L’Organisation de coopération et de développement économiques affirme qu’un accord a été conclu sur un taux d’imposition minimum mondial sur les sociétés

L’Organisation de coopération et de développement économiques a déclaré que quatre pays – le Kenya, le Nigeria, le Pakistan et le Sri Lanka – n’avaient pas adhéré au pacte.

Un accord mondial a été conclu pour garantir que les grandes entreprises paient un taux d’imposition d’au moins 15 % et qu’il leur soit difficile d’éviter les impôts après que l’Irlande, l’Estonie et la Hongrie ont accepté de signer l’accord historique et insaisissable.

L’accord vise à mettre fin à quatre décennies d’un « nivellement par le bas » des gouvernements qui cherchaient à attirer des investissements et des emplois en taxant légèrement les multinationales et en leur permettant d’acheter des taux d’imposition plus bas.

Les négociations ont traîné en longueur pendant quatre ans et se sont déroulées en ligne pendant la pandémie, avec le soutien du président américain Joe Biden et les coûts de COVID-19 ont donné un élan supplémentaire ces derniers mois.

Sur les 140 pays participants, 136 ont soutenu l’accord, les pays en développement Kenya, Nigeria, Pakistan et Sri Lanka s’abstenant pour le moment.

L’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), basée à Paris, qui dirige les pourparlers, a déclaré que l’accord couvrirait 90% de l’économie mondiale.

Le ministre allemand des Finances, Olaf Scholz, a déclaré dans un communiqué envoyé à Reuters.

“Nous avons maintenant une voie claire vers un système fiscal plus juste, les meilleurs acteurs mondiaux payant leur juste part partout où ils font des affaires”, a déclaré Rishi Sunak, l’homologue britannique de Schulz.

L’accord fixera un taux minimum d’imposition des sociétés de 15 % et permettra aux gouvernements d’imposer une plus grande part des bénéfices des sociétés multinationales étrangères.

Le secrétaire américain au Trésor, Yellen, a décrit l’accord comme une victoire pour les familles américaines ainsi que pour les entreprises internationales.

“Nous avons transformé des négociations inlassables en décennies de prospérité accrue – pour l’Amérique et le monde”, a déclaré M. Yellen dans un communiqué. “L’accord d’aujourd’hui représente un exploit unique de diplomatie économique”.

L’OCDE a déclaré que le taux minimum permettrait aux pays de collecter environ 150 milliards de dollars de nouvelles recettes par an, tandis que les droits d’imposition sur plus de 125 milliards de dollars de bénéfices seraient transférés aux pays où les multinationales gagnent leurs revenus.

L’accord vise à empêcher les grands groupes de réaliser des bénéfices dans des pays à faible taux d’imposition comme l’Irlande, où que se trouvent leurs clients, un problème qui est devenu plus pressant avec la montée en puissance des géants de la technologie qui font facilement des affaires au-delà des frontières.

L’Irlande, l’Estonie et la Hongrie, tous des pays à faible fiscalité qui ont résisté, ont abandonné leur objection cette semaine alors qu’un compromis émergeait sur une déduction du taux minimum pour les multinationales ayant de réelles activités physiques à l’étranger.

Mais certains pays en développement à la recherche d’un taux d’imposition plus élevé affirment que leurs intérêts ont été écartés pour correspondre à ceux de pays plus riches comme l’Irlande, qui a refusé de signer un accord avec un taux d’imposition minimum supérieur à 15 %.

Le ministre argentin de l’Économie, Martin Guzman, a déclaré jeudi que les propositions sur la table avaient forcé les pays en développement à choisir entre “quelque chose de mauvais et de pire”.

L’Organisation de coopération et de développement économiques a déclaré que l’accord serait ensuite transmis au Groupe des 20 puissances économiques pour approbation formelle lors d’une réunion des ministres des finances à Washington mercredi prochain, puis au sommet du G20 à la fin du mois à Rome pour approbation.

Cependant, la position américaine reste incertaine, qui dépend en partie des difficiles négociations sur la réforme fiscale intérieure en cours au Congrès.

Les pays soutenant l’accord sont censés l’inscrire dans leurs livres juridiques l’année prochaine jusqu’à ce qu’il prenne effet à partir de 2023, ce que de nombreux responsables proches des pourparlers décrivent comme étant trop strict.

READ  Private Equity en Afrique: financer l'écart et stimuler l'économie | Algérie 2021

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *