L’optimisme à l’égard de l’économie et de la politique diminue (sondage)

52% des participants ont indiqué que la hausse des prix des produits de base est le problème le plus important du pays.

Une étude récente sur les perceptions des citoyens a révélé une tendance à la baisse parmi les différents groupes de revenus quant à l’optimisme à l’égard de l’économie et de la politique du pays. Elle a été menée conjointement par la Fondation Asie et l’Institut BRAC pour la gouvernance et le développement (BIGD) de l’Université BRAC.

Pourquoi les gens ne sont pas optimistes : L’explication est simple. Les prix des produits de première nécessité ont bondi et l’inflation est très élevée. Pas tout le monde, mais nombreux sont ceux qui pensent que cela est lié à la bonne gouvernance.

■ 52% des personnes interrogées considèrent la hausse des prix des matières premières de base comme le problème le plus important du pays.
■ Des questions telles que le chômage (8 %), la corruption (4 %) et le ralentissement économique/des affaires (4 %) ont également été citées comme revêtant une grande importance.
■ Parmi les personnes interrogées, 95 % se déclarent affectées par la hausse des prix.

En chiffres: L’Enquête sur la gouvernance, le développement et la société de 2024 révèle une perception positive décroissante de l’économie parmi les différents groupes de revenus.

■ Les personnes interrogées gagnant moins de 5 000 Tk ont ​​enregistré la plus forte réduction des réponses positives. En 2019, quatre-vingt-quatre pour cent des personnes interrogées ayant un revenu inférieur à 5 000 taka estimaient que le pays était dans la bonne direction en termes d’économie. Ce chiffre tombe à 42 % en 2024.
■ De même, le taux de réponse positive est passé de 65 % en 2019 à 29 % en 2024 pour les participants gagnant entre 20 000 et 30 000 Tk, et de 58 % en 2019 à 33 % en 2024 pour ceux gagnant entre 40 000 et 50 000 Tk Taka.

READ  Un important syndicat des chemins de fer rejette l'accord et renouvelle la possibilité d'une grève

Gouvernance et perception de la démocratie : Par ailleurs, 58 % des personnes interrogées estiment que le pays va dans la mauvaise direction politiquement, sociétalement et économiquement.

■ Dans l’ensemble, l’optimisme quant à l’orientation du pays a commencé à décliner à partir de 2017, la proportion de personnes interrogées estimant que le pays allait dans la mauvaise direction passant de 17 % à 58 % en 2024.
■ Mais lorsqu’on leur demande leur compréhension de la démocratie, la réponse prédominante est « Je ne sais pas » (33 % des personnes interrogées), ce qui concorde avec les résultats de l’enquête du dernier cycle.
■ A l’inverse, 20 % des personnes interrogées associent l’égalité des droits/justice pour tous et 11 % associent la liberté des personnes à la démocratie.

La relation entre le gouvernement et le peuple: L’enquête révèle qu’un pourcentage plus élevé de personnes interrogées ne sont pas d’accord avec l’affirmation selon laquelle « les députés se soucient des citoyens en général ».
■ Le taux de contentieux est passé de 35 % en 2019 à 47 % en 2024.
■ Interrogés sur leurs relations avec le gouvernement, 40 % ont déclaré qu’ils considéraient leur relation avec le gouvernement comme une relation entre le Premier ministre et le citoyen, tandis que 29 % ont déclaré qu’ils considéraient le gouvernement comme leur sponsor et protecteur.
■ Le pourcentage de personnes interrogées estimant n’avoir aucun lien avec le gouvernement est passé de 9 % en 2022 à 14 % en 2024.
■ Localement, les gens considèrent l’UP (Union Parishad) comme l’organisation la plus importante (67%) et le président/maire de l’UP comme la personne la plus puissante (34%).

READ  Les touristes israéliens peuvent aider l'économie marocaine à se redresser

Sur les médias: L’enquête a également révélé des perceptions de l’information et des médias.

■ La consommation d’informations sur les plateformes en ligne telles que Facebook et YouTube a augmenté.
■ Toutefois, les chaînes de télévision privées constituent la source d’information la plus populaire.
■ Lorsqu’on les interroge sur la liberté des industries de la télévision, de la presse écrite et des médias, moins de la moitié des personnes interrogées estiment que ces médias sont pour la plupart ou totalement libres.

Détails de l’enquête

Au total, 6 510 hommes et femmes adultes, représentant les 64 districts, ont été interrogés entre février et mars 2024 pour un rapport intitulé « L’état de la gouvernance politique, du développement et de la société au Bangladesh : selon ses citoyens », dans lequel ils ont partagé leurs points de vue. sur la situation politique au Bangladesh. Le climat social, économique et politique du pays.

■ Parmi les participants à l’enquête, 65 % faisaient partie de la population rurale tandis que 35 % faisaient partie de la population urbaine.
■ Pour la collecte de données, 106 répondants ont été sélectionnés dans chaque district. Des enquêtes similaires ont également été menées en 2022, 2019, 2018, 2017 et 2015.
■ Le rapport sera disponible sur le site Internet de l’Asia Foundation (https://asiafoundation.org/) d’ici juillet pour un accès général.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *