L’Espagne est confrontée à une importante perte de source de gaz naturel.

L’Algérie a cessé de fournir du gaz par l’un de ses principaux gazoducs traversant le Maroc, ce qui pourrait menacer l’Espagne d’une baisse des approvisionnements ou d’une hausse des prix du gaz naturel à l’approche de l’hiver et de la hausse des coûts de l’énergie.

La grève, qui a commencé lundi, était le résultat d’une querelle régionale de longue date entre le Maroc et l’Algérie. Il s’agit de l’extraction du gaz naturel marocain, qui produit environ 10 % de l’électricité du pays, ainsi que les 10 millions de dollars de frais de transport payés par les utilisateurs du gazoduc.

Mais cela pourrait aussi avoir un impact majeur sur l’Espagne, qui importe la moitié de son gaz d’Algérie. Comme d’autres en Europe, les Espagnols sont aux prises avec des factures d’électricité élevées en raison de la hausse des prix du gaz naturel. Le gouvernement de Madrid a dû prendre des mesures urgentes pour adoucir le coup porté aux consommateurs.

D’une capacité d’environ 13 milliards de mètres cubes par an, ce gazoduc n’est pas le seul moyen pour le gaz algérien d’atteindre l’Espagne. Un petit gazoduc sous-marin reliant l’Algérie et le sud de l’Espagne peut transporter environ huit milliards de mètres cubes par an, et la compagnie nationale algérienne d’énergie Sonatrach a récemment déclaré qu’elle espère augmenter sa production à 10,5 milliards de mètres cubes d’ici fin novembre.

L’Algérie propose de compenser les pertes de gaz de l’Espagne en louant des pétroliers pour transporter du gaz naturel liquéfié à travers la Méditerranée.

La décision du gouvernement algérien cette semaine intervient après qu’il a rompu ses relations diplomatiques avec le Maroc en août pour protester contre les efforts du Maroc pour contrôler le territoire contesté du Sahara occidental. Depuis, l’Algérie a fermé son espace aérien aux vols marocains.

READ  La France espère lancer le vaccin AstraZeneca Govt mi-février

La controverse a refait surface l’année dernière lorsque le groupe séparatiste du Sahara occidental Front Polisario, soutenu par l’Algérie, a rompu un cessez-le-feu de longue date avec le Maroc.

Dimanche, le gouvernement algérien a annoncé que la Sonatrach mettrait fin à son commerce avec le Maroc parce que les actions « hostiles » du pays menaçaient « l’unité nationale » de l’Algérie.

Le Maroc a déclaré que la fermeture du gaz aurait un « petit » impact sur son réseau électrique. Le Maroc utilise le gaz algérien pour alimenter deux centrales électriques, exploitées en partie par des sociétés espagnoles.

Après une réunion d’urgence à Alger la semaine dernière, la ministre espagnole de l’Environnement et de l’Énergie, Theresa Ribeira, a déclaré qu’elle espérait que l’Algérie pourrait « le garantir ». Tout fonctionne Maintenir l’approvisionnement en gaz de l’Espagne « aussi fluide et efficace que possible ».

Certains analystes préviennent qu’il pourrait être difficile pour l’Algérie d’augmenter la capacité de ses gazoducs sous-marins ou de louer davantage de navires de gaz naturel liquéfié.

Gonzalo Escribano, expert en énergie au Real Institute Elkano, un groupe de réflexion basé à Madrid, a déclaré que la fermeture du gazoduc algérien pourrait entraîner une augmentation des tarifs du gaz, compte tenu du coût plus élevé et de la logistique complexe de l’Espagne pour envoyer du gaz naturel liquéfié. Ne pose pas de gros risque d’approvisionnement avant l’hiver. Malgré les tensions récentes, a-t-il déclaré, « l’Algérie a historiquement toujours respecté ses traités et engagements politiques dans ce domaine ».

Cependant, en ce qui concerne le Maroc, M. Eskripano a déclaré que la situation était « très compliquée », l’Algérie perdant du gaz et alimentant sa phase électrique et perdant la charge reçue par le gaz passant par le gazoduc.

READ  « Nous sommes en colère » : Griezmann appelle la France à agir contre le Portugal | Euro 2020

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *