Sommet d’Algérie : La Ligue arabe dément que des « partenaires médiatiques » aient couvert les travaux de la conférence

Ramallah : Plus de 1,8 million de citoyens palestiniens d’Israël ont exprimé leur profonde tristesse et leur frustration face à la mauvaise performance de leurs quatre partis lors des élections du 1er novembre.

Alors que les dirigeants reprochaient aux citoyens de ne pas voter, ces derniers blâmaient les premiers, qui avaient préféré se rendre aux urnes divisés après avoir rejeté les appels à l’union.

Les résultats ont montré que le rôle des représentants arabes dans le prochain parlement israélien sera minime.

L’analyste politique Faleh Habib du district israélien de Taybeh a déclaré à Arab News que les résultats ont déçu les dirigeants des partis arabes et de la communauté arabe en Israël, qui voulaient garder le chef du Likoud Benjamin Netanyahu hors du pouvoir, mais ont été déchirés par le manque de Unité lors des élections. conduit à son retour.

Habib a déclaré à Arab News : « Les partis arabes seront une opposition faible et en ruine à la Knesset (le parlement israélien), ce qui permettra à Netanyahu de mettre en œuvre plus facilement son programme et ses plans sans entraves », ajoutant que tous les partis arabes ont perdu leur influence parce que de Netanyahu, qui n’aura pas besoin de leur confiance dans leurs votes pour former son gouvernement.

Les dirigeants arabes échangent des accusations, certains blâmant la Liste arabe unie (Balad) dirigée par Sami Abu Shehadeh, à qui ils reprochent la perte de 130 000 voix, un grand nombre qui a ouvert la voie à Netanyahu pour former une coalition stable.

Bien que l’assemblée n’ait pas atteint le seuil électoral, Habib a déclaré que s’ils étaient restés avec le parti Hadash, ils auraient pu renforcer la représentation arabe à la Knesset.

READ  L'antisémitisme de Kanye West a fait ce qu'un homme anti-noir ne ferait pas. Certaines personnes ont un problème avec ça

La Liste unie dirigée par Mansour Abbas a remporté cinq sièges.

Le mouvement islamique, dirigé par Raed Salah et Kamal Al-Khatib, avait appelé les citoyens palestiniens d’Israël à ne pas participer aux élections pour des raisons religieuses, ce qui a contribué à réduire le taux de participation parmi les Palestiniens à 55-58. En revanche, le taux de participation électorale dans la société israélienne était de 71,3 %.

La Jordanie a exhorté les dirigeants du mouvement islamique à retirer la fatwa, craignant que cela n’aide au retour de Netanyahu.

Il y a deux mois, le général de division Majed Faraj, chef du renseignement de l’Autorité palestinienne, a organisé une réunion des chefs de partis arabes à Ramallah pour les unir, mais ses efforts ont échoué.

Jalal Bana, un analyste politique de la ville israélienne d’Acre, a déclaré à Arab News que l’échec des dirigeants des partis arabes affectera négativement leur avenir politique, car la frustration des électeurs arabes entraînera une baisse significative du taux de participation aux élections à venir.

Bana a déclaré que lorsque les Arabes espéraient une véritable représentation à la Knesset, ils ont largement voté pour la Liste arabe unie, leur permettant d’obtenir 15 sièges en 2029.

Lors de ces élections, les partis arabes n’ont pas présenté de projet, de vision ou de programme clair. Au lieu de cela, ils ont eu recours à l’intimidation des électeurs au sujet du retour de Netanyahu, et c’est une stratégie qui a échoué », a ajouté Bana.

Pendant ce temps, les forces israéliennes ont tué au moins quatre Palestiniens dans des incidents distincts jeudi, dont un qui a poignardé un policier à Jérusalem-Est et trois autres lors de raids israéliens en Cisjordanie occupée.

READ  «Lightyear» interdit sur 14 marchés après la controverse sur les baisers gays

Jeudi également, Israël a déclaré qu’il supprimait les points de contrôle vers et depuis la ville de Naplouse. Les restrictions sont en place depuis des semaines et Israël a réprimé la ville en réponse à un nouveau groupe armé connu sous le nom de Lair of the Lions. L’armée a mené des opérations répétées dans la ville ces dernières semaines, tuant et arrêtant de hauts responsables de l’organisation.

Les économistes disent que le siège soudain et prolongé de Naplouse a entraîné des pertes s’élevant à des centaines de milliers de dollars.

Le Premier ministre palestinien Muhammad Shtayyeh, accompagné d’une délégation d’ambassadeurs étrangers, a visité la ville de Naplouse, aujourd’hui, jeudi, pour constater l’impact du siège israélien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.