Six Nations : la France met en garde après que l'Irlande, « maître », ait révélé des problèmes plus profonds

Fabien Galthie ne veut pas en parler. L'entraîneur français s'est penché dans la salle de conférence de presse du Stade Vélodrome, les yeux brillants sous ses lunettes à monture épaisse familières et se préparant aux questions dont il savait qu'elles allaient venir.

« Ce n'est pas le moment de réfléchir », a insisté Galthie après une lourde défaite en charge, une défaite 38-17 contre l'Irlande pour le coup d'envoi des Six Nations. « C'est trop frustrant d'être clair dans l'analyse. Il y a tellement de choses à revoir, tellement de choses à partager.

C'était pire en France vendredi soir, avant même l'expulsion de Paul Willems. Le poids et le punch de l'occasion du public marseillais semblaient exciter plutôt qu'exciter la salle, le chaudron bouillonnant mais ne débordant jamais avec les Bleus.

Là où l'Irlande était intelligente et sûre d'elle, la France frappait mal et défendait lâchement ; Un certain nombre d’acteurs clés, le plus surprenant peut-être, Jonathan Tandy et Gael Figo, semblaient moins que pointus. L'alignement français s'est rendu et a eu du mal à réparer la panne, permettant à l'Irlande d'avoir le ballon vif sur lequel elle prospère. Les deux entraîneurs ont minimisé l'idée selon laquelle cela représentait un semblant de rédemption en Coupe du Monde, mais là où l'Irlande semblait avoir géré efficacement sa blessure, les trébuchements de la France suggéraient que les maux de tête persistaient.

La tentation est d’en faire trop. Il n'a pas fallu longtemps pour que la presse française laisse entendre qu'il s'agissait d'un retour aux jours sombres d'avant l'arrivée de Galdi, remplis de moments de folie qui ont marqué toute une époque du rugby français. Il s'agissait néanmoins du premier match d'un long championnat et il convient de rappeler la rencontre entre deux des équipes les plus complètes d'Europe – l'Irlande, une équipe unique qui a joué un homme de mieux.

READ  Un couple français remporte une bataille juridique contre le syndrome des éoliennes | La France

« Au cours de la dernière quinzaine, nous avons imaginé notre situation et nous nous sommes préparés avec précision et intensité », suggérera plus tard Galthie. « Mais cette scène fait partie de ce jeu. L'Irlande a joué Le Nous avons joué avec 14 personnes.

« Le scénario ne nous permettait pas d'aller là où nous voulions. Pas de jeu offensif. Nous nous sommes préparés à augmenter la vitesse pour dominer les affrontements et augmenter l'intensité. L'Irlande maîtrise la leçon et jouer à 14 ne nous a pas aidé non plus. Nous devons élever notre jeu. »

Paul Willems, en France, réagit après avoir reçu un carton rouge de l'arbitre Carl Dixon

(Getty Images)

Il serait insensé de rejeter entièrement le résultat comme une sorte d’aberration. La défaite fait suite à une finale de Coupe du monde qui n'a pas répondu aux attentes, même si l'Afrique du Sud s'est plutôt bien comportée lors de la défaite en quart de finale. Galthie a peut-être de la chance de n'avoir pas fait l'objet d'un examen minutieux, la plupart des Français choisissant de rechercher des facteurs limitants au-delà de l'arbitre pour épingler leurs poupées vaudou Ben O'Keefe.

Cela ne veut pas dire que le poste d’entraîneur-chef est totalement assuré. La Coupe du Monde nationale est le point culminant de quatre années d'une approche concertée sans précédent de la part de tous les acteurs du rugby français, les 14 principaux clubs s'unissant derrière l'équipe nationale pour poursuivre un objectif commun. Khalti a eu un accès extraordinaire à un large groupe de joueurs à chaque campagne, ce qui lui a permis de renforcer sa coordination. Ce n’est plus le cas lorsque l’équipe doit endurer un calendrier de club chargé depuis son retour de la Coupe du Monde.

READ  L’Algérie renouvelle son soutien au Polisario et prend encore davantage ses distances avec le Maroc

Cela explique qu'il n'y avait pas de liaison française à Marseille vendredi soir. La théorie est qu'après avoir perdu certains chiffres après la Coupe du Monde, la France est bien placée pour continuer à pratiquer le camionnage au cours des quatre prochaines années. L'absence d'Antoine Dupont est notable – il est peu probable que le meilleur demi de mêlée que le match ait jamais vu le remplacer – mais ce n'est pas une équipe française en transition. Le manque apparent de leadership sur le terrain était frappant pour une équipe qui n’était pas en phase de croissance.

Le pilier libre Cyril Bale, le secondeur Cameron Vokey, le demi de mêlée Nolan Le Garrec et l'ailier Louis Biele-Pierre

(AFP via Getty Images)

Cela laisse la France dans une situation intéressante. Galthie a été critiqué pour ne pas avoir fait beaucoup de travail médiatique depuis la Coupe du monde, mais des commentaires significatifs ont été tenus par son nouveau patron, Florian Grill, élu président de la Fédération française de rugby (FFR) en juillet dernier. La France est en grande difficulté financière, aidée par la concurrence nationale et par des poids lourds économiques du top 14.

Ce n'est pas le cas, a expliqué Grill à L'Equipe en décembre, révélant un déficit de fonctionnement d'environ 40 millions d'euros (34 millions de livres sterling) au cours des deux dernières années. Le chiffre pour 2023/24 pourrait être de 24 millions d'euros (21 millions de livres sterling), une situation aggravée par l'indisponibilité du Stade de France.

Cela a laissé FFR en mode réduction des coûts : les charters de vols outre-mer auraient été réduits, tandis que les hôtels haut de gamme devraient également partir. Ces dernières années, la France s'est rendue sous le soleil du sud pour s'entraîner avant le Tournoi des Six Nations, l'équipe nationale étant basée dans ses locaux de Margaux, en banlieue parisienne, avant le tournoi. Le terrain d'entraînement est impressionnant, mais connaît peut-être une stagnation qui s'étend aux performances françaises.

READ  L'Algérie rappelle son ambassadeur en France | Horaires de Canberra

La France a subi une défaite catastrophique pour débuter sa campagne des Six Nations

(EPA)

Désormais, la France a encore toutes les chances de rivaliser avec ces six pays. Kaldi a suggéré qu'il y aurait peu de changements pour le voyage de la semaine prochaine à Murrayfield, son équipe étant en théorie meilleure après cette expérience marquée.

Mais il est incroyable de voir à quelle vitesse le récit a changé : après quatre années de travail de premier plan dans le domaine de la qualité et de la quantité sur et en dehors du terrain, l'écosystème complexe du rugby français est à nouveau faible. L’ancien règne des Chaldéens pourrait-il encore se terminer par la chute de la guillotine ? De tels discours sont prématurés mais le rugby français a une fois de plus des questions importantes à répondre.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *