L’Inde connaît un autre record de cas de virus

New Delhi (AFP) – L’Inde a signalé une augmentation quotidienne record des nouveaux cas de coronavirus pour la deuxième fois en quatre jours mercredi, tandis que New Delhi, Mumbai et des dizaines d’autres villes ont annoncé qu’elles imposaient des couvre-feux pour tenter de ralentir la propagation de l’infection.

115736 cas de coronavirus ont été signalés au cours des dernières 24 heures, dépassant les 103844 cas signalés dimanche. Le nombre de morts a augmenté de 630 au cours des dernières 24 heures, le plus haut niveau depuis novembre, portant le nombre total de morts dans le pays à 166177 depuis le début de la pandémie.

Le gouvernement fédéral a jusqu’à présent refusé d’imposer un verrouillage à l’échelle nationale pour contenir l’augmentation récente, mais a demandé aux États de décider des restrictions nationales.

“L’épidémie n’est pas terminée et il n’y a pas de place pour la complaisance”, a déclaré le ministre de la Santé Harsh Vardan sur Twitter. Il a exhorté les gens à se faire vacciner.

L’Inde a maintenant une moyenne mobile sur sept jours de plus de 78000 cas par jour et a signalé 12,8 millions de cas de virus depuis le début de la pandémie, le taux le plus élevé après les États-Unis et le Brésil.

Alors que 85 millions d’Indiens ont reçu au moins une injection du vaccin contre le coronavirus, seuls 11 millions ont reçu les deux.

En raison du nombre élevé d’infections, l’Inde a maintenant retardé l’exportation de grandes quantités de vaccins. Il a expédié 64,5 millions de doses à ce jour.

Les experts affirment que l’augmentation, qui est pire que le pic de l’année dernière à la mi-septembre, est en partie due à un mépris croissant de la distanciation sociale et du port de masques en public.

READ  L'Union européenne met en place un plan de laissez-passer antivirus pour permettre la gratuité des voyages d'ici l'été

Alors que les responsables de la santé continuent d’avertir des rassemblements dans les lieux publics, le Premier ministre Narendra Modi et les dirigeants de son parti continuent d’organiser des rassemblements massifs dans plusieurs États où se déroulent des élections locales.

Alors qu’il faisait campagne mardi au Bengale occidental, Modi a été vu agitant sa voiture à des partisans masqués.

Son gouvernement a également autorisé un méga festival hindou d’un mois qui attire chaque jour des dizaines de milliers de fidèles à marcher le long des rives du Gange dans l’État nord de l’Uttarakhand.

Sur les autres développements dans la région Asie-Pacifique:

La Corée du Nord a continué d’exiger un bilan exemplaire dans la prévention de la propagation du coronavirus dans son dernier rapport à l’Organisation mondiale de la santé. Au début de l’épidémie, la Corée du Nord a décrit ses efforts pour éloigner le virus comme “une question de présence nationale”. Il a fermé ses frontières, interdit les touristes et expulsé des diplomates. Le pays continue de restreindre sévèrement le trafic transfrontalier et de mettre en quarantaine des dizaines de milliers de personnes présentant des symptômes. Mais il dit toujours qu’il n’a pas trouvé de cas de COVID-19, une affirmation largement remise en question. Dans un courrier électronique adressé mercredi à l’Associated Press, Edwin Salvador, le représentant de l’OMS en Corée du Nord, a déclaré que la Corée du Nord avait signalé 23.121 personnes testées pour le coronavirus depuis le début de l’épidémie jusqu’au 1er avril, et que tous les résultats étaient négatifs. Salvador a déclaré que 732 personnes avaient été testées entre le 26 mars et le 1er avril. Les responsables de l’OMS affirment que la Corée du Nord ne fournit plus à l’agence des Nations Unies le nombre de personnes soupçonnées de présenter des symptômes de quarantaine.

READ  Arrestations à Paris alors que des milliers de personnes participent aux manifestations du 1er mai dans toute la France

– La Corée du Sud a signalé 668 nouveaux cas de coronavirus, son plus haut bond quotidien en près de trois mois, alors que les inquiétudes grandissent concernant une nouvelle augmentation et un ralentissement du déploiement des vaccins. Les chiffres publiés mercredi par l’Agence coréenne de contrôle et de prévention des maladies portent le nombre de cas nationaux à 106 898, dont 1 756 décès. La plupart des nouveaux cas se sont produits dans la région de Séoul et dans d’autres grandes villes. Les responsables ont précédemment insisté sur le fait qu’une approche attentiste était possible lors du déploiement du vaccin en Corée du Sud, car l’épidémie dans le pays n’était pas aussi grave que celles en Amérique et en Europe. Maintenant, ils disent qu’ils étudient toutes les mesures possibles pour éviter les pénuries, et il reste à voir s’ils envisageront de freiner les exportations de fusils de chasse AstraZeneca fabriqués par la société locale SK Bioscience.

– Face aux critiques concernant le report du lancement d’un vaccin en retard, le Premier ministre australien Scott Morrison a indiqué que son pays avait du mal à obtenir les doses de vaccin promises en Europe. Il a déclaré que plus de 3 millions de doses de vaccin australien sous contrat AstraZeneca n’étaient pas encore arrivées – mais cela ne devrait pas être considéré comme une critique de l’Union européenne. “Ce n’est qu’un simple fait. Ce n’est pas un conflit. Ce n’est pas un conflit. Ce n’est pas un argument. Ce n’est pas un affrontement. C’est juste une simple vérité. Je fais simplement comprendre au public australien que Les problèmes d’approvisionnement sont ce qui entrave et limite, en particulier ces derniers mois, le lancement du vaccin en général, a déclaré Morrison aux journalistes à Canberra. Il a dit qu’il écrirait à nouveau à l’Union européenne et à AstraZeneca pour leur demander d’envoyer leurs doses complètes de vaccin. Morrison a déclaré que certaines doses seraient envoyées pour aider son voisin, la Papouasie-Nouvelle-Guinée, à faire face à l’épidémie de virus. En mars, l’Europe a empêché environ 250 000 vaccins de se rendre en Australie en raison des inquiétudes concernant le manque de fournitures européennes.

READ  La Norvège se lance dans un essai sain sur les baleines malgré les protestations

Le Népal a repris mercredi ses vaccinations contre le COVID-19 avec des vaccins donnés par la Chine. Le pays himalayen avait lancé une campagne de vaccination en janvier avec les vaccins AstraZeneca fabriqués par l’institut indien du sérum, mais a dû la suspendre après que l’Inde ait coupé l’approvisionnement. La Chine a fait don de 800 000 doses du vaccin Sinopharm lancé le mois dernier. L’Inde a fourni pour la première fois un million de doses de vaccin AstraZeneca et le Népal a acheté deux millions de doses supplémentaires à l’entreprise. Cependant, seulement 1 million a été fourni et la livraison de l’autre moitié a été retardée par l’entreprise.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *