L’olympien algérien revient dans son pays natal après avoir rejeté l’éventuel match avec l’adversaire israélien

Tokyo (AFP) – Un judoka algérien sera renvoyé chez lui après les JO de Tokyo après s’être retiré de la compétition pour éviter la possibilité d’affronter un adversaire israélien.

Fathi Noureen et son entraîneur Ammar Benikhlef ont déclaré aux médias algériens qu’ils se retireraient pour éviter un éventuel affrontement au deuxième tour avec l’Israélien Tohar à la batterie dans la catégorie des 73 kg hommes lundi.

Noreen a rejoint le Soudanais Mohamed Abdel-Rasoul au premier tour, où il affrontera le vainqueur de la cinquième tête de série à la batterie.

Le comité exécutif de la Fédération internationale de judo a temporairement suspendu Noureen et Benikhlef, qui risquent d’encourir des sanctions après les JO, qui ont débuté samedi. Le Comité Olympique Algérien a alors retiré l’accréditation des deux hommes et a prévu de les ramener à la maison.

La Fédération internationale de judo a déclaré que la position de Noreen est “complètement incompatible avec la philosophie de la Fédération internationale de judo. L’IJF a une politique stricte de non-discrimination, promouvant la solidarité comme principe fondamental, renforcée par les valeurs du judo”.

Noreen et Benikhlef attribuent leur position à leur soutien politique aux Palestiniens.

Noreen a également quitté les Championnats du monde de judo en 2019 juste avant d’affronter la batterie, un athlète de judo beaucoup plus accompli que Noreen. Ces championnats du monde se sont déroulés à Tokyo à Budokan, site des championnats olympiques de judo.

En avril, l’IJF a suspendu l’Iran pour quatre ans parce que la nation a refusé de permettre à ses combattants d’affronter les Israéliens. La Fédération internationale de judo a déclaré que les politiques de l’Iran avaient été exposées lorsque l’ancien judoka iranien Saeed Mollaei a affirmé qu’il avait reçu l’ordre de perdre en demi-finale des Championnats du monde 2019 à Tokyo pour éviter la possibilité d’affronter le champion du monde israélien Sagi Muki en finale.

La Fédération internationale de judo a décrit la politique de l’Iran comme “une violation grave et flagrante des lois de la Fédération internationale de judo et de ses intérêts, principes et objectifs légitimes”. L’embargo iranien dure jusqu’en septembre 2023.

La Fédération internationale de judo a aidé Mollaei dans son départ pour l’Allemagne après la controverse, et il représente maintenant la Mongolie. Mardi, il participera aux Jeux olympiques.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *