Projet de loi 96 : le ministre dit dans un discours en français que le Québec est « bloqué » par le multiculturalisme

Dans un rare discours, l’un des principaux ministres du Québec a déclaré que le multiculturalisme canadien était une épine dans le pied du Québec.

Le ministre Simon Jolin-Barrett a déclaré que les gens n’avaient pas compris que même les récentes lois controversées du Québec, telles que la loi linguistique 96 et le projet de loi laïc 21, protégeaient une culture faible.

« Nous vivons à une époque où la diversité des cultures est menacée, tout comme la diversité des animaux et des plantes », a-t-il déclaré dans un discours jeudi – faisant référence à la culture francophone du Québec.

Jolin-Barrett est ministre de la Justice et ministre de la Langue française du Québec, il est donc profondément impliqué dans les deux domaines du droit.

Dans le long discours, il a ensuite parlé de l’histoire du Québec, de la révolution pacifique depuis sa fondation en tant que colonie française et au-delà.

Mais une chose est certaine, dit-il : Faire en sorte que les nouveaux arrivants au Québec apprennent à vivre en français.

« Faire participer les immigrants à notre programme national est l’un de nos plus grands défis », a-t-il déclaré.

« Nous sommes une grande puissance voisine des États-Unis, et nous opérons au sein d’un conglomérat à majorité anglophone. Les dynamiques linguistiques continentales et mondiales soutiennent l’anglais sous toutes ses formes. »

Il a multiplié les critiques sur la loi fédérale canadienne protégeant les droits individuels, affirmant que cette insistance sur l’individu était « presque complète » au détriment des droits collectifs du Québec.

« Même si notre plan est contrecarré par le multiculturalisme canadien et que vous trouvez l’équivalent de l’appeler communisme, il se construit en une nation unique qui s’oppose aux revendications du Québec », a poursuivi Joel-Barrett, « le français doit vraiment devenir la langue ». l’utilisation de tous les Cubes. »

READ  Paris célèbre l'honneur du médaillé d'argent de la France aux JO de Tokyo

Il a dit que malgré les lois précédentes exigeant que tous les enfants d’immigrants aillent à l’école en français, ce n’était pas suffisant, ce qui a conduit le gouvernement actuel à restreindre l’anglais dans les collèges secondaires.

« Après avoir terminé le secondaire… les élèves avec une proportion effrayante, surtout ceux dont la langue première n’est ni l’anglais ni le français, se précipitent dans le réseau anglophone pour poursuivre leurs études », a-t-il dit.

Il a ouvertement lié le projet de loi 21 à la même lutte. Le projet de loi le plus controversé du règne de quatre ans du gouvernement actuel est l’interdiction du port de symboles religieux sur le lieu de travail par certains fonctionnaires, dont les enseignants et la police.

Dans la pratique, cela a beaucoup affecté les enseignantes musulmanes, empêchant les conseils scolaires d’embaucher ou de promouvoir des enseignants qui portent le hijab. Les contestations à cet égard sont toujours en instance devant les tribunaux et devraient se terminer devant la Cour suprême du Canada.

« La loi 96 de la langue française n’est pas venue seule », a déclaré Jolin-Barrett.

« Elle a été adoptée après la loi 21 sur la laïcité, qui m’a valu l’honneur de la piloter, avec la même idée de toujours renforcer l’autonomie et la personnalité de l’État québécois. »

LEGAULT dit que toutes les cultures ne sont pas « au même niveau »

Interrogé sur les commentaires de la ministre Jolin-Barrett à Paris aujourd’hui, le Premier ministre François LeCold a déclaré qu’il s’opposait à placer « toutes les cultures au même niveau » et insistait sur l’importance d’avoir une « culture de l’intégration » avant tout.

READ  Avec les couperets et les chalumeaux, le Pakistan propose des coupes de cheveux de coiffeur

« C’est pour ça qu’on s’oppose au multiculturalisme. On veut mettre l’accent sur ce qu’on appelle ‘l’inter-culture’, où vous avez une culture, la culture québécoise, où on essaie d’intégrer les nouveaux arrivants, mais on veut ajouter à cette culture », a déclaré le premier ministre. a dit.

« Je pense que de nouvelles personnes arrivent au Québec – elles ajoutent à notre culture. Mais une culture à laquelle nous nous intégrons est importante, surtout avec notre langue. »

Legalt a également soutenu que c’était l’opposé direct du modèle canadien de multiculturalisme.

« Je vois M. Trudeau mettre la pression sur le multiculturalisme, alors il ne veut pas qu’on ait une culture et une langue qui intègrent les nouveaux arrivants », a-t-il dit.

Jolin-Barrett dit que les critiques des médias sur le projet de loi 96 sont « paresseuses »

Dans son discours, Joel-Barrett a adressé la critique selon laquelle, que vous voyiez la langue de Shakespeare ou la « Silicon Valley », adopter l’anglais et le bilinguisme est une voie ouverte sur le monde.

Mais le ministre a fait valoir qu’il s’agissait d’une idée fausse.

« Être présenté ouvertement au monde obscurcit souvent la culture, ce qui s’accompagne d’une importante perte de mémoire et d’identité », a-t-il déclaré.

Il est révolu le temps où les gens exigeaient de servir en anglais ou en français au Québec comme une «entreprise en libre-service», a-t-il déclaré.

Et Jolin-Barrette a fait une remarque spéciale en attaquant la couverture du projet de loi 96 par les médias canadiens-anglais.

« Récemment, des articles diffamatoires contre le Québec ont été publiés dans des journaux américains et canadiens-anglais avec une grande satisfaction », a-t-il dit.

READ  Feu vert pour le Tour de France aux JO du Giro Rosa - VeloNews.com

« Les professeurs paresseux dépeignent notre lutte sous un angle très désobligeant et méprisant, essayant de la transformer en une lutte dérobée, une forme de dictature. »

« Notre combat pour la langue française est juste, un combat global, le combat d’une nation qui s’est pacifiquement opposée à la volonté de pouvoir des puissants. »

Pendant une grande partie de l’exposé, Jolin-Barrett a parlé de la période pré-révolutionnaire, lorsqu’il a dit que la langue française était perdue au Québec.

« Le prolétariat vulnérable est né et son langage pollué s’est rapidement déplacé vers François », a-t-il déclaré.

« L’oligarchie anglophone, héritière du pouvoir britannique, a imposé sa langue et son imaginaire…. Dans les années 1950, les Canadiens français vivaient souvent dans des villes aux marques en anglais. »

À un autre moment, il a dit que le français était la plus grande des langues occidentales, avec la plus grande influence littéraire.

Cependant, au cours de ces décennies, dit-il, « le Canada français était l’un des rares endroits au monde où la langue française était un symbole d’infériorité sociale ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.