Saudi Airlines Catering ouvre un nouveau salon à l’aéroport de Djeddah

RIYAD : Aucune banque saoudienne n’a perdu au cours de la crise financière de 2008-2009 et le secteur financier est à nouveau en position de force face aux retombées économiques de la pandémie de COVID-19, selon le gouverneur de la Banque centrale saoudienne Fahd Al Mubarak.

Al-Moubarak a déclaré jeudi lors de la Conférence sur la stabilité financière à Riyad que la banque centrale – également connue sous le nom d’Agence monétaire saoudienne – était et restait stricte dans l’application des normes internationales, ainsi que d’autres institutions du royaume.

L’Agence monétaire d’Arabie saoudite appliquait le cadre réglementaire international de Bâle 2 aux banques pendant la crise financière mondiale et s’est actuellement engagée envers son successeur, Bâle 3. Cela signifie que les banques du royaume ont les réserves et la force pour faire face à toutes les conséquences à le temps, et il en était de même pendant la pandémie de COVID, a déclaré le gouverneur.-19.

Il a expliqué que la couverture en capital des banques saoudiennes est de 20 %, les liquidités de 80 % et les prêts improductifs de seulement 2 %.

Al-Moubarak a déclaré que les secteurs bancaire, financier et des assurances sont en bonne position pour surmonter la crise actuelle.

De plus, l’Agence monétaire saoudienne cherche non seulement à protéger le secteur financier, mais aussi à assurer le fonctionnement continu de l’économie.

Selon Al-Moubarak, l’Agence monétaire saoudienne a pris un certain nombre de mesures pour protéger des parties du secteur privé, en particulier les petites et moyennes entreprises, et a lancé quatre programmes, dont le report de prêts.

READ  Suède, Koweït, Chine, Canada, Mexique, Mexique, Pakistan, Sierra Leone

Il a expliqué que les banques et les sociétés financières ont différé les versements sur plus de 100 000 contrats de prêt d’une valeur de plus de 200 milliards de riyals (53,3 milliards de dollars).

Il a expliqué que l’Agence monétaire a injecté 50 milliards de rials dans les banques, selon le volume des prêts qui ont été reportés.

Il a souligné qu’en mars 2020, l’Agence monétaire saoudienne et Kafalah ont lancé un programme de prêts garantis de 13,2 milliards de riyals, garantissant 95% des prêts aux petites et moyennes entreprises, permettant la fourniture de 7 500 nouveaux contrats.

Il a souligné que l’Agence monétaire a également investi dans l’infrastructure des paiements numériques dans le Royaume, ce qui a permis de réduire les coûts des paiements numériques de 1,2 milliard de riyals.

Il a déclaré que le secteur de l’assurance est solide et a une marge de remplissage saine de plus de 170%, un taux de perte de moins de 80% et une croissance de la souscription de 10%.

Al Mubarak a déclaré que le secteur hypothécaire a connu une croissance à la fois pour les particuliers et les entreprises. Il a souligné que les prêts hypothécaires aux particuliers auprès des banques ne constituent pas plus de 20 % du portefeuille de crédits.

Il a ajouté que ces niveaux sont raisonnables et que les prêts hypothécaires ne constituent généralement pas plus de 25 % du portefeuille de crédit.

Selon Al Mubarak, l’achat d’une maison individuelle permet d’atteindre plus d’un objectif. Il a déclaré qu’ils sont devenus propriétaires conformément aux objectifs de la Vision 2030 et qu’ils donnent aux citoyens des actifs au lieu de payer un loyer, ce qui contribue à faire avancer les secteurs de la construction, de l’immobilier et des terres, ce qui stimule l’économie.

READ  Le Bangladesh doit prendre des mesures précises maintenant pour atteindre un dividende démographique

Le gouverneur a déclaré que l’Agence monétaire surveille la croissance des prêts hypothécaires afin de ne pas affecter la stabilité financière du Royaume.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *