L'Iran accuse Israël d'avoir tué des chefs militaires iraniens et d'autres personnes lors d'une frappe aérienne contre un consulat en Syrie

Omar Sanadiqi / AFP

Les services d'urgence travaillent dans un bâtiment endommagé touché par une frappe aérienne à Damas, en Syrie, le lundi 1er avril 2024. (AP Photo/Omar Sanadiki)



CNN

Les plus hauts commandants militaires iraniens figuraient parmi les sept responsables du Corps des Gardiens de la révolution islamique tués lors d'une frappe aérienne contre le bâtiment du consulat du pays à Damas, en Syrie, selon des responsables iraniens et les médias d'État, qui ont imputé l'attaque à Israël.

Le ministère iranien des Affaires étrangères a déclaré que le commandant en chef des Gardiens de la révolution iraniens, Mohammad Reza Zahedi, avait été tué dans l'attaque. Haji Rahimi a été désigné comme le deuxième commandant tué dans l'attaque, selon un communiqué du CGRI publié lundi plus tard par l'agence de presse officielle IRNA.

Les noms de cinq autres responsables tués dans le communiqué des Gardiens de la révolution iraniens : Hossein Aman Elahi, Mehdi Jalalati, Mohsen Sadaqat, Ali Agbabai et Ali Salehi Rozbahani.

Les gens se sont rassemblés autour du bâtiment détruit dans la capitale syrienne, selon des photos de la scène. Des images des conséquences de l'explosion, publiées par la chaîne officielle iranienne Press TV, montrent de graves dégâts, des incendies et de la fumée sur les lieux.

S'adressant aux journalistes à Damas, l'ambassadeur iranien Hossein Akbari a affirmé que le bâtiment du consulat, situé à côté de l'ambassade iranienne, « a été visé par six missiles d'avions de combat israéliens F-35 ».

Il a ajouté que parmi les morts figuraient des employés de l'ambassade iranienne et des conseillers militaires. Il n’est pas clair si l’un des responsables du CGRI fait partie du personnel diplomatique et CNN ne peut pas vérifier de manière indépendante ces allégations ou le nombre de victimes.

READ  Israël se prépare à une éventuelle cinquième élection en quatre ans alors que le Premier ministre Bennett propose de dissoudre le Parlement

Dans une interview séparée, Akbari a ajouté que deux policiers syriens figuraient parmi les blessés dans l'attaque, qui, selon lui, « pourrait être la première fois que le régime sioniste se permet d'attaquer un bâtiment officiel de l'ambassade de la République islamique d'Iran ». sur lequel était hissé le drapeau de la République islamique.

En réponse à une question de CNN pour commenter l'incident, l'armée israélienne a déclaré qu'elle ne commentait pas les informations étrangères. Cependant, un porte-parole militaire a déclaré à CNN qu’Israël pensait que le bâtiment iranien touché lors de l’attaque était un « bâtiment militaire de la Force Qods » et non un consulat.

Plus d'agence de presse

L'Iran accuse Israël d'avoir tué le commandant militaire iranien Mohammad Reza Zahedi et d'autres personnes lors d'une frappe aérienne contre le consulat en Syrie.

Il a ajouté : « D’après nos renseignements, ce n’est pas un consulat ni une ambassade. Je le répète, ce n'est pas un consulat et ce n'est pas une ambassade. « Il s'agit d'un bâtiment militaire de la Force Qods déguisé en bâtiment civil à Damas », a déclaré le porte-parole de Tsahal, l'amiral Daniel Hagari, à Jim Sciutto de CNN.

Lorsqu’on lui a demandé si Israël était impliqué dans l’attaque, Hajari a répondu : « Je ne ferai aucun commentaire sur cette frappe mais je tiens à vous dire qu’au cours des six derniers mois, l’Iran a travaillé à l’escalade de cette zone. « C'est l'actrice principale. »

« [Iran] « C’est la principale partie qui commet des atrocités dans cette région en utilisant des mandataires au Liban, en Syrie, en Irak et au Yémen », a déclaré Hajjari.

READ  Pas seulement un gros poisson, mais probablement le plus gros poisson osseux de tous les temps

« Dès ce matin, un drone iranien [unmanned aerial vehicle] Il visait une base israélienne à Eilat », a affirmé Hagari. « L’Iran est un acteur qui provoque l’escalade. »

Le porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères, Nasser Kanaani, a mis en garde contre d'éventuelles « mesures réciproques » à la suite de l'incident.

Al-Kanaani a déclaré, selon l'agence de presse Fars des Gardiens de la révolution iranienne, que « l'Iran se réserve le droit de prendre des mesures réciproques et décidera du type de réponse et de punition contre l'agresseur ».

Les ministres des Affaires étrangères iranien et syrien ont également accusé Israël d’avoir planifié l’attaque, le ministre iranien des Affaires étrangères Hossein Amir Abdollahian la qualifiant de « violation de toutes les obligations et traités internationaux » et exigeant une « réponse sérieuse » de la communauté internationale.

Louay Bishara/AFP/Getty Images

Les secours éteignent un incendie sur le site des frappes qui ont touché un bâtiment à côté de l'ambassade iranienne à Damas, la capitale syrienne, le 1er avril 2024.

Le ministre syrien des Affaires étrangères Faisal al-Miqdad a qualifié le raid de « violation flagrante des règles internationales, en particulier de la Convention de Vienne de 1961 sur les relations diplomatiques », selon une transcription de son entretien avec Amir Abdullahian.

Zahedi, le commandant assassiné, était auparavant commandant des forces terrestres du CGRI, commandant des forces aériennes du CGRI et commandant adjoint des opérations du CGRI.

Le porte-parole du Département d'État, Matthew Miller, a déclaré que les États-Unis n'avaient « aucune confirmation de la cible ou de la partie responsable » lors d'une conférence de presse lundi.

READ  Les problèmes d'État cessent et s'abstiennent, une amende de 207 000 $ pour un fournisseur de tests COVID largement utilisé

« Avant de rassembler des informations sur ce dont il s'agit exactement, je ne veux pas en parler spécifiquement », a ajouté Miller. « Mais bien sûr, nous sommes toujours préoccupés par tout ce qui pourrait conduire à une escalade ou provoquer une augmentation du conflit dans la région. »

Le ministère russe des Affaires étrangères a condamné « fermement » l'attaque dans un communiqué publié lundi sur son site Internet, affirmant que « toute attaque contre des installations diplomatiques et consulaires est absolument inacceptable ».

Il a également appelé « les dirigeants israéliens à abandonner la pratique d’actions militaires provocatrices en Syrie et dans d’autres pays voisins, qui pourraient avoir des conséquences très dangereuses dans toute la région ».

Il s'agit d'une histoire en développement et sera mise à jour.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *