Palestiniens tués par les forces israéliennes en Cisjordanie : ministère palestinien

Le Caire : La première réunion préparatoire du prochain sommet arabe a débuté mercredi au Centre international de conférences, à l’ouest d’Alger.

La session préparatoire s’est tenue en préparation du 31e Sommet arabe, qui sera accueilli par l’Algérie les 1er et 2 novembre.

La crise palestinienne devrait figurer en tête de l’ordre du jour du sommet et couvrira également les relations avec l’Afrique et l’Europe à différents niveaux.

Les responsables algériens ont annoncé l’achèvement des préparatifs de l’événement.

L’agence de presse officielle du pays, l’agence de presse algérienne, a publié une vidéo des préparatifs, décrivant l’événement comme « le plus important de l’histoire des sommets arabes ».

Cela fait suite au succès des efforts algériens pour rassembler les factions palestiniennes afin de signer un accord de réconciliation le 13 octobre.

Les médias ont lancé une grande campagne promotionnelle pour préparer l’Algérie à la rencontre arabe sous le slogan « Unir la Ligue arabe », qui a été présenté par le président algérien Abdelmadjid Tebboune.

La campagne a souligné les efforts du président pour persuader les dirigeants arabes, y compris les rois et les chefs d’État, de participer au sommet, lors de ses visites dans plusieurs capitales arabes au cours des derniers mois.

Aujourd’hui, samedi, le Premier ministre Ayman bin Abdul Rahman a déclaré que la réunion arabe sera l’occasion de « confirmer le soutien à la cause palestinienne en tant que cause arabe centrale, en soulignant la position arabe commune représentée dans l’Initiative de paix arabe, qui est le cadre qui garantit la protection des droits légitimes du peuple palestinien. »

L’Algérie a assumé la présidence du Conseil de la Ligue des États arabes à partir de la Tunisie.

READ  Le Réseau ministériel informel de la Cour pénale internationale et la Conférence sur l'article XIV du Traité d'interdiction complète des essais nucléaires en marge de l'Assemblée générale des Nations Unies 76

Le représentant permanent de l’Algérie auprès des Nations unies, Al-Nadir Al-Arabi, a souligné la relation étroite qui unit l’Algérie et les pays arabes à tous les niveaux.

Il a déclaré que les délibérations sur le sommet d’Algérie avaient commencé trois ans après le dernier sommet tenu en Tunisie en 2019.

Al-Arbawi a salué les efforts du Secrétariat général de la Ligue des États arabes pour organiser le sommet dans un contexte de problèmes mondiaux croissants et d’un état de forte polarisation.

Dans son discours lors de la réunion préparatoire, il a déclaré que le défi est « grand » et nécessite une coordination des efforts politiques, diplomatiques et collectifs entre les pays arabes pour le surmonter.

Il a indiqué que la question palestinienne est en tête de liste des priorités arabes, louant dans ce contexte le récent accord entre les factions palestiniennes, passé sous l’égide de l’Algérie.

Al-Arbawi a déclaré : Nous voulons que ce soit un sommet arabe consensuel qui reflète la solidarité du monde arabe. Nous devons tirer les leçons du passé et relever les défis du présent tout en construisant des ponts de coopération.

Mohamed Ben Youssef, représentant permanent de la Tunisie auprès de la Ligue des États arabes, a déclaré que l’atmosphère positive qui a résulté des réunions a renforcé la conviction de chacun de la solidarité arabe et « des attitudes unificatrices face aux défis auxquels notre pays est confronté ».

Il a ajouté qu’après le sommet de Tunis il y a trois ans, « nous avons cherché à accroître l’action arabe commune et à renforcer la solidarité dans cette situation délicate caractérisée par l’instabilité, le phénomène croissant du terrorisme, la criminalité transnationale organisée, l’épidémie de Covid-19 et la propagation du terrorisme ». . La crise russo-ukrainienne.

READ  Réduire la TPS, créer une division distincte pour le secteur automobile: un panel parlementaire en un centre

Il a ajouté que « la tension dans la région arabe et la poursuite des conflits armés nécessitent des efforts intensifiés pour contenir les crises et rechercher des solutions politiques aux conflits et aux divisions qui renforcent la sécurité et immunisent nos sociétés contre les ingérences extérieures ».

Ben Youssef a déclaré que la Tunisie est désireuse de contribuer à trouver une solution à la crise libyenne dans le cadre de « l’accord libyen libyen ».

Il a ajouté que la région était sous le choc des graves crises et des transformations rapides qui ont encore compliqué la situation et menacent la sécurité nationale arabe et la stabilité de toute la région, ce qui nécessite solidarité et coopération pour la résoudre et parvenir à la prospérité.

Hossam Zaki, secrétaire général adjoint de la Ligue des États arabes, a souligné l’importance du sommet en Algérie à un moment où les crises s’aggravent.

Il a salué les efforts de l’Algérie pour rendre le sommet sans papier, notant qu’il s’agit d’un pas dans la bonne direction, conformément aux efforts d’autres organisations.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.