Sonatrach réitère son action COVID tout en combattant l’Algérie

Sonatrach a intensifié ses efforts pour assurer la sécurité des travailleurs en réponse au COVID-19, car l’Algérie accélère une troisième vague d’infections.

Un rapport a été diffusé décrivant les nouvelles mesures préventives signées par le PDG Tofik Hucker. L’administrateur a établi de nouvelles exigences et a approuvé le programme de vaccination.

Il y a eu une « résurgence inquiétante » de COVID-19 sur les sites et les installations de Sonatrock. Les travailleurs qui ne respectaient pas les règles d’exclusion sociale et portaient des masques ont conduit à la hausse.

Sonatrach a arrêté les déplacements, les formations en présentiel et les réunions en présentiel. L’entreprise a renvoyé les stagiaires chez eux pour le mois d’août.

Sonatrach a souligné l’importance de porter un masque. Le rapport a averti que les employés qui ne respectent pas ces règles seront condamnés à une amende. Les sous-traitants qui ne portent pas de masques peuvent être licenciés ou leurs entreprises peuvent perdre des contrats.

Cette décision intervient alors que l’Algérie fait face à une crise sanitaire. Au 26 juillet, 1 500 cas du gouvernement du 19e siècle ont été signalés dans le pays. Il y avait Défis liés à la sécurisation des bouteilles d’oxygène.

Vaccin

L’Algérie a lancé en juillet sa propre campagne de vaccination, délivrée par ses unités médicales. Les vaccins ne sont pas obligatoires, selon le rapport cette semaine. Mais Sonatrack les considère comme « le meilleur moyen de lutter contre le virus avec la distance sociale ».

Hawker « a appelé tous les travailleurs et entrepreneurs à se faire vacciner dès que possible ». Sonatrach a également fait des efforts pour lutter contre la désinformation entourant le vaccin.

READ  Séisme de magnitude 3,1 à 8 km au sud-est de Vance, France

L’Algérie a eu du mal à fournir des vaccins à ses citoyens, plus que nécessaire. On ne sait pas combien de vaccins le pays a distribués, ni comment Sonatrach a acheté les marchandises. L’Algérie a reçu la dose de 2,4 millions de Sinovak de la Chine le 23 juillet.

L’Algérie a fermé ses frontières en mars, mais a commencé à rouvrir en juin. Le 24 juillet, le gouvernement a restructuré le couvre-feu sur 35 côtes.

L’Institut Pasteur d’Algérie (IPA) a déclaré que la variation delta avait entraîné les dernières vagues. Cela était dû à 70% des cas à la mi-juillet.

Recommandé pour vous

Secunda déploie les vaccins Sasol avant la maintenance

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *