Ottawa demande à la France d’extrader un prêtre accusé d’abus sexuels au Nunavut

Ottawa demande à la France d’extrader un prêtre accusé de crimes contre des enfants au Nunavut, a confirmé mercredi le ministre fédéral de la Justice alors que le pape François poursuit sa tournée au Canada.

« La collaboration et la collaboration sont essentielles pour remédier à l’héritage honteux des pensionnats », a déclaré le ministre de la Justice, David Lametty, dans une déclaration écrite.

« Nous travaillons avec les peuples autochtones pour faire avancer l’important travail de réconciliation au Canada. Je tiens à vous assurer qu’il est important pour le Canada et ses partenaires internationaux que les crimes graves fassent l’objet d’enquêtes approfondies et soient traduits en justice », a-t-il ajouté.

Une porte-parole du ministère de la Justice a déclaré que le procureur général du Canada avait fait une demande d’extradition de Johannes Rivoire, mais n’a pas précisé quand ni plus de détails.

Le pape François devrait se rendre au Nunavut cette semaine dans le cadre de son voyage au Canada, où il a présenté ses excuses aux survivants des pensionnats. Il s’agissait d’établissements financés par le gouvernement et dirigés par des églises que les enfants autochtones étaient obligés de fréquenter et où des milliers d’entre eux étaient victimes d’abus.

Les dirigeants inuits ont appelé le pape à intervenir personnellement pour Rivoire, qui était au Canada du début des années 1960 jusqu’en 1993, date à laquelle il est revenu en France.

La GRC a déclaré que Revoir était recherché en vertu d’un mandat pancanadien dans le cadre d’une nouvelle accusation d’agression sexuelle liée à une accusation d’agression sexuelle contre une femme.

READ  Rugby des Six Nations | Cinq Classiques : Ecosse contre France

La GRC du Nunavut a déclaré avoir reçu l’an dernier un rapport sur des agressions sexuelles présumées survenues il y a 47 ans.

Rivoire avait auparavant évité un procès pour de multiples allégations d’abus sexuels pendant son temps en tant que prêtre au Nunavut.

Un mandat d’arrêt a été émis contre lui en 1998, mais les charges ont été abandonnées en 2017. Le ministère public du Canada a cité la réticence de la France à extrader.

En mars, Natan Obed, chef de l’Inuit Tapiriit Kanatami, a déclaré lors d’une réunion au Vatican qu’il avait demandé au pape de parler directement à Revoire et de se rendre au Canada pour faire face à la nouvelle accusation. Obed a également déclaré que la France avait demandé au pape d’agir si Rivoire ne l’acceptait pas.

Mercredi, l’ambassade de France a confirmé que la justice canadienne avait envoyé une demande d’extradition de Rivoire vers la France. Le ministère français de la Justice traite actuellement la demande et a demandé plus d’informations aux autorités canadiennes, a indiqué l’ambassade.

Lametty n’a pas fourni plus de détails sur la demande d’extradition, mais a noté dans sa déclaration qu’il était inhabituel pour lui de commenter si une demande avait été faite.

« Les demandes de consentement sont considérées comme des communications confidentielles d’État à État, et en tant que ministre, je ne peux généralement pas dire si une demande d’extradition particulière a été faite », a déclaré Lametti. « Cependant, j’ai connaissance du fait de la demande d’extradition adressée à la France, ce que mes responsables départementaux ont maintenant confirmé. »

Le pape François devrait se rendre à Iqaluit vendredi, dernier jour de son voyage au Canada.

READ  La France a promis 500 millions d'euros pour la végétation urbaine alors que les vagues de chaleur se calment.

Avec des fichiers de Kelly Geraldine Malone

Nos newsletters Morning Update et Evening Update sont rédigées par les rédacteurs du Globe et vous donnent un bref résumé des titres importants de la journée. Inscrivez-vous aujourd’hui.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.