Algérie – Journalistes et opposants politiques arrêtés à la veille des élections

L’arrestation des journalistes Khaled Darrani, Ehsan al-Qadi et du leader de l’opposition Karim Tabbou hier soir.

Plus de 200 personnes sont actuellement détenues en lien avec le mouvement de protestation Hirak dans le pays

“Ces arrestations représentent une escalade effrayante” – Amna Guellali

Réagissant à l’annonce de l’arrestation par les autorités algériennes des journalistes Khaled Drarani et Ihsan El Kadi – ainsi que de l’éminent leader de l’opposition Karim Tabbou – avant les élections législatives de demain (12 juin), Amna Guellali, directrice adjointe du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord Division d’Amnesty International, a déclaré :

« Ces arrestations représentent une escalade effrayante dans la répression des autorités algériennes contre les droits à la liberté d’expression et d’association à l’approche des élections.

Il est probable que les trois hommes aient été pris pour cible en représailles à leur lien avec le mouvement de protestation Hirak, qui a appelé à un changement politique radical en Algérie par des moyens pacifiques.

“Leur arrestation fait suite à un schéma inquiétant de ces derniers mois d’arrestations et de procès arbitraires de journalistes et de militants appelant à la justice sociale et à des réformes politiques”, a-t-il ajouté.

“A moins que les autorités n’aient des raisons claires pour justifier ces arrestations, les trois hommes devraient être libérés immédiatement.”

Les trois hommes ont été arrêtés séparément la nuit dernière (10 juin) et ont été détenus au centre de sécurité d’Antar pour interrogatoire.

Ciblé par les autorités algériennes

Ce n’est pas la première fois que les autorités algériennes ciblent les trois hommes.

READ  Explosion de glace dans le désert du Sahara alors que la neige recouvrait certaines parties de l'Arabie saoudite

En août dernier, Khaled Drareni a été condamné à trois ans de prison à l’issue d’un procès manifestement inéquitable pour sa couverture du mouvement de protestation Hirak. La peine a ensuite été réduite à deux ans en appel, et en février, il a été libéré et la Cour suprême a renvoyé son affaire pour un nouveau procès.

En mars de l’année dernière, Karim Tabbou a été condamné à un an de prison pour de fausses accusations en lien avec des commentaires faits dans des vidéos publiées sur la page Facebook de son parti dans lesquelles il critiquait le rôle de l’armée dans la politique.

Ihssan Kadi, directeur de Maghreb Emergent et de RadioMPost, a fait l’objet de poursuites judiciaires pour “diffamation et insultes” à l’encontre du président algérien. Les autorités ont également interdit ses médias.

Il y a actuellement 223 personnes détenues en Algérie en lien avec le mouvement de protestation Hirak, selon des groupes locaux et des militants qui surveillent la situation des droits humains.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *