L’USCIRF condamne les décisions de justice algériennes à l’encontre des chrétiens

Commission des États-Unis sur la liberté religieuse internationale (USCIRF) A condamné plusieurs décisions de justice Publié en Algérie restreignant la liberté religieuse des chrétiens.

La présidente de l’USCIRF, Nadine Manza, a cité des décisions récentes de tribunaux algériens accusant les chrétiens de calomnie et de prosélytisme. Il a été condamné à plusieurs années de prison, et le scellement d’églises fermées de force a prouvé que le pays “allait dans la mauvaise direction”.

Aaron ville de plusieurs décisions de justice contre les chrétiens en Algérie [Image credit: ME Concern]

Le 22 mars, le tribunal municipal d’Aaron a confirmé la peine de cinq ans de prison prononcée contre Christian Hamid Saud, 42 ans, pour avoir insulté le prophète islamique Mahomet en partageant une caricature sur les réseaux sociaux.

Le 6 juin, un tribunal d’Aaron l’a condamné à un an de prison Le libraire Pasteur Rashid Mohammed Sikir et son assistant Nou Hamimi. La condamnation a été prononcée en septembre 2017 pour une descente de police dans une librairie et en février 2021 pour « impression, stockage ou distribution d’articles pouvant ébranler la foi d’un musulman ». Les deux chrétiens ont été condamnés à payer 200 000 $ chacun (environ 500 1 500 ; 1 080 £ ; 1 260 €). Ils ont fait appel du verdict devant la Haute Cour.

Le pasteur Rashid a été davantage affecté par la décision du 4 juin du tribunal administratif d’Aaron. Le tribunal a ordonné la fermeture de trois bâtiments religieux par le gouvernement en juillet 2020, dont la propre église du pasteur Rashid. Ces fermetures ont fait l’objet d’un recours.

“Ces décisions de justice sont une tentative flagrante de refuser aux chrétiens algériens le droit à la liberté de religion et de conviction”, a déclaré le commissaire de l’USCIRF, Frederick A. Davey a commenté, appelant les responsables du gouvernement américain à montrer l’engagement de l’Amérique en faveur de la liberté religieuse des chrétiens et des autres en Algérie. Minorités religieuses en participant aux procédures judiciaires pertinentes.

READ  Le gouvernement algérien révisé n'est pas assez bon pour la liberté religieuse

Dans son rapport annuel pour 2021, l’USCIRF a recommandé que l’Algérie soit placée sur une “liste de surveillance spéciale” pour violation de la loi internationale sur la liberté religieuse (IRFA), ou pour s’être livrée à des “violations graves de la liberté religieuse”.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *