Saudi Vision 2030 et son impact

Le prince héritier saoudien Mohammed bin Salman a apprivoisé l’establishment religieux conservateur du royaume et fait de l’hypernationalisme plutôt que de la religion un pilier de la nouvelle identité saoudienne au XXIe siècle.

Mais les premiers récipiendaires d’un récent décret accordant la citoyenneté à des personnes exceptionnelles dans les domaines du droit, de la médecine, des sciences, de la technologie, de la culture et des sports notent que le prince Mohammed, contrairement aux principaux concurrents du royaume, cherche à attirer des talents étrangers, dont les États-Unis. Les Émirats arabes unis, le Qatar et Singapour considèrent la religion comme un domaine de compétition tout aussi important.

Le fait que près de Un quart des 27 nouveaux citoyens sont des personnalités religieuses sunnites et chiites, dont certains ne sont pas basés en Arabie saoudite, met en évidence l’importance que le prince Mohammed attribue à la rivalité religieuse du soft power entre les nations asiatiques du Moyen-Orient et à majorité musulmane, ainsi qu’au puissant mouvement de la société civile indonésienne.

Parmi les nouveaux citoyens se trouve l’ancien mufti bosniaque Mustafa Serik. Hussein Daoudi, leader de la communauté musulmane en Suède. L’érudit chiite libanais Muhammad al-Husseini est connu pour son hostilité envers l’Iran et son appel à établir des relations avec Israël. Muhammad Nimr al-Sammak, secrétaire général du Comité national de dialogue islamo-chrétien au Liban. Et le monde de l’Islam libanais, Radwan Nayef Al-Sayyid.

La majorité des nouveaux citoyens sont d’éminents médecins, chercheurs, scientifiques, ingénieurs et historiens. Des érudits religieux, à l’exception de Sayyid al-Husseini, figuraient parmi les signataires de la Annonce de la Mecque 2020 qui appelait à la tolérance et à la compréhension culturelles et religieuses et/ou aux membres du Conseil suprême de la Ligue musulmane mondiale.

Le prince Mohammed a fait de la ligue qui jusqu’en 2015 était un vecteur majeur de la propagation mondiale du wahhabisme, la branche du royaume de l’islam sunnite ultra-conservateur, en son principal véhicule pour diffuser le message de la tolérance religieuse et du dialogue interreligieux.

C’est un message qui s’est traduit par l’infrastructure et le développement économique des zones chiites défavorisées de la province orientale riche en pétrole de l’Arabie saoudite et la nomination de Les chiites en tant que PDG de grandes entreprises, dont AramcoCompagnie pétrolière d’État.

Cela ne s’est pas traduit par le fait de permettre aux chiites ou à quiconque dans le royaume de s’exprimer librement ou de critiquer le prince héritier ou la politique du gouvernement. Il n’a pas non plus poussé le gouvernement à autoriser les non-musulmans à prier dans les lieux publics ou à construire des lieux de culte pour les non-musulmans.

READ  La réforme de la politique d'aide sociale vise à orienter les fonds vers les classes à revenu inférieur et moyen

La naturalisation de personnalités religieuses libanaises et bosniaques est intervenue à un moment où les deux pays sont en crise.

L’Arabie saoudite mène un boycott du Liban en faillite, déchiré par la corruption, dans le but de briser le contrôle du Hezbollah, la milice soutenue par l’Iran, sur le pays. Le boycott a autrefois poussé le pays à revenu intermédiaire dans l’abîme, car plus de la moitié de sa population a été réduite à vivre en dessous du seuil de pauvreté.

La Bosnie est également en équilibre au bord d’une falaise Avec les Serbes de Bosnie menaçant de faire sauter l’Union des Musulmans, Croates et Serbes.

L’Arabie saoudite est le dernier pays à annoncer des programmes de citoyenneté ou de résidence permanente conçus pour attirer des talents mondiaux. Qatar En 2018, il est devenu le premier pays du Golfe à le faire, suivi par Singapour En novembre de l’année dernière, les Émirats en Janvier.

Des pays aussi différents que les Émirats arabes unis et le Qatar avaient déjà des programmes immobiliers, tandis que le Qatar a également accordé la citoyenneté à des athlètes étrangers pour améliorer leurs performances dans les tournois internationaux.

L’Arabie saoudite, dans un stratagème qui a provoqué des débats et des moqueries, La citoyenneté a été accordée en 2017 à Sophia, un robot en forme de femme. Sophia, une imitatrice humaine, a déclaré lors d’une conférence d’investisseurs de haut niveau qu’elle était honorée d’être le premier robot à obtenir la citoyenneté saoudienne.

Le symbolisme du gimmick est renforcé par le fait que le robot, bien qu’imitant une femme, ne portait pas de coiffe ou de costume qui couvrait son corps. Le code vestimentaire pour les femmes à cette époque était très libéral.

Les Émirats arabes unis ont pris les devants en matière de libéralisation sociale dans leur quête pour rester attractifs pour les expatriés, ce qui leur permet de contrer les efforts saoudiens pour forcer les entreprises qui veulent faire des affaires avec le gouvernement saoudien à être basées dans le royaume plutôt qu’à Dubaï et à projeter le pays en tant que pays. Balise de modération.

READ  Le glacier de Yellowstone contribue pour plus de 600 millions de dollars aux économies locales ~ Missoula Stream

Les Émirats arabes unis devancent le Royaume au cours de la dernière année fait des plans Il donne aux résidents le temps de chercher un nouvel emploi s’ils se retrouvent au chômage plutôt que d’être obligés de quitter le pays immédiatement, permet aux parents de parrainer des visas pour leurs enfants jusqu’à 25 ans et assouplit les restrictions de visa pour les travailleurs indépendants, les veuves et les femmes divorcées. .

Les Émirats arabes unis ont également mis fin aux peines clémentes pour les crimes « d’honneur », levé les interdictions visant les couples non mariés à vivre ensemble et dépénalisé l’alcool. Également Réforme des lois sur le statut personnel Permettre aux étrangers vivant dans l’État du Golfe de suivre les lois de leur pays sur le divorce et l’héritage, plutôt que de les forcer à se conformer à la législation des Émirats arabes unis basée sur la loi islamique.

L’Arabie saoudite n’a pas encore adopté de réformes similaires. Pendant ce temps, le gouvernement espère renforcer les entreprises en avertissant qu’il n’attribuera pas de contrats aux entreprises qui n’auront pas déplacé leur siège régional dans le royaume d’ici 2024.

Plus de 40 entreprises Il devrait déménager à Riyad au cours de la prochaine année, selon Fahd Al-Rasheed, chef de la Commission royale pour la ville de Riyad. M. Al-Rasheed espère avoir attiré 480 entreprises d’ici 2030. Des responsables saoudiens essaieraient de le faire Convaincre environ 7000 entreprises étrangères Pour ouvrir un magasin dans le Royaume.

La concurrence pour les talents étrangers soulève des problèmes démographiques potentiellement explosifs, en particulier dans les États du Golfe qui souffrent d’un déficit de citoyenneté où plus de la moitié de la population est constituée d’étrangers. Dans une certaine mesure, les efforts des pays du Golfe pour attirer les talents étrangers répondent à des questions soulevées il y a plusieurs années par Sultan Saud Al Qasimi, un intellectuel et expert en art émirati, à une époque où aborder le sujet était tabou.

Il n’est pas surprenant que M. Al Qasimi ait suscité la controverse avant Appel à repenser les politiques restrictives de citoyenneté des Émirats arabes unis qui sont susceptibles d’exacerber plutôt que d’atténuer les problèmes à long terme associés aux déficits démographiques. Faisant écho au sentiment qui a pris de l’ampleur parmi les jeunes férus d’Internet, M. Al Qasimi a noté que les étrangers sans droits ont, au fil des décennies, contribué au succès des Émirats arabes unis.

READ  L'économie repart malgré le nombre élevé de chômeurs

« Peut-être qu’il est temps d’envisager pour eux une voie vers la citoyenneté qui ouvrira la porte aux entrepreneurs, aux universitaires, aux universitaires et à d’autres personnes qui travaillent dur et qui sont venues soutenir et nourrir le pays comme si c’était le leur », a-t-il déclaré.

Dans le même ordre d’idées, une controverse a éclaté lorsque le Qatar a accordé la citoyenneté à 23 athlètes de 17 pays avant les Jeux olympiques de Rio de Janeiro en 2016. Ils constituaient la majorité de l’équipe de 39 membres du pays du Golfe qui a remporté la toute première médaille d’or du Qatar. C’était une discussion qui a clairement montré aux Qataris qu’il n’y avait pas de solutions faciles au déficit démographique qui pourrait s’avérer insoutenable à long terme.

Les Qataris craignaient que les citoyens naturalisés ne dérangent leur chariot de pommes soigneusement conçu. L’identité du Qatar a été renforcée lorsque l’Arabie saoudite, les Émirats arabes unis, Bahreïn et l’Égypte ont annoncé un boycott diplomatique et économique de l’État du Golfe qui a été levé au début de cette année.

« Néanmoins, nous avons un problème », a déclaré un homme d’affaires qatari. « La remise de la citoyenneté rendra les choses plus difficiles. »

Un groupe dont les revendications de citoyenneté doivent être résolues avec une relative facilité est celui des Bidoon ou Bidun au Koweït et dans certains autres États du Golfe. Minorité bédouine apatride qui n’a pas demandé la nationalité au moment de l’indépendance, les Bidun se voient refuser l’accès aux services publics et vivent souvent dans une pauvreté relative.

Un étudiant utilisant le handle_Itsaja_ a déclaré sur Twitter qu’elle et d’autres étudiants étaient aussi Dimanche dernier, il a été expulsé du lycée koweïtien Al-Jahraa Quand il a été découvert qu’ils étaient Bidoon. Plusieurs étudiants ont envoyé des tweets presque identiques.

« Je suis étudiant en dernière année de sciences, j’étudie le soir, j’ai obtenu 98% l’année dernière, et Aujourd’hui je suis viré car je suis un Bidoon # Bidoon. Bien que tous les documents requis soient remplis. « 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *