Manchester City s’élève au-dessus du chaos de décembre, en route pour remporter le titre de Premier League

Le chaos a régné en Premier League en décembre, alors que l’épidémie de coronavirus a dévasté les équipes, forçant le report de 16 matchs et faisant parler d’une pause dans le jeu qui ne s’est jamais concrétisée.

Manchester City s’est hissé au-dessus de tout.

Sept victoires consécutives. Avance de huit points. Une séquence de 10 victoires consécutives.

Telle est la domination soudaine de City sur la ligue alors que l’un de ses rivaux semble agiter le drapeau blanc.

« Nous avons eu sept cas de COVID, nous avons eu cinq ou six joueurs pendant six semaines ou plus », a déclaré l’entraîneur de Chelsea, deuxième, Thomas Tuchel. « Comment devrions-nous participer à la course au titre ? »

Alors que Tuchel se plaignait de son malheur quelques minutes après avoir vu Chelsea encaisser un but dans le temps additionnel lors de leur match nul 1-1 contre Brighton à Stamford Bridge, City – jouant à 5 miles (8 km) à l’ouest de Londres – regardait 1-0 Gagner à Brentford pour terminer un mois complet de 21 points.

Les caméras de télévision se sont tournées vers les remplaçants de City, Raheem Sterling et Riyad Mahrez, deux des joueurs vedettes de l’équipe qui se sont reposés et étaient assis l’un à côté de l’autre dans l’abri après avoir été clairement informés qu’ils ne viendraient pas. En effet, le patron de City, Pep Guardiola, n’a effectué aucun remplacement, ayant fait pivoter sa formation de départ qui comprenait un tout nouveau trio offensif composé de Phil Foden, Jack Grealish et Gabriel Jesus.

Quel luxe. Surtout à une époque où certaines équipes demandaient des reports car elles ne pouvaient pas convoquer le nombre minimum de joueurs requis – 13 plus un gardien.

READ  Photos : stade d'Alger sous surveillance après que les joueurs aient refusé d'utiliser les vestiaires | foot foot

Et c’est peut-être la différence. L’équipe la meilleure et la plus chère de la ligue – dirigée par peut-être le meilleur entraîneur du monde – a géré la période la plus épuisante de la saison, lorsque les matchs sont intenses et rapides et que le football anglais attire plus que jamais l’attention parce que tous les autres grands joueurs européens dans la ligue en vacances d’hiver.

En décembre de l’année dernière, City a entamé une séquence de victoires consécutives en 21 matchs dans toutes les compétitions, ce qui a fait passer l’équipe de la position intermédiaire de la Premier League – bien qu’avec quelques matchs en jeu – à la première place et une longueur d’avance. 15 points.

Avance rapide d’un an et City a terminé troisième, à cinq points du leader Chelsea, après sa défaite 2-0 à domicile contre Crystal Palace le 30 octobre. Et puis avec 10 victoires consécutives, City compte huit points d’avance sur Chelsea et neuf points sur Liverpool, troisième. La défaite 1-0 contre Leicester, touché par une blessure, mardi était un autre cadeau de fin de Noël à Guardiola. Liverpool a un match en main pour City et Chelsea.

La ville a également une excellente occasion de creuser l’écart. Chelsea et Liverpool se rencontrent dimanche, donc une ou les deux équipes sont sûres de perdre des points. D’ici là, City aura joué pour Arsenal.

Alors que Chelsea est en crise défensive avec Ben Chilwell (genou) absent pour la saison et Thiago Silva, Andreas Christensen et Reece James également blessés, Liverpool perd ses deux attaquants vedettes – Mohamed Salah (Egypte) et Sadio Mane (Sénégal) – face aux Coupe d’Afrique des Nations après le match de Chelsea.

READ  Le judoka algérien Fathi Norine est interdit de retrait pendant 10 ans dans un affrontement avec un Israélien

City se verra également refuser Mahrez, qui jouera dans le tournoi pour l’Algérie, mais ils peuvent toujours se vanter d’un éventail d’options offensives que le club était heureux de pénaliser la vente de l’attaquant espagnol Ferran Torres à Barcelone cette semaine pour un montant initial de 55 millions. Euro (66 millions de dollars).

Au milieu d’une ruée généralisée pour classer City parmi les favoris pour remporter un autre titre de champion, Guardiola n’a pas été en avance sur lui-même.

« Nous sommes sur la bonne voie, mais nous sommes à la fin décembre », a-t-il déclaré après le match de Brentford. « Il reste beaucoup de matchs à jouer. Nous avons huit points d’avance mais il reste encore 54 matchs à disputer et de nombreux matchs difficiles à jouer.

« Je ne croirais personne qui dit que c’est déjà fait. Les équipes que nous avons avec nous – Chelsea et Liverpool – sont plus qu’exceptionnelles. »

City a réussi à éviter d’être touché par trop de cas de COVID-19 parmi son équipage, du moins publiquement de toute façon.

L’équipe a même le calendrier des rencontres de son côté, ayant déjà joué à l’extérieur avec Chelsea, Liverpool, Manchester United, Tottenham et Leicester en championnat cette saison.

À l’approche de janvier, les champions font de leur mieux. Un sixième titre de champion a déjà été vu en 11 saisons.

___

Plus d’informations sur AP Soccer : https://apnews.com/hub/soccer et https://twitter.com/AP_Sports

___

Steve Douglas est sur https://twitter.com/sdouglas80

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.