Posta a du mal à économiser 168 millions de shillings collectés pour les services d’enregistrement des entreprises

Économie

Posta a du mal à économiser 168 millions de shillings collectés pour les services d’enregistrement des entreprises


Publier

Le ministre des Postes Dan Kagoe. photo de profil | NMG

edwinmutai_img

Sommaire

  • Le Comité des comptes publics (PAC) de l’Assemblée nationale a déclaré que M. Kagwe devrait expliquer où se trouvent les 168 776 500 détenus par le Centre Huduma.
  • Le montant concerne les recouvrements de recettes des années précédentes qui n’ont pas été remis et transférés, au compte de recettes de la CBK, depuis longtemps.
  • La vérificatrice générale Nancy Gathongo s’est interrogée sur le fait que les fonds n’avaient pas été transférés au Trésor.

Le Parlement a convoqué le directeur général de la poste Dan Kagwe pour non-transfert de 168 millions de Ksh collectés au nom du service d’enregistrement des entreprises.

Le Comité des comptes publics (PAC) de l’Assemblée nationale a déclaré que M. Kagwe devrait expliquer où se trouvent les 168 776 500 détenus par le Centre Huduma.

Le montant concerne les recouvrements de recettes des années précédentes qui n’ont pas été remis et transférés, au compte de recettes de la CBK, depuis longtemps.

Le procureur général Kennedy Ogito a déclaré aux députés que la Postal Corporation of Kenya (PCK) avait collecté l’argent au nom de Hodouma et ne l’avait pas transféré au Trésor.

L’argent était destiné aux services fournis par le service d’enregistrement des entreprises par l’intermédiaire des centres Hodoma.

« Nous allons poursuivre PCK pour 168 millions de shillings. Nous devons appeler le PDG de Postal Corporation au Kenya pour qu’il vienne ici dans une semaine et explique où se trouve cet argent », a déclaré Obiyo Wandai, qui dirige PAC.

La vérificatrice générale Nancy Gathongo s’est interrogée sur le fait que les fonds n’avaient pas été transférés au Trésor.

« Ceci est contraire à l’article 64 (1) (a) du Règlement de 2015 sur la gestion des finances publiques (gouvernement national), qui exige que le comptable et le bénéficiaire des recettes soient personnellement responsables de s’assurer que des garanties adéquates sont en place et appliquées pour la collecte rapide et la comptabilisation appropriée de tous les revenus du gouvernement national et d’autres fonds publics liés à leurs ministères, départements ou agences.

M. Ogito a déclaré à la commission que le cabinet d’avocats de l’État avait conclu un contrat avec le centre Hodouma et que le centre d’enregistrement des entreprises utilisait un compte de la société postale pour collecter l’argent.

Nous utilisions le compte de la Kenya Postal Corporation. La responsabilité incombe à la Société postale. Ils percevaient des revenus en notre nom et étaient censés les transférer au Trésor national, a déclaré Ogito lors de l’audit du cabinet d’avocats de l’État et du ministère de la Justice jusqu’en juin 2020.

Ogeto a également été confronté à des questions sur la manière dont le service d’enregistrement des entreprises passe des contrats avec des prestataires de services pour collecter des revenus en son nom.

Les fournisseurs de services comprennent E-Citizen, puis Safaricom, Kenya Commercial Bank et d’autres.

Le vérificateur général a déclaré que les ententes contractuelles pertinentes n’avaient pas été mises à la disposition des fins d’examen de vérification.

M. Ogito a déclaré que le Trésor avait ordonné au service d’enregistrement des entreprises de collecter des revenus à l’aide de la plate-forme citoyenne électronique.

[email protected]

READ  Le Commerce annonce des subventions de résilience CDBG-COVID de 2 millions de dollars

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *