Ministre suédois des Affaires étrangères en Israël à l’occasion du dégel des relations

La ministre suédoise des Affaires étrangères Anne Lind devait arriver En Israël dimanche soir, sept ans après la dégradation des relations entre les deux pays.

Les ministres des Affaires étrangères Yair Lapid et Lindh prévoient de se rencontrer lundi et rencontreront également le président Isaac Herzog. Elle prévoit également de se rendre à Yad Vashem et de participer à un événement organisé par l’ambassadeur de Suède en Israël marquant 70 ans de relations entre les deux pays. Elle prévoit de se rendre à Ramallah le deuxième jour de sa visite.

Linde serait le premier ministre suédois des Affaires étrangères à se rendre en Israël depuis que la Suède a reconnu un État palestinien en 2014, déclenchant une querelle diplomatique qui s’est poursuivie lorsque la ministre suédoise des Affaires étrangères de l’époque, Margot Wallstrom, a accusé Israël d' »exécutions extrajudiciaires » de Palestiniens. Israël a rappelé son ambassadeur de Stockholm pendant un mois, et il n’y a eu aucun contact entre les deux pays au niveau ministériel jusqu’à cette année. Lapid lui-même a accusé Wallstrom d’antisémitisme lors d’un rassemblement pro-israélien à Stockholm en 2016.

Mais la Suède a pris des initiatives pour Israël ces dernières annéesnotamment en s’exprimant en faveur de la convocation du Conseil d’association UE-Israël et en soutenant la candidature d’Israël aux organes de l’ONU.

Lapid et Lindh se sont rencontrés au Conseil des affaires étrangères de l’Union européenne en juillet, où elle a demandé et accepté de remettre les relations entre Israël et la Suède sur les rails. Ils se sont entretenus par téléphone en septembre – la première conversation officielle entre les ministres des Affaires étrangères d’Israël et de la Suède en sept ans – et la Suède a annoncé peu de temps après qu’elle boycotterait la conférence anti-israélienne de Durban IV aux Nations Unies.

READ  L'Inde établit un record quotidien sur le virus Corona: Blinkin promet une aide américaine - PHOTOS

Le ministre des Affaires étrangères Yair Lapid s’exprime lors d’une conférence de presse à Washington le 13 octobre 2021 (Source : Shlomi AMSALEM / GPO)

Les relations entre Israël et la Suède sont également conformes à l’objectif déclaré de Lapid de renforcer les liens d’Israël avec les États démocratiques libéraux.

L’ambassadeur de Suède en Suède, Ziv Nevo Kohlmann, a déclaré dimanche que le pays scandinave avait été beaucoup plus chaleureux envers Israël au cours des deux dernières années.

Coleman a déclaré qu’il pensait que « l’avenir est prometteur » parce que la Suède et Israël sont d’accord sur de nombreuses questions et peuvent bénéficier de liens plus étroits. Même avant l’annonce de la visite de Linde, a déclaré Coleman, les pays étaient désireux de collaborer sur des questions telles que la durabilité, le genre et les droits des LGBT.

« C’est un processus, pas quelque chose qui se produit du jour au lendemain », a déclaré Coleman. « Cela s’ajoute à l’accumulation d’un nouvel esprit au Moyen-Orient, avec la signature des accords d’Abraham, qui rassemblent de plus en plus de pays arabes pour avoir des relations normales avec Israël… Des pays dont la Suède se rendent compte qu’on ne peut pas regarder le Moyen-Orient seulement de Pendant le conflit palestino-israélien, c’est un paysage plus large et il y a des problèmes plus urgents.

La semaine dernière, la Suède a accueilli le Forum international de Malmö sur la mémoire de l’Holocauste et la lutte contre l’antisémitisme, auquel Herzog a participé partenaire par diffusion en direct.

Une source diplomatique a déclaré que la Suède n’avait que deux bureaux d’innovation à l’étranger, un en Californie et un à Tel-Aviv, faisant de l’innovation un moteur important de la volonté de Stockholm d’améliorer ses relations.

READ  Les Ugly Dog Fries de Nouvelle-Zélande pourraient être les plus grosses au monde

Le ministre des Transports et chef du Parti travailliste Merav Michaeli s’est entretenu avec Lindy la semaine dernière sur « l’importance capitale de l’autonomisation des femmes et des filles et de s’assurer que nos voix sont entendues dans tous les aspects de l’élaboration des politiques », en l’honneur de la Journée internationale de la fille.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *