Sahara-ONU : l’Algérie est en conflit avec le Conseil de sécurité et les Etats-Unis

Après que le régime algérien a décidé de ne pas participer aux Tables rondes du Sahara, qui réunissent l’Algérie, le Maroc, la Mauritanie et le Sahara, le régime algérien a démissionné de l’ONU. Elle est en conflit direct avec le Conseil de sécurité et les États-Unis, qui ont adopté des résolutions sur le Sahara. Chef de police.

La résolution 2602 (2021) a prolongé le mandat de la MINURSO jusqu’au vendredi 31 octobre 2022, soulignant l’importance du « format table ronde » initié par l’ancien ambassadeur de l’ONU au Sahara Horst Kohler et appelant à des progrès.

Les membres du Conseil de sécurité se sont félicités de l’élan créé par les deux tables rondes tenues à Genève en décembre 2018 et mars 2019 et de l’implication des parties en conflit dans le processus politique conduit par l’ONU.

L’ONU s’est engagée à parvenir à une « solution politique juste, durable et mutuellement acceptable fondée sur un compromis ». Ils ont appelé l’envoyé personnel du Secrétaire général à reprendre les « consultations » entre l’Algérie, le Maroc et le Polisario.

Le soutien du Conseil de sécurité aux « tables rondes » du Sahara a mis le régime algérien en mauvaise posture.

Cependant, le Conseil a souligné la nécessité de la participation de l’Algérie au processus de recherche d’une solution politique, réaliste, pragmatique et durable au différend régional sur le Sahara.

A cet égard, le représentant permanent du Maroc auprès de l’ONU, Omar Hilale, a déclaré qu’à la suite de l’adoption de la résolution 2602, « il ne peut y avoir de processus politique » sans que l’Algérie soit le « partenaire » dans le conflit artificiel sur le Sahara marocain.

READ  France vs Australie mises à jour en direct et score: les buts de Giroud et Rabiot donnent l'avantage à Deschamps à la mi-temps

« L’Algérie et au Conseil de sécurité de l’ONU, l’Algérie prend part à ce différend régional. » « C’est une responsabilité et un partenaire », a souligné Hilale, ajoutant qu' »en l’absence de l’Algérie, il ne peut y avoir de processus politique ».

La résolution du Conseil de sécurité a exhorté les parties au conflit à renforcer leur participation au processus politique et à progresser vers une solution politique.

« La recherche d’une solution politique à ce différend de longue date et une coopération renforcée entre les États membres de l’Union du Maghreb arabe contribueront à la stabilité et à la sécurité, conduisant à des emplois, du développement et des opportunités pour tous les habitants de la région du Sahel », a-t-il déclaré. Le Conseil dans sa résolution.

La nouvelle résolution, qui comprend plusieurs paragraphes établissant que l’implication de l’Algérie dans le processus est inévitable, est ainsi un revers pour l’Algérie, dont les responsables ont publié plusieurs déclarations ces dernières semaines indiquant qu’ils ne participeraient pas à la table ronde. « Expiré. »

D’autre part, le discours louant le plan d’autonomie marocain offert au Sahara sous sa souveraineté a en outre appelé les parties à affronter le conflit pour exprimer davantage de volonté politique vers une solution basée sur « la réalité et le compromis ».

Le Conseil a condamné les violations des droits de l’homme dans les camps de Lahmada sous la direction de la police du sud de l’Algérie, citant la profonde inquiétude suscitée par les souffrances des Sahraouis dans les camps de Tintof, leur dépendance à l’aide humanitaire extérieure et la forte incidence d’infections par le gouvernement-19. .

READ  Les protestants en Algérie récupèrent leur église occupée

Le Conseil a salué les actions et initiatives prises par le Maroc et le rôle joué par le Conseil national des commissions des droits de l’homme à Dakhla et Laâyoune, ainsi que l’implication du Maroc dans les procédures spéciales du Conseil des droits de l’homme des Nations Unies.

Il a réitéré son appel aux autorités algériennes pour que le numéro soit enregistré par les agences spéciales de l’ONU dans les camps de Tintof, confirmant que la situation actuelle n’est pas acceptable.

Le Conseil de sécurité de l’ONU a souligné la nécessité d’une « solution politique réaliste, viable, durable et mutuellement acceptable au problème du Sahara basée sur un compromis ».

Commentant la résolution, le ministre marocain des Affaires étrangères Nasser Borida a déclaré qu’il avait coordonné une série de victoires diplomatiques que le royaume avait remportées sur la question du Sahara.

« Le Maroc se félicite de cette décision importante », a déclaré M. Bourida, ajoutant qu’après que les Forces armées royales eurent défendu El Kurgurat, la frontière sud du pays, les ambassades américaines ont reçu les pleins pouvoirs pour ouvrir la souveraineté du Maroc sur l’ensemble de la région du Sahara. , Principalement dans les pays africains et arabes, dans les villes sahariennes de Lyon et Dougla.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *