiste Roméo Mevkanen, petit-fils du roi Behanzen, le souverain déposé par la France lors d’un raid de 1892.

M. Mevkanen, qui vit et travaille en France, a déclaré que le pillage du Bénin a été « démembré » à Abomey, car les artefacts pris étaient « utilisés quotidiennement » dans les rituels et cérémonies communautaires. Lorsqu’ils ont été conservés dans les magasins et caveaux du Musée français pendant plus d’un siècle, « c’était comme s’ils étaient momifiés ».

Maintenant sur le chemin du retour, a-t-il dit, la nation béninoise « reprend sa dignité ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *