Oui, la Cop26 aurait pu aller plus loin – mais elle nous rapproche quand même d’un monde à 1,5°C| James Shaw

LesComme beaucoup d’autres, j’aimerais voir un résultat plus fort que policier 26. Mais nous ne devons pas perdre de vue le fait que beaucoup de choses ont été accomplies – et le résultat final nous amène très près de là où nous devons être qu’il y a quelques semaines.

pays pour la première fois Accepté de prendre des mesures sur les combustibles fossiles. Oui, cela aurait pu aller plus loin – mais n’oublions pas que pas un seul mot n’a jamais été prononcé sur les combustibles fossiles dans aucune convention conditionnelle. Le texte convenu est donc important.

Nous sommes également parvenus à un consensus sur un certain nombre de questions en suspens depuis Paris, telles que la question complexe de la manière dont les pays peuvent travailler ensemble pour réduire les émissions. Cela peut sembler peu, mais le fait que les pays se soient mis d’accord sur un ensemble de règles qui garantiront de réelles réductions d’émissions dans le monde est vraiment important.

Bref, Cop nous a rapprochés, en gros, d’être sur la bonne voie pour un monde à 1,5°C. Les estimations vont de 1,8°C à 2,4°C. Il y a un an, nous regardions au nord de 3,5 degrés Celsius.

La fenêtre d’opportunité pour y parvenir est très petite, mais elle est toujours là. L’important est le suivant : saisir ou non l’opportunité qui nous reste dépend de la volonté politique de conduire l’action locale chez nous.

Il était très encourageant de voir les deux plus gros émetteurs de gaz à effet de serre au monde – la Chine et les États-Unis – signaler leur intention de travailler à nouveau ensemble pour réduire les émissions.

Et en ce moment, le président Biden pousse un plan de dépenses intérieures qui comprend un programme déchirant 550 milliards de dollars pour l’action climatique.

C’est le niveau d’engagement que nous devons voir dans les pays développés du monde entier. Bien sûr, tout le monde n’a pas le pouvoir d’achat des États-Unis, mais nous devons tous faire tout notre possible pour transformer l’ambition en action.

Chez Aotearoa, nous avons l’intention de montrer l’exemple et de montrer au monde à quoi ressemble une action climatique déterminée, ambitieuse et durable.

Avant la COP26, la Première ministre Jacinda Ardern et moi-même avons annoncé un objectif actualisé de contribution déterminée au niveau national visant à réduire de moitié les émissions. Nouvelle-Zélande d’ici 2030. Atteindre cet objectif nécessitera de nombreux changements, petits et grands, qui, ensemble, conduiront à un avenir meilleur et plus propre.

Ces changements seront correctement ressentis dans tout le spectre politique et économique – dans l’énergie, les transports, les déchets, l’agriculture, la construction et les services financiers. C’est pourquoi nous adoptons une approche « tout gouvernement » de l’action climatique, ce qui, à mon avis, signifie que chaque ministre est désormais ministre du climat.

Aucune partie de notre pays, aucun travail, aucune communauté, aucune famille dont l’avenir ne sera pas façonné d’une manière ou d’une autre par les décisions que nous prendrons au cours de la prochaine décennie.

Il est donc primordial d’assurer une transition juste qui ne laisse personne de côté. Nous ne réussirons dans notre mission que si nous nous dirigeons vers notre avenir à faible émission de carbone d’une manière qui contribue également à éliminer les modèles actuels d’inégalité.

Nos prochaines étapes dans la lutte contre le changement climatique à Aotearoa, en Nouvelle-Zélande, s’appuieront sur les réalisations que nous avons déjà réalisées. Ces dernières années, nous avons Législation adoptée Exiger que toutes les sociétés cotées et les principales institutions financières fassent rapport sur les risques liés au climat.

Nous avons modernisé les écoles, les hôpitaux, les universités et les entreprises pour qu’ils fonctionnent à l’énergie propre au lieu du charbon sale. Nous avons facilité l’achat de voitures à faibles émissions pour les familles.

Mais est-ce suffisant ? Même pas près. Nous avons un long chemin à parcourir, mais nous savons où aller. Il en va de même pour les pays du monde entier. Après les accords conclus à la Cop26 et les cadres en place, il n’y a plus de place pour les excuses. C’est l’heure du travail.

Comme je l’ai dit dans le Manifeste national de la Nouvelle-Zélande à Glasgow, depuis la reconnaissance collective de la nécessité de commencer à réduire les émissions il y a 30 ans, le monde n’a réussi qu’à doubler la quantité de dioxyde de carbone que nous avons rejetée dans l’atmosphère depuis le début de la Révolution industrielle.

Et pendant tout ce temps, nos dirigeants politiques savaient ce qui se passait – la science était claire depuis longtemps. Ils ont eu une chance de l’arrêter, mais ils ne l’ont pas fait.

Et donc, cela nous tombe dessus – ici, maintenant.

READ  Le Guinness World Records confirme que la personne la plus âgée au monde est Porto Rico

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *