Qu’en est-il des solutions locales en athlétisme ? | Temps nouveaux

Les Championnats du monde d’athlétisme se sont terminés à Eugene, Oregon, États-Unis, le dimanche 24 juillet. Ce fut un spectacle sportif fantastique de dix jours pour les meilleurs athlètes d’athlétisme du monde.

Je ne sais pas combien on en a vu ici au Rwanda. Peut-être un peu. Sauf pour les vrais fanatiques, vraiment accros, qui suivront les événements sportifs où qu’ils soient et à n’importe quelle heure invalide.

Il y a plusieurs raisons à cela.

Premièrement, l’athlétisme n’est pas très important dans ce pays. Peu de gens auraient remarqué un tel héroïsme, même s’il était proche. D’autres qui pourraient lui accorder peu d’attention.

Deuxièmement, il n’y avait pas de représentation rwandaise aux Jeux. Il n’y avait donc aucun intérêt personnel ou national pour eux.

Troisièmement, ils sont partis, dans un fuseau horaire différent, à neuf heures. Il suffit d’être dans un monde différent. Peu de gens resteront éveillés tard ou toute la nuit pour regarder. Après tout, ce n’était pas une coupe du monde de football.

Qui a remporté une épreuve et obtenu une médaille à Eugene ? Les suspects habituels ont reçu le plus de distinctions.

Les Américains, les Jamaïcains et les Britanniques ont excellé dans les sprints. Mais ils ne prennent plus toutes les médailles exposées. Des Canadiens, d’autres nations des Caraïbes et certains Européens montaient sur le podium et volaient une partie de la vedette.

Les Africains de l’Ouest, en particulier les Nigérians, les Ivoiriens, les Ghanéens et les Sud-Africains, donnent aux rois/reines traditionnels du sprint une rude compétition et un sujet de réflexion lors de leur prochaine rencontre. Parfois, elles décrochent une médaille d’or, comme l’a fait la Nigériane Toby Amosan au 100 m haies féminin. Elle a même établi un record du monde en route vers l’or.

READ  Le Championnat des Six Nations: le Pays de Galles a battu l'Angleterre 40-24 pour remporter la Triple Couronne

Les Africains de l’Est ont toujours régné sur la course longue et moyenne distance. Les Éthiopiens et les Kényans se disputaient la domination sur la piste ou sur la route. pas plus. Les Ougandais l’ont exigé et ont eu leur mot à dire. Les Burundais essaient aussi mais ils n’ont pas encore fait grande impression.

La région de l’Afrique du Nord, notamment le Maroc et l’Algérie, rend toujours la vie difficile aux Africains de l’Est et obtient de temps en temps quelques médailles.

On pourrait dire que l’Afrique est bien représentée au niveau élite de l’athlétisme mondial. pas exactement. Ce n’est rien d’autre qu’un mince anneau extérieur du continent. Le reste de l’Afrique – le grand intérieur – ne l’est pas.

Pourquoi en est-il ainsi ? Que se passe-t-il là-bas qui empêche leurs compatriotes de participer à l’athlétisme mondial au plus haut niveau ?

Peut-être ne devrions-nous pas demander ce qui se passe mais parler de ce qui ne s’est pas produit, même ici au Rwanda.

Dans tous ces endroits où gagner des médailles est une habitude, presque un droit national, le développement du sport est important. Ils y investissent beaucoup – en construisant des infrastructures, en identifiant et en encourageant les talents de l’école primaire au collège, en offrant des bourses d’études et en organisant régulièrement des compétitions à différents niveaux.

Ce n’est pas le cas ici et dans beaucoup de ces pays en dehors de cet anneau extérieur. Seules les anciennes écoles existantes disposent d’installations sportives. Même ceux-ci ne sont pas utilisés de manière optimale. Les nouveaux ne le font pas et rien n’indique qu’ils le feront.

Ça ne devrait pas être comme ça. Quelque chose a changé, et pour le pire. Les installations sportives étaient autrefois une exigence pour qu’une école obtienne une licence d’exploitation. Ce n’est clairement pas le cas maintenant.

READ  Kelly Harrington remporte la quatrième médaille olympique de l'Irlande avec une victoire dominante

Les plus performants et les autres semblent avoir une définition différente de la réussite et du succès, voire du talent. Dans des pays comme le nôtre, la mesure du succès est l’excellence académique. C’est le seul talent qui compte.

Parfois, les sports ne sont considérés que comme un passe-temps et non comme une option de carrière en soi pour ceux qui ont des compétences particulières. Bien sûr, c’est un passe-temps récréatif ou un exercice de fitness pour la plupart des gens, mais c’est beaucoup plus pour les autres.

Quelque chose doit changer si nous voulons faire partie de la communauté sportive mondiale, non seulement en tant que spectateurs enthousiastes ou bénéficiaires d’autres manières, mais en tant que participants actifs.

Cela ne devrait pas être difficile. Les Rwandais aiment le sport. Les citadins le vénèrent presque. Une certaine inspiration peut en sortir.

Le premier changement devrait être l’attitude à l’égard du sport afin qu’il soit considéré comme une entreprise valable et rentable, voire comme une profession, et non comme quelque chose à entreprendre comme une transaction secondaire ou seulement pour une courte période ou comme un tremplin vers une carrière permanente .

Deuxièmement, investissez-y. Investissez-y de l’argent, formez-vous, organisez des tournées et rassemblez ce que seuls les Rwandais savent. Cela concerne à la fois les autorités sportives et les athlètes eux-mêmes.

Les athlètes ne se réveillent pas un matin pour se trouver des superstars. ils gagnent. C’est la récompense du travail acharné, de la persévérance, de l’entraînement, de la discipline et surtout de l’envie de se dépasser et de gagner.

Nous construisons déjà une infrastructure sportive de classe mondiale et attirons des championnats du monde prestigieux et les grands noms du sport au Rwanda. Cela inspirera probablement certains jeunes. Ce serait mieux si nous avions des talents locaux participant à certains de ces tournois.

READ  L'Algérie annule l'accréditation de France 24

Quatrièmement, nous devrions identifier et développer un jeu de niche dans lequel nous ou nous avons une sorte d’avantage concurrentiel. C’est censé être facile. Nous avons déjà trouvé un créneau dans le cyclisme et le basketball. On peut faire revivre les disciplines dans lesquelles excellent les Rwandais.

Le saut en hauteur, par exemple. Les images que l’on voit d’hommes coupant des hauteurs proches de trois mètres ne doivent pas rester une curiosité historique, mais plutôt stimuler le désir de les imiter. Ils l’ont fait sans formation d’expert ni récompense au-delà de la satisfaction personnelle et de l’appréciation de la société pour leur réussite.

Pensez à ce qu’ils auraient pu accomplir avec une formation professionnelle, le bon équipement et le chemin vers la gloire et la fortune au-delà des frontières du Rwanda.

ou lance. Il n’y a pas si longtemps (six décennies), de jeunes garçons sur les places des villages essayaient régulièrement de se surpasser pour savoir qui lancerait la lance le plus loin et toucherait également une cible, souvent en mouvement. Les jeunes hommes ont fait de même à Itureiro.

Il peut s’agir d’une pratique ciblée dans un but différent, mais ces compétences peuvent être transférées et adaptées au sport.

Ceux-ci sont présents dans notre histoire et notre culture. Nous pouvons en profiter pour développer notre propre sport, une sorte de solution athlétique locale.

Les opinions exprimées dans cet article sont celles de l’auteur.

[email protected]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.