La banque sera-t-elle celle qui a volé Noël en augmentant les taux d’intérêt ? | taux d’intérêt

uneAprès le budget de Rishi Sunak, c’est au tour de la Banque d’Angleterre. Jeudi de cette semaine, Threadneedle Street mettra fin aux spéculations frénétiques – ils, ils ne le feront pas – sur la question de savoir si nous sommes sur le point de voir la première hausse des taux depuis le début de Covid-19.

Les marchés financiers parient que c’est le moment de lancer ses creux historiques actuels de 0,1%, sur fond de hausse de l’inflation et avec l’économie approchant de son pic d’avant la pandémie.

Les plus grandes banques britanniques sont clairement d’accord et s’apprêtent à augmenter les taux hypothécaires par anticipation.

Les familles sont averties d’un triple coup dur : la pression sur le coût de la vie due à la hausse de l’inflation sera aggravée par l’augmentation des impôts du ministre des Finances et l’augmentation des coûts d’emprunt par la banque centrale.

Cependant, soyez prudent lorsque vous lancez vos jetons avec les taureaux de City cette semaine. Bien qu’il soit clair que la seule méthode consiste à emprunter les coûts, le calendrier n’est en aucun cas garanti.

Et le Comité de politique monétaire (MPC) de la banque, chargé de ramener l’inflation à près de 5 % l’année prochaine pour atteindre son objectif de 2 %, a de nombreuses raisons de s’asseoir et d’attendre.

Les turbulences de la chaîne d’approvisionnement mondiale sont le principal moteur de la récente explosion inflationniste de la Grande-Bretagne, mais on s’attend à ce que les goulots d’étranglement se stabilisent l’année prochaine. En attendant, l’ajustement des taux ne produira pas plus de camionneurs.

READ  Le Vietnam élabore un plan pour développer une économie collective et des coopératives | Affaires
Les étagères vides des supermarchés sont le résultat de problèmes de chaîne d’approvisionnement – qui font également grimper l’inflation. Photo : Getty Images

La croissance économique a faibli au milieu des troubles de ces derniers mois, tandis que la confiance des consommateurs s’est effondrée et que les infections à coronavirus restent obstinément élevées. Avec un hiver difficile à venir, augmenter les prix pour tirer un peu de chaleur d’une économie déjà froide peut être à courte vue.

Au lieu de cela, certains membres du MPC appellent à la prudence, estimant qu’il faut plus de temps pour évaluer l’impact de la fin des vacances en septembre et pour voir si l’inflation induite par la pénurie s’est étendue à la hausse des salaires des travailleurs britanniques.

Si les prévisions budgétaires officielles se déroulent bien, un vortex inflationniste entraînant une augmentation des salaires est peu probable de sitôt.

Selon l’Institute for Fiscal Studies, une décennie de stagnation de la croissance des salaires est en passe de devenir deux – la pire période d’augmentation du niveau de vie dans l’histoire britannique récente. Ce n’est guère une toile de fond appropriée pour la première hausse des taux depuis le début de la pandémie.

Pour ces raisons, la décision sur les taux de jeudi sera probablement une affaire finement équilibrée. Certains membres du MPC préférant attendre, le vote sur le comité de fixation des tarifs composé de neuf membres est susceptible d’être divisé. Le décollage peut être retardé jusqu’en décembre. ou plus tard. Andrew Sentance, qui a été membre du MPC entre 2006 et 2011, pense que février sera un moment plus opportun.

Les augmentations de prix semblables à celles du Scrooge avant Noël sont rares, avec une seule hausse en décembre depuis le milieu des années 1970. Cette décision intervient en dehors du cycle régulier des rapports de politique monétaire et des conférences de presse de la banque, qui détaillent ses actions. Briser ce modèle pourrait indiquer que la banque a pris du retard.

Andrew Bailey, son souverain, jouait ses cartes près de sa poitrine. Les économistes de la ville considèrent sa réticence apparente à parler des marchés financiers comme un aveu tacite que les taux d’intérêt vont maintenant augmenter.

Les économistes de BNP Paribas la décrivent comme la « voix du silence » de Bailey, mais c’est une situation délicate, les marchés financiers mettant les conservateurs dans l’impasse. La hausse des taux de jeudi correspond à l’image, mais une pause pour respirer pourrait embarrasser le gouverneur.

Pour le successeur du « petit ami peu fiable » Mark Carney, qui a déçu le roman de City en 2014, l’histoire pourrait se répéter.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *