L’Italie, seul pays du G7 à avoir adhéré au vaste plan d’infrastructures chinois, se retire

Ni la Chine ni l’Italie n’ont publié de communication officielle (représentative).

Rome, Italie:

L’Italie s’est retirée du vaste projet chinois d’infrastructures de la Ceinture et de la Route, plus de quatre ans après avoir été le seul pays du G7 à y adhérer, a indiqué mercredi une source gouvernementale.

Pékin a été informé de la décision tant attendue il y a trois jours, selon le journal italien Corriere della Sera, qui a été le premier à annoncer la nouvelle.

Aucune des deux parties n’a publié de communiqué officiel, mais une source au sein du gouvernement italien a confirmé à l’Agence France-Presse que Rome s’était retirée.

La source n’a pas fourni de détails, se contentant de dire que cela avait été fait de manière à « maintenir ouvertes les voies du dialogue politique ».

La Première ministre Giorgia Meloni s’est longtemps opposée à la participation de l’Italie à une initiative que beaucoup considéraient comme une tentative de Pékin d’acheter une influence politique et dont les bénéfices pour Rome étaient limités.

L’accord devait être renouvelé automatiquement en mars 2024, à moins que l’Italie ne se retire d’ici la fin de cette année.

Mais Meloni et son gouvernement d’extrême droite se méfient également de provoquer Pékin et de risquer des représailles de la part des entreprises italiennes.

Elle a déclaré aux journalistes lors du sommet du G20 à Delhi en septembre que si Rome se retirait du projet, cela « ne mettrait pas en péril les relations avec la Chine ».

Deux mille milliards de dollars

Pékin affirme que pas moins de 150 pays, de l’Uruguay au Sri Lanka, ont signé l’initiative, un pilier clé de la tentative du président Xi Jinping d’étendre l’influence de la Chine à l’étranger.

READ  Le président turc conteste l'acquisition du système de défense antimissile russe, malgré les risques potentiels pour les États-Unis

Pékin affirme avoir signé des contrats d’une valeur de plus de 2 000 milliards de dollars dans le monde, allant de lignes ferroviaires à grande vitesse traversant l’Asie du Sud-Est à des travaux massifs de transport, d’énergie et d’infrastructure à travers l’Asie centrale.

Ses partisans le félicitent pour avoir apporté des ressources et une croissance économique aux pays du Sud, mais il a également été critiqué pour avoir accablé les pays pauvres d’une dette massive.

Cela a également permis aux sociétés d’infrastructures chinoises de prendre pied dans plusieurs économies émergentes.

Certains pays occidentaux s’inquiètent du fait que la Chine cherche à reconstruire l’ordre mondial à son avantage, tandis que les voix de l’opposition dans les pays de la BRI ont également dénoncé ce qu’elles considèrent comme une influence chinoise croissante dans la politique intérieure.

Dans le même temps, Washington a averti que la Chine pourrait utiliser cette initiative comme prétexte pour construire des bases militaires dans le monde entier au nom de la protection des investissements liés à l’initiative « la Ceinture et la Route ».

Impact limité

L’Italie, membre de l’Union européenne, du Groupe des Sept économies avancées et de l’OTAN, a signé l’accord en 2019 sous le gouvernement du Premier ministre de l’époque, Giuseppe Conte.

Avant de prendre ses fonctions en octobre 2022, Meloni a déclaré qu’il s’agissait d’une « erreur ».

Le protocole d’accord non contraignant signé avec la Chine comprenait de vastes promesses de coopération dans les domaines de la logistique, des infrastructures, des secteurs financiers et environnementaux.

Mais les détails étaient rares et le manque de transparence a accru la méfiance parmi les alliés de l’Italie.

READ  Gavin Williamson, ministre britannique, démissionne après des allégations d'intimidation

En outre, le ministre italien des Affaires étrangères, Antonio Tajani, a déclaré en septembre que l’adhésion « n’avait pas produit les résultats que nous avions espérés ».

Les experts ont souligné que d’autres grandes économies européennes, comme l’Allemagne et la France, n’ont pas rejoint l’initiative « la Ceinture et la Route », mais ont néanmoins obtenu d’importants accords commerciaux et d’investissement.

(À l’exception du titre, cette histoire n’a pas été éditée par le personnel de NDTV et est publiée à partir d’un flux syndiqué.)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *