Manifestations après l'élection de l'ancien Premier ministre Tebboune comme nouveau président de l'Algérie

Les autorités électorales ont annoncé qu'Abdelmadjid Tebboune, ancien Premier ministre et loyaliste du commandant de l'armée algérienne, avait été élu nouveau président du pays lors d'un vote boycotté par les membres d'un mouvement de protestation national.

Le président de 74 ans a obtenu 58,15 % des voix dans ce pays riche en pétrole d'Afrique du Nord, selon le chef de l'Autorité électorale nationale indépendante, Mohamed Charfi. Le taux de participation n'était que de 41 %.

Tebboune a brièvement été Premier ministre en 2017 sous l'ancien président Abdelaziz Bouteflika, qui a été évincé du pouvoir en avril par un mouvement de protestation massif en faveur de la démocratie.

Des dizaines de milliers de manifestants ont répondu en exigeant une Algérie « libre et démocratique » et ont rejeté les résultats du vote, dénonçant des soupçons de fraude.

Les marches, en grande partie pacifiques, ont eu lieu dans la capitale, Alger, ainsi qu'à Oran, Constantine et dans d'autres villes. La police a rapidement dispersé certains d'entre eux. Les médias algériens ont fait état de nombreuses arrestations.

Des manifestants descendent dans les rues de la capitale, Alger (Tawfik Doudou/AFP)

L'élection d'une personnalité institutionnelle offrait peu d'espoir de changer l'opinion des manifestants selon laquelle les élections étaient truquées en faveur de l'ancien régime. Au lieu de nouveaux visages, deux des candidats étaient d’anciens premiers ministres.

M. Tebboune a fait l'objet d'insultes et de protestations pendant les 22 jours de campagne, et il a annulé son dernier rassemblement à Alger.

Des milliers de manifestants sont descendus dans la rue le jour du scrutin jeudi, scandant « Non aux élections de la honte » et « Les généraux sont à la poubelle ».

READ  Air France installe le service en vol Intelsat 2Ku sur 60 nouveaux avions

L'Algérie est l'un des pays les plus jeunes du monde, avec les deux tiers de la population âgée de moins de trente ans. Un quart d'entre eux sont au chômage, ce qui crée une frustration à l'égard des dirigeants vétérans du pays et des politiques qui les ont laissés pour compte.

Le Collège électoral a été créé récemment pour tenter d'apporter de la transparence dans un pays où ses dirigeants étaient censés être choisis à l'avance.

Le taux de participation à ce vote est comparé à environ 52 % en 2014, qui avait approuvé le dernier mandat de Bouteflika.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *