Montréal a été arrêté en Algérie alors qu’il rentrait au Canada

Lazarus Sowamia, un citoyen algéro-canadien, a été arbitrairement détenu en Algérie par sa femme, Fatima Benzera.

Elle dit que son mari a été arrêté à l’aéroport international Mohamed Boudiaf de Constantine, dans l’est du pays, le 16 février, alors qu’il s’apprêtait à embarquer sur un vol de retour à Montréal après une escale à Alger.

Il a été arrêté puis emmené dans les locaux des services de sécurité de la ville par des agents en civil, sans mandat judiciaire et sans inculpation claire, raconte Benzerara.

« Je ne dormirai plus, je ne mangerai plus, j’ai été à l’hôpital pendant 24 heures, ma fille s’est effondrée, toute la famille, tout a changé », a-t-il déclaré à Radio-Canada.

Lazhar Zouaïmia, son avocat, a déclaré avoir incité à des activités terroristes par des moyens techniques.

Comme des centaines d’autres Algériens, Zouaïmia à Montréal a pris part au mouvement Hirak, un mouvement populaire pacifique qui a débuté en Algérie le 22 février 2019, appelant à la démocratisation du pays.

« Les accusations sont plus dures que cela », a déclaré sa femme. « Je ne comprends pas vraiment. C’est en fait le contraire de Lazare. »

Oppression

Ces derniers mois, le régime algérien a intensifié sa répression contre les militants du Hirak.

Selon les médias, 300 militants sont détenus et interrogés sur diverses accusations, dont « terrorisme ».

« Plus de 300 personnes ont été arrêtées pour des délits d’opinion et politiques », a déclaré le journaliste algérien Mustafa Pentjama.

« Actuellement, nous vivons une répression horrible en Algérie, qui est pire que ce que nous avons connu sous Podfilica. [the president deposed by the protest movement] Ou d’autres présidents. »

READ  La Banque mondiale salue l'aide américaine et française pour aider l'Inde à lutter contre Covit-19

A la veille du troisième anniversaire de la lutte algérienne de 2019, plusieurs militants ont été arrêtés dans des villes du pays.

Pour l’ami de la famille Idir Sadou, le gouvernement veut « donner l’exemple » à Zouaïmia.

« Cela aura pour effet d’effrayer et d’intimider les gens qui veulent aller [Algeria], » il a dit.

« Je connais des gens qui ont prévu de rendre visite à leur famille dans le pays et qui ont décidé de ne pas y aller car ils se sont exprimés sur les réseaux sociaux. »

Le gouvernement fédéral a confirmé à Radio-Canada qu’il était au courant de l’arrestation et de la détention de Zouaïmia, et a déclaré que des représentants de l’ambassade étaient en contact avec les autorités locales pour recueillir des informations et fournir une assistance diplomatique.

Hydro-Québec, le patron de Zouaïmia, dit avoir appris son arrestation par l’intermédiaire de sa femme.

La société d’État a indiqué que la relation d’emploi était maintenue et qu’elle « surveillait de près la situation ». [its] Comités des ressources humaines et de la sécurité corporative. »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.