Pour la première fois, des Saoudiennes montent la garde à La Mecque pendant le Hajj

MAKKAH, Arabie saoudite, 21 juillet (Reuters) – Inspirée par la carrière de son défunt père, Mona a décidé de rejoindre l’armée et le premier groupe de femmes soldats saoudiennes à travailler dans les sites les plus sacrés de l’Islam, où elles aident à sécuriser le Hajj annuel.

Depuis avril, des dizaines de femmes soldats font partie des services de sécurité qui surveillent les pèlerins à La Mecque et à Médine, berceaux de l’islam.

Vêtue d’un uniforme militaire kaki, d’une veste jusqu’aux hanches, d’un pantalon ample et d’un chapeau noir sur le voile couvrant ses cheveux, Mona passe son temps à parcourir la Grande Mosquée de La Mecque.

“En suivant les traces de mon défunt père pour terminer son voyage, je me tiens ici dans la Grande Mosquée de La Mecque, le lieu le plus saint. Servir les fidèles est une tâche très noble et honorable”, a déclaré Mona. Prenom.

Le prince héritier saoudien Mohammed bin Salman a poussé les réformes sociales et économiques dans le cadre de plans visant à moderniser le royaume islamique conservateur et à attirer les investissements étrangers dans le cadre d’une campagne de diversification.

Dans le cadre de son plan de réforme, connu sous le nom de Vision 2030, le prince héritier a levé l’interdiction de conduire aux femmes, autorisé les femmes adultes à voyager sans l’autorisation d’un tuteur et leur a donné plus de contrôle sur les affaires familiales.

Mais le plan de réforme s’est accompagné d’une répression contre la dissidence, y compris les militantes des droits des femmes.

L’Arabie saoudite a restreint le pèlerinage à ses citoyens et résidents pour la deuxième année consécutive et a interdit à des millions d’autres pèlerins de l’étranger en réponse à la pandémie de coronavirus.

READ  Le vice-président Kamala Harris de la mer de Chine méridionale s'entretient au Vietnam sur fond de rivalité américano-chinoise

Samar, un autre soldat observant les pèlerins près de la Kaaba, un bâtiment en forme de cube qui, selon les musulmans, a été construit par Ibrahim, a déclaré qu’elle avait été encouragée par sa famille à rejoindre l’armée, après des études psychologiques.

Elle a dit : « C’est une grande réussite pour nous et la plus grande fierté d’être au service de la religion, de la patrie et des invités de Dieu, le Compatissant, le Miséricordieux.

Écrit par Marwa Rashad de Londres. Montage par Alexandra Hudson

Nos critères : Principes de confiance de Thomson Reuters.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *