L’ONU s’inquiète de la répression par l’Algérie des manifestants et militants pacifiques

Algérie ONU Le Bureau des droits de l’homme a soumis les membres du mouvement pro-démocratie Hirac à la répression.

Vendredi, des milliers de personnes ont scandé des slogans contre le régime militaire dans les rues d’Alger et d’autres villes du pays au mépris des restrictions du gouvernement 19 et ont exigé un gouvernement civil démocratique.

Assemblée générale des Nations Unies à Genève Les responsables des droits de l’homme ont condamné la réaction violente des forces de sécurité algériennes, les accusant d’avoir utilisé une force inutile ou excessive et des arrestations arbitraires pour réprimer des manifestations pacifiques.

“Il y a eu un certain nombre d’incidents à travers le pays où les forces de sécurité ont utilisé une force inutile ou excessive et des arrestations arbitraires pour réprimer des manifestations pacifiques”, a déclaré le porte-parole de l’ONU pour les droits de l’homme Rupert Colville.

«Ces développements font écho à ce qui s’est passé plus tôt en 2019 et 2020, au cours desquels 2 500 personnes au total ont été arrêtées ou détenues en relation avec leurs activités pacifiques», a-t-il déclaré.

“De même, en 2019 et 2020, les poursuites pénales contre des militants, des défenseurs des droits humains, des étudiants, des journalistes, des blogueurs et des citoyens ordinaires qui expriment leur dissidence se sont poursuivies au cours des deux premiers mois de cette année”, a-t-il ajouté.

Le président malade Bouteflika a pu éviter les manifestants pour la cinquième fois, mais n’a pas réussi à provoquer une rupture nette avec le régime au pouvoir militaire établi par le président Abdelmadzid Deboun, la santé affaiblie et la récurrence des traitements à l’étranger provoquent un diju wu à Alger et au Hirak plus

READ  Match: la France ouvre la défense de la Coupe du monde au Pays de Galles, Belgique

L’Algérie est la pire en 2021 par rapport à 2019 et sa capacité à acheter la paix sociale grâce à des dépenses extravagantes a été réduite par la faiblesse des prix du pétrole et un déficit budgétaire croissant.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *