Procès du réalisateur Roman Polanski en France

Le réalisateur franco-polonais Roman Polanski a comparu devant un tribunal en France pour diffamation à l'égard d'une actrice britannique qui l'accusait d'agression sexuelle dans les années 1980.

L'homme de 90 ans est recherché aux États-Unis pour le viol d'une jeune fille de 13 ans en 1977 et fait face à plusieurs autres accusations d'agression sexuelle présumée qui remontent à des décennies et qui ont dépassé le délai de prescription – toutes allégations qu'il a rejetées. .

Le réalisateur, dont la longue carrière comprend les films oscarisés « Rosemary's Baby », « Chinatown » et « The Pianist », s'est enfui en Europe en 1978.

Polanski ne devrait pas comparaître devant le tribunal, ont indiqué ses avocats.

Son accusatrice, Charlotte Lewis (56 ans), devrait être présente.

Elle a accusé Louis Polanski en 2010 de l'avoir agressée sexuellement « de la pire des manières possibles » alors qu'elle avait 16 ans en 1983 à Paris après qu'elle s'y soit rendue pour un casting. Elle est apparue dans son film « Les Pirates » de 1986.

Le réalisateur d'origine française a répondu qu'il s'agissait d'un « mensonge scandaleux » lors d'une conversation en 2019 avec le magazine Paris Match.

Selon Paris Match, il a produit une copie d'un article de 1999 paru dans le tabloïd britannique News of the World dans lequel Lewis aurait déclaré : « J'étais amoureux de lui et je voulais être son amant. »

Lewis a déclaré que les citations qui lui étaient attribuées dans cette interview n'étaient pas exactes.

Louis a porté plainte pour diffamation et le réalisateur a été automatiquement inculpé en vertu de la loi française.

READ  Lily Collins retrouve Ashley Parke en France pour commencer le tournage de la troisième saison d'Emily à Paris

« Le droit de se défendre »

« La diffamation et la diffamation des gens font partie intégrante du régime de Polanski, et c'est ce que Charlotte Lewis appelle avec beaucoup de courage », a déclaré à l'AFP son avocat, Benjamin Shuai.

L'avocate de Polanski, Delphine Millet, a déclaré qu'il n'y avait aucune diffamation dans l'article de Paris Match.

Elle a ajouté : « Polanski a le droit de se défendre publiquement, tout comme la femme qui l’accuse. »

Les avocats de la défense ont appelé Stuart White, auteur de l'article de News of the World de 1999, à comparaître comme témoin lors du procès.

White est un correspondant basé à Los Angeles pour le désormais disparu News of the World qui a quitté son poste pour devenir scénariste.

Le tabloïd, qui a été accusé à plusieurs reprises de diffamation et de fabrication de citations, a été contraint de fermer ses portes en 2011 après que ses employés ont été accusés de pirater des téléphones à la recherche d'articles.

En 2010, Lewis a déclaré qu'elle avait décidé de s'exprimer pour contrer les suggestions de l'équipe juridique de Polanski selon lesquelles l'affaire de viol de 1977 était un incident isolé.

Elle a pris la parole dans les bureaux de Los Angeles de Gloria Allred, une avocate de renom qui a également représenté des femmes ayant accusé Harvey Weinstein, la star de la sitcom Bill Cosby et l'ancien président américain Donald Trump.

« Échapper au châtiment »

La France, la Suisse et la Pologne ont refusé d'extrader Polanski vers les États-Unis.

READ  Igor Bogdanov est mort du Covid, quelques jours après la mort de son frère jumeau

Mais le projet de Polanski de présider la cérémonie des César, l'équivalent français des Oscars, a été abandonné début 2017 sous la pression des militantes féministes.

Entre 2017 et 2019, quatre autres femmes ont allégué que Polanski les avait également agressées dans les années 1970, dont trois mineures. Il a nié toutes les accusations.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *