Plus de 40 personnes ont été condamnées à la prison à vie aux Émirats arabes unis pour crimes « terroristes ».

Selon Amnesty International, l’acte d’accusation, les accusations, les avocats de la défense et les noms des accusés « ont été gardés secrets par le gouvernement ».

Elle a déclaré que les détails n’étaient connus que par des « fuites ».

Human Rights Watch a identifié trois des personnes condamnées à la réclusion à perpétuité : Nasser bin Ghaith, Abdul Salam Darwish Al Marzouqi et Sultan bin Kayed Al Qasimi. Elle a ajouté que l’éminent activiste Ahmed Mansour figurait parmi les accusés.

Réagissant à ces condamnations, Devin Kenny, d’Amnesty International, a exhorté les Émirats arabes unis à « annuler de toute urgence cette condamnation illégale » et a appelé à la libération des condamnés.

« Le procès était une parodie éhontée de justice et violait plusieurs principes fondamentaux du droit, notamment le principe selon lequel la même personne ne devrait pas être jugée deux fois pour le même crime, et le principe selon lequel personne ne devrait être puni rétroactivement en vertu de lois qui ne prenaient pas en compte la justice. exister au moment du crime allégué.

Khaled Ibrahim du Gulf Center for Human Rights, dont Ahmed Mansour est membre du conseil d’administration, a déclaré : « C’est une véritable tragédie que de nombreux militants et défenseurs des droits humains restent en prison pendant des décennies, privés de voir leurs enfants grandir, pendant une période d’un an. raison seulement, qui est d’appeler à… un avenir meilleur pour les Émiratis. »

Bien qu’ils soient l’un des pays les plus riches du Moyen-Orient et qu’ils encouragent les secteurs technologiques avancés et les innovations, les Émirats arabes unis restent limités à toute activité politique.

READ  Trois Palestiniens armés ont été tués lors d'affrontements avec Tsahal à Jénine

La fédération des sept émirats, qui comprend Abou Dhabi et Dubaï, ne compte aucune opposition officielle et les partis politiques sont interdits.

En 2013, près de 70 islamistes ont été condamnés à la prison pour un prétendu complot visant à renverser le gouvernement.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *