Pourquoi la Francophonie et le Commonwealth sont désormais des jumeaux orphelins

Pourquoi la Francophonie et le Commonwealth sont désormais des jumeaux orphelins

Louise Mushikiwabo, secrétaire générale de l’Organisation internationale de la Francophonie, à Tunis, le 20 novembre 2022. (AFP)

Le Sommet de la Francophonie s’est terminé plus tôt cette semaine. L’Assemblée des pays francophones a réuni 31 chefs d’État et de gouvernement à Djerba, en Tunisie. Le sommet était censé se concentrer sur la numérisation, l’économie et la promotion de la vision de la « francophonie 2.0 », mais la politique des coulisses a pris le dessus sur l’ordre du jour, notamment sous la forme d’une rivalité amère entre les pays et d’autres snobisme. Fait intéressant, le président Emmanuel Macron a déclaré que les Français pourraient être à la traîne et a appelé à une phase de « résistance et de restauration ». Il ne s’agit pas seulement de la langue française, il s’agit aussi de l’influence mondiale de la France, notamment en Afrique.

Il y a une semaine, lors de la COP27, la secrétaire générale du Commonwealth, Patricia Scotland, a souligné l’impact des catastrophes climatiques sur les pays de la CEI. Au Pakistan, des inondations dévastatrices ont tué plus de 1 700 personnes et touché 33 millions de personnes depuis juin. De même, plus de 600 personnes au Nigeria sont mortes et 1,3 million ont été déplacées en raison des pires inondations que le pays ait connues depuis plus d’une décennie. C’est une indication importante de la façon dont les 56 pays du Commonwealth, menés par la Grande-Bretagne, se concentrent sur le climat. La nouvelle économie est également devenue un domaine important pour le développement futur.

Les deux organisations sont nées naturellement comme symboles du soft power des deux plus grandes puissances coloniales du monde. Il a vu le jour à une époque où fleurissaient la découverte, l’architecture, la littérature et l’expansion des affaires privées. Depuis lors, le monde a changé plusieurs fois. Les deux anciens pays les plus puissants du monde n’ont plus les moyens de faire profiter leur soft power de leurs intérêts. Ils ont perdu leur puissance dure.

READ  Perspectives du marché mondial des tramways et des trains légers: 2021 et au-delà - ResearchAndMarkets.com

Ainsi, aujourd’hui, la Francophonie et le Commonwealth sont comme des jumeaux orphelins. Ils font face aux mêmes défis de savoir qui ils sont dans ce nouveau monde. Chacun, dans son style, a proposé les mêmes solutions pour se concentrer sur l’éducation et la culture, ainsi que sur le nouveau climat et l’économie.

Ils cherchent à préserver leurs sphères d’influence avec cette nouvelle approche, plus axée sur l’économie que sur la politique. Cependant, dans cet exercice, ils découvrent ce qu’ils savaient peut-être déjà – que seules la force et la force de frappe rendaient ces organisations obligatoires. Il est désormais facultatif.

Cela est d’autant plus vrai que les pays des deux groupes deviennent plus influents dans leurs sphères régionales et imposent une nouvelle approche. Même certains pays de l’ancienne sphère d’influence ont refusé d’adhérer à la Francophonie. Par exemple, cela n’a pas été mis en œuvre par les différents dirigeants algériens car ils ont toujours voulu déclarer clairement leur indépendance vis-à-vis de l’ancienne puissance coloniale. Aujourd’hui, avec sa crise énergétique, l’Algérie peut jouer de meilleures cartes. Quant au Commonwealth, en revanche, des pays comme la Jamaïque et Saint-Kitts-et-Nevis envisagent de retirer le monarque britannique de leur chef d’État, tout comme la Barbade l’a fait l’année dernière. En fait, facultatif.

En Afrique, certains pays font le chemin inverse et rejoignent le Commonwealth. Cependant, selon les analystes africains, c’est une façon de défier la sphère d’influence française et de prouver qu’il existe d’autres options. C’est la principale raison pour laquelle le Gabon et le Togo – deux anciennes colonies françaises et membres de la communauté francophone – ont choisi de rejoindre le Commonwealth au début de cette année. Cependant, de tels mouvements sont inutiles pour la France et le Royaume-Uni en Afrique, car la réalité est que la Russie les a dépassés sur le plan militaire et la Chine sur le plan économique. Récemment, les États-Unis ont également commencé à agir rapidement, concentrant davantage leur pouvoir sur les activités militaires et économiques.

READ  Le développement et la rétention des talents sont essentiels à l'économie de Rochester

Cela indiquerait une plus grande perte d’influence de la France en Afrique parmi les pays francophones – une mort lente pour ce qu’on a souvent appelé la France-Afrique. L’un des points qui n’a cessé d’être évoqué ces derniers mois, et pas seulement par le nouveau Premier ministre italien, concerne le franc CFA, qui lie les pays africains à la France. On pousse non seulement à rompre avec la francophonie et à changer de camp, mais aussi à briser la sphère d’influence économique et géopolitique française.

Cependant, la raison de la perte d’influence des deux concepts est plus profonde. En fait, il y a aussi une raison à l’intérieur de ces pays. Ils sont trop occupés à regarder vers l’intérieur et à faire avancer des programmes progressistes complètement détachés des dures et dangereuses réalités de ce nouveau monde. Cela a, d’une certaine manière, accéléré la perte de puissance dure et douce en créant des crises avec des alliés sur des questions de droits de l’homme sans raison, tout en reculant sans accomplissement clair non plus. Ce manque de stratégie a également conduit les pays de la région à être plus pragmatiques et à voir ce qui sert leurs intérêts.

Les deux anciens pays les plus puissants du monde n’ont plus les moyens de faire profiter leur soft power de leurs intérêts.

Khaled Abou Zahr

Alors, quelle devrait être la prochaine ? Le pragmatisme, ou plus précisément l’honnêteté, est toujours une bonne approche s’ils ne peuvent plus maintenir ces syndicats et montrer leur influence et leur pouvoir. La France doit revenir aux vraies racines de la francophonie – la beauté de la langue française – et il en va de même pour la langue anglaise. C’est un lien d’unité et plus qu’une simple langue. Inutile d’y ajouter une couche politique. La langue parlée par 350 millions de personnes crée vraiment des liens étroits. Et c’est ainsi que cela peut être fait pour un avenir meilleur : laisser le secteur privé prendre le volant et les gouvernements se détendre.

  • Khaled Abou Zahr est le PDG d’Eurabia, une société de médias et de technologie, et le rédacteur en chef d’Al Watan Al Arabi.

Avis de non-responsabilité : les opinions exprimées par les auteurs dans cette section sont les leurs et ne reflètent pas nécessairement les vues d’Arab News

READ  Emirates Airlines augmente ses fréquences vers Alger

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.