Les restrictions persistantes imposées aux défenseurs des droits humains compromettent les réformes sociales, selon un expert des Nations Unies

Bureau du Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l'homme (HCDH)

L’Algérie doit éviter de s’en prendre aux défenseurs des droits de l’homme pour s’appuyer sur les réformes entreprises au cours des quatre dernières années, a déclaré aujourd’hui un expert de l’ONU.

« Même si je salue les réformes visibles des quatre dernières années et l’accent mis désormais sur la consultation publique, je regrette que certains défenseurs des droits humains travaillant sur des questions importantes continuent de se heurter à des restrictions », a déclaré la Rapporteuse spéciale des Nations Unies, Mary Lawler. Situation des défenseurs des droits de l’homme Rapport À la fin d’une visite officielle dans un pays.

L’expert de l’ONU a observé quatre principaux types de violations utilisées pour réprimer les défenseurs des droits de l’homme : la persécution judiciaire continue, la dissolution des principales institutions des droits de l’homme, les limitations de la liberté de mouvement et l’intimidation et la surveillance qui peuvent avoir de graves impacts négatifs sur leur santé mentale et celle de leurs familles. .

« J’ai été attristé par le fait que quelques défenseurs des droits humains qui tentaient de se rendre à Tizi Ouzou, où je tenais des réunions, en ont été empêchés et détenus pendant 10 heures », a déclaré Lawlor.

« Compte tenu de l’histoire récente de l’Algérie, des lois plus strictes sur le terrorisme sont clairement nécessaires », a déclaré l’expert. « Cependant, les lois conçues pour prévenir le terrorisme frustrent les défenseurs des droits humains avec des définitions trop larges et vagues de ce qui constitue le terrorisme dans le code pénal. »

Le Rapporteur spécial a noté que l’article 87 du Code pénal était l’une des lois utilisées pour poursuivre les défenseurs des droits de l’homme.

READ  Carte : Hausse des éruptions de Castro en France

Néanmoins, l’expert a déclaré que beaucoup travaillent à protéger et à promouvoir les droits de l’homme avec le plein soutien du gouvernement et des organes consultatifs nouvellement créés dans des domaines tels que les droits des femmes, les droits des enfants, la santé, la réduction de la pauvreté et la participation politique. Sur la base de cette coopération et de cette expérience, le Rapporteur spécial estime que le gouvernement est désormais mieux préparé à approcher les défenseurs des droits humains travaillant sur des questions sensibles.

Lawler a salué dimanche l’acquittement de trois défenseurs des droits humains, Jamila Loughil, Kadour Chouicha et Said Pouder, pour terrorisme, devant le tribunal de Dar El Baida.

« J’espère que cette publication relancera le processus de révision de l’article 87 bis, et je suis prêt à aider le gouvernement algérien de toutes les manières possibles à cet égard », a-t-il déclaré.

Distribué par APO Group pour le Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme (HCDH).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *