L'explosion d'un barrage russe oblige des milliers de personnes à évacuer la région sud touchée par les inondations.



CNN

Des milliers de Russes ont été évacués de leurs maisons après l'effondrement d'un barrage dans la région sud d'Orenbourg, près du Kazakhstan, ont indiqué les autorités.

Les autorités locales ont déclaré à l'agence TASS que le barrage de la ville d'Orsk n'a pas pu contenir le débit d'eau de l'Oural et s'est effondré à deux endroits.

L'agence de presse russe TASS a rapporté qu'au moins trois personnes sont mortes des suites des inondations.

Les autorités ont indiqué que 4 208 personnes avaient été évacuées dans la zone, dont 1 019 enfants, et que 495 centres d'hébergement temporaire pour 82 200 personnes étaient en cours de préparation, selon l'agence TASS.

Samedi matin, le niveau du fleuve Oural était deux fois supérieur au niveau pour lequel le barrage était conçu, selon les autorités régionales.

Le bureau du procureur régional a déclaré que l'effondrement du barrage était dû à un mauvais entretien de l'ouvrage hydraulique et une enquête pénale a été ouverte.

Le barrage protégeait la ville des eaux du fleuve Oural. Samedi matin, l'eau avait atteint plusieurs quartiers de la ville, inondant près de 2 400 immeubles résidentiels, a rapporté l'agence TASS.

« L'état d'urgence est en vigueur à Orenbourg », a déclaré samedi le chef de la région d'Orenbourg, Sergueï Salmine, dans un message publié sur Telegram.

« Cette situation ne nous laisse pas le choix ; Pendant la nuit [river] Le niveau peut atteindre un niveau critique. «Je demande à tout le monde de quitter immédiatement son domicile situé dans la zone inondable.»

Les sauveteurs traversent une zone résidentielle inondée de la ville d'Orsk.

Il a ajouté : « Ceux qui refusent de quitter volontairement la zone de danger seront évacués de force avec la participation de policiers ».

READ  La Nouvelle-Zélande a été licenciée de son poste de guérisseur officiel du gouvernement après 23 ans

Orsk, avec une population de 230 000 habitants, est située près de la frontière entre la Russie et le Kazakhstan.

Le président kazakh Kassym-Jomart Tokayev a décrit les inondations comme l'une des plus grandes catastrophes naturelles au Kazakhstan depuis 80 ans, selon Reuters.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *