Saudi Arabian Airlines lève 3 milliards de dollars pour financer les commandes d’avions

Londres: au cours des deux dernières semaines, la livre libanaise a perdu plus de 20% de sa valeur par rapport au dollar sur le marché noir. Depuis octobre 2019, le taux de change a diminué de 90%, affectant tout le monde dans le pays.

Ces chiffres sont frappants. Le 16 mars, trois caissiers ont déclaré à l’Agence France-Presse qu’ils achetaient des dollars entre 14 800 et 14 900 livres libanaises.

La monnaie est indexée sur le dollar et son taux officiel est de 1 507,5 livres par dollar. Cependant, les dollars ne sont généralement pas disponibles au taux officiel en raison de la crise économique, raison pour laquelle les taux du marché noir sont appliqués.

En 2020, le Liban était le quatrième pays le plus endetté au monde après le Japon, la Grèce et l’Érythrée. En mars de l’année dernière, le pays a fait défaut sur sa dette internationale pour la première fois de son histoire. Depuis lors, il n’y a eu aucune réforme économique et aucun plan de paiement n’a été convenu.

La situation est exacerbée par la crise bancaire et les effets de l’épidémie. Les banques du pays sont menacées de faillite, ayant prêté jusqu’à 70% de leurs actifs à un pays insolvable et à une banque centrale. Le pays a perdu sa solvabilité et a recours à l’impression de plus en plus d’argent sans valeur, ce qui alimente l’inflation.

La dévaluation de la livre a conduit à une inflation stupéfiante de 84% en 2020. Pour aggraver les choses, l’inflation des prix alimentaires s’est arrêtée à 402%. Pendant ce temps, le PIB du Liban s’est contracté de 25% l’année dernière.

READ  Deux ans plus tard, le mouvement algérien se prépare à une renaissance

La Banque mondiale estime que 50 pour cent de la population libanaise a glissé sous le seuil de pauvreté, ce qui est ahurissant dans un pays qui, il y a 60 ans, était connu comme la «Suisse du Moyen-Orient».

La Banque mondiale estime que 50% de la population libanaise a glissé sous le seuil de pauvreté. (Photo par Marwan Tahtah)

La situation économique est pire aujourd’hui qu’elle ne l’était pendant la guerre civile des années 70 et 80.

Ce que nous voyons au Liban est un cercle vicieux classique: plus l’économie est mauvaise, moins la monnaie est bon marché et vice versa. Les chiffres reflètent la défunte économie.

La situation était vraiment mauvaise avant l’explosion dévastatrice du 4 août de l’année dernière qui a détruit le port de Beyrouth et une grande partie de la ville. Depuis lors, l’économie du pays a glissé dans un précipice.

Le pays est littéralement à court d’argent. Les réserves étrangères sont passées d’environ 30 milliards de dollars il y a un an à environ 16 milliards de dollars, dont seulement entre 1 et 1,5 milliard de dollars sont disponibles pour soutenir les importations de denrées alimentaires et de carburant.

Ces réserves sont importantes car la banque centrale subventionne principalement les prix du blé, des médicaments et du carburant en fournissant aux importateurs des devises fortes au taux de change officiel.

Le gouvernement libanais reste largement inactif dans la mesure où il fait face à une crise économique sans précédent avec un mécontentement croissant. (Photo par Omar El-Sayed)

Compte tenu de la diminution des réserves de change, le ministre des Finances par intérim, Ghazi Wazni, a annoncé mardi que les subventions seraient supprimées sur plusieurs produits non essentiels, tels que les noix de cajou et le café de marque. Les subventions à l’essence seront réduites de 90% à 85%.

Toutes ces pressions financières frappent durement les Libanais et la situation ne s’améliorera pas de sitôt. Le gouvernement s’attend à ce que l’inflation atteigne 77 pour cent cette année – cette estimation a été faite avant la suppression des subventions susmentionnées.

Plus la valeur de la devise est basse, plus l’inflation devient incontrôlable. Le prêt de 246 millions de dollars de la Banque mondiale pour soutenir 786 000 personnes parmi les plus pauvres du pays n’est qu’une goutte d’eau dans l’océan, comme c’est le cas avec le million de livres sterling par mois que le gouvernement veut donner aux familles les plus pauvres.

Le gouvernement libanais a jusqu’à présent été largement inactif face à une crise économique sans précédent. Wazni a annoncé qu’il souhaitait imposer une taxe de 1% sur les dépôts bancaires de plus de 1 million de dollars et imposer 10 à 30% sur les intérêts que les banques tirent des dépôts auprès de la banque centrale.

Les propositions tomberaient comme un ballon de plomb contre les banques et les déposants qui ont déjà fait face à des réductions réelles de leurs dépôts de plus de 60%.

Ce que nous voyons au Liban est un cercle vicieux classique: plus l’économie est mauvaise, moins la monnaie est bon marché et vice versa. Les chiffres reflètent la défunte économie.

Cornelia Meyer

Le plan du gouvernement de dévaluer la monnaie et d’œuvrer en faveur d’un taux de change flexible, bien que louable, ne peut fonctionner qu’en tandem avec un programme complet de réformes économiques, que le Fonds monétaire international (FMI) doit soutenir dans un souci de crédibilité. .

La situation s’est aggravée il y a une semaine, jusqu’à ce que le président Michel Aoun tente de resserrer les vis sur la dégradation du taux de change sur le marché noir en ordonnant aux services de sécurité d’intervenir lorsque le taux de change dépasse dix mille livres.

Il a justifié son ordre en mettant en avant les «répercussions dangereuses» de la baisse du taux de change «sur la sécurité sociale».

Sa rhétorique n’a pas pu arrêter le glissement de la monnaie, ni ses forces de sécurité. Hassan Diab, Premier ministre par intérim du pays, a également averti ce mois-ci que le Liban pourrait sombrer davantage dans le chaos dans un contexte de dévaluation continue du taux de change.

Des manifestants en colère ont bloqué les autoroutes et les rues, irrités par l’inaction politique et la corruption face à des difficultés économiques incalculables.

Le cœur de la crise ne sera pas une tâche facile, d’autant plus que le peuple libanais a déjà connu d’énormes difficultés économiques. (Photo par Omar El-Sayed)

Un plan global de réformes économiques et un renflouement du Fonds monétaire international sont essentiels pour restaurer la confiance dans l’économie libanaise. Les réformes exigées par le Fonds monétaire international auront un prix, et les politiciens devront être prêts à l’expliquer au grand public.

Ce ne sera pas une tâche facile, d’autant plus que le peuple libanais a déjà subi d’énormes difficultés économiques, ce qui signifie qu’il est inévitable de s’opposer à davantage de souffrances.

Quelle que soit la façon dont nous percevons les problèmes économiques du Liban, ils ne peuvent être séparés de la politique nationale. Un pays a besoin d’un gouvernement qui puisse être une contrepartie avec laquelle les institutions internationales et les prêteurs bilatéraux peuvent négocier.

L’arène politique au Liban est complexe, avec des connotations sectaires et géopolitiques, dont les origines remontent à la guerre civile et aux complexités géopolitiques du voisinage régional, y compris l’influence de l’Iran et du Hezbollah.

Le gouvernement intérimaire, dirigé par le Premier ministre qui a longtemps voulu démissionner et qui n’a pas de mandat pour négocier avec le Fonds monétaire international, ne pourra pas persuader la population d’accepter ce qui sera sans aucun doute les mesures strictes requises. Une partie intégrante de tout accord avec le prêteur.

Une photo montrant la valeur du billet de 100 dollars sur le marché noir en livres libanaises (1500000 livres libanaises) à Beyrouth le 16 mars 2021 (AFP / File Photo)

Les États-Unis, la France et le Royaume-Uni ont clairement indiqué qu’ils étaient prêts à soutenir un gouvernement libanais efficace et réformateur, mais ils ne sont pas prêts à financer les anciennes classes politiques qui ne semblent pas disposées à former un gouvernement.

En d’autres termes, le FMI a besoin d’un partenaire avec lequel il peut négocier un programme global de réformes en échange d’un plan de sauvetage.

Le Fonds monétaire international exigera également, comme condition préalable à toute participation, un audit approfondi de la Banque du Liban, la Banque centrale du Liban, ce qui serait une perspective inconfortable pour certains de la classe politique.

Il n’y a aucun moyen de sortir du ralentissement économique de l’État et de la dévaluation sans fin et incontrôlée de sa monnaie, sans un programme comprenant des réformes économiques et fiscales à grande échelle.

Tant que ceux qui sont au pouvoir au Liban resteront réticents à montrer leur volonté de mettre en œuvre de telles réformes, les mains du FMI seront liées et les alliés occidentaux tels que les États-Unis, la France et le Royaume-Uni ne seront d’aucune utilité.

———————

* Cornelia Meyer est une économiste doctorante avec 30 ans d’expérience dans la banque d’investissement et l’industrie. Elle est présidente-directrice générale du cabinet de conseil aux entreprises Mayer Resources. Twitter: Intégrer un Tweet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *