Ministre algérien de la Santé sur COVID-19: mieux vaut être soumis à une troisième vague

Le ministre algérien de la Santé, Abdel Rahman Benbouzid, a déclaré qu’il préférait qu’une troisième vague de COVID-19 frappe le pays afin que les gens adhèrent à des mesures préventives, en particulier la distanciation sociale et le port de masques.

La courbe du coronavirus dans le pays a continué d’augmenter au cours de la semaine dernière, avec plus de 200 infections enregistrées par jour contre moins de 100 cas plus tôt.

Des journalistes ont demandé à Ben Bouzid, lors de sa visite des cliniques publiques d’Alger, si le comité scientifique de surveillance de la pandémie de coronavirus s’attendait à une nouvelle vague.

Il a répondu: “Il vaut mieux être exposé à une troisième vague d’infection pour que les citoyens adhèrent au protocole de santé.”

Sa réponse reflétait le mécontentement du gouvernement face à l’indifférence de la population, en particulier sur les marchés bondés depuis le début du Ramadan.

Le ministre a souligné que le personnel médical “est parfaitement préparé (pour faire face à la troisième vague) et a pris toutes les précautions”, notant que la plupart des pays ont été exposés à une troisième vague en raison des nouvelles tensions.

Commentant la lenteur de la vaccination, Benbouzid a mis en cause le nombre limité de doses reçues par Alger.

Il a souligné que le monde entier souffre de la difficulté de fournir le vaccin, ajoutant que même certains pays producteurs sont incapables de fournir des vaccins à leurs citoyens.

Bin Bouzid a souligné les efforts des autorités concernées pour obtenir plus de doses, évoquant la signature de plusieurs contrats avec des entreprises et des pays industrialisés.

READ  State of Origin 2021 : dates, heures de coup d'envoi, billets, informations sur les membres, équipes et animations

Il a semblé optimiste quant à la réception prochaine de «grandes quantités de vaccins COVID-19», sans en préciser la source.

«Nous prévoyons des doses supplémentaires en mai», a-t-il dit, notant que deux lots précédents devaient être livrés en janvier et février.

Mardi, le président Abdel-Majid Tebboune a ordonné au comité scientifique de mener une enquête épidémiologique «urgente» sur les nouvelles variables, d’intensifier les campagnes de sensibilisation et de s’assurer que les populations adhèrent aux mesures préventives.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *