Sparks fly comme pronom neutre inclus dans le dictionnaire français

PARIS (Associated Press) — C’est un pronom neutre qui prouve tout sauf : un pronom non binaire ajouté à un dictionnaire français respecté a déclenché une violente dispute linguistique dans le pays.

Le Petit Robert a présenté « iel » – une fusion de « il » (il) et « elle » (elle) – dans sa version en ligne le mois dernier. Si le terme gagne en popularité auprès des jeunes, il est encore loin d’être largement utilisé, voire compris, par de nombreux francophones.

Bien que le changement soit d’abord passé inaperçu, un débat tumultueux a éclaté cette semaine dans un pays qui est fier de sa tradition des droits de l’homme mais qui protège aussi farouchement son patrimoine culturel des ingérences étrangères. Dans un camp se trouvent les traditionalistes, y compris certains dirigeants politiques, qui critiquent cette décision comme un signe que la France penche vers une idéologie de « réveil » à l’américaine. Dans l’autre, il y a une nouvelle génération de citoyens qui adoptent le non-dualisme comme norme.

« Il est très important que les dictionnaires incluent le pronom ‘iel’ dans leurs références car il reflète comment l’utilisation du terme est maintenant acceptée », a déclaré Dora Simone Claude, une doctorante de 32 ans qui s’identifie à « iel ». « 

« C’est aussi une manière d’affronter l’Académie française, qui reste dans son coin conservateur et continue d’ignorer et de mépriser les utilisateurs de la langue française », ont-ils ajouté.

Le ministre de l’Éducation Jean-Michel Blanquer n’est pas dans le même camp. Il s’est adressé mercredi à Twitter pour déclarer que « l’écriture inclusive n’est pas l’avenir de la langue française ». L’ancien professeur de droit de 56 ans a averti que les écoliers ne devraient pas utiliser « iel » comme terme valide malgré son inclusion dans Le Robert, considéré comme une référence linguistique sur le français depuis 1967.

READ  Nécrologie Michael Hudgens (2021) - Rapid City, SD

François Jolivet, député du parti centriste du président Emmanuel Macron, a également exprimé son aversion. Il a suggéré que les pronoms non binaires sont un signe troublant que la France adopte une idéologie de « réveil ».

Jollivet a écrit une lettre au bastion de la langue française, l’Académie française, vieille de 400 ans, affirmant que « la campagne unilatérale de Le Robert est une ingérence idéologique claire qui sape notre langue commune et son influence ».

Le directeur général des éditions Le Robert, Charles Pimpant, a pris la défense du dictionnaire mercredi dans un communiqué. Loin de dicter les termes à utiliser, a-t-il déclaré, Le Petit Robert a clarifié le sens du mot et est maintenant de plus en plus répandu dans tout le pays.

Puisque « le sens du mot iel ne peut être compris en le lisant seul », a déclaré Pimpinet, « il nous semble utile d’attribuer son sens à ceux qui le rencontrent, qu’ils veuillent l’utiliser ou… le rejeter ».

« Le travail de Robert est de surveiller et de rendre compte de l’évolution d’une langue française changeante et diversifiée », a-t-il déclaré.

En 2017, l’Académie française a averti que les mesures visant à rendre le français plus neutre en termes de genre créeraient « une langue décousue, avec des expressions divergentes, qui pourrait créer une confusion presque illégale ».

Les langues genrées telles que le français sont considérées comme un obstacle particulier pour les partisans des termes non binaires, car tous les noms sont classés comme masculins ou féminins, contrairement à l’anglais.

Tous les pays européens n’avancent pas à la même vitesse que la France. En Grèce, où tous les noms n’ont pas deux, mais trois types possibles, il n’y a pas de pronom informel informel, mais les groupes qui le soutiennent suggèrent l’utilisation de « ça ».

READ  L'Algérie et le Nigeria qualifiés pour les éliminatoires de la Coupe du monde

En Espagne, après que l’ancienne vice-première ministre et féministe Carmen Calvo ait demandé conseil à l’Académie royale espagnole sur l’utilisation d’un langage inclusif dans la constitution, sa réponse l’année suivante a été limpide : « langage inclusif » signifie « l’utilisation du langage masculin pour se réfèrent aux hommes et aux femmes.

___ Les rédacteurs d’Associated Press Arno Pedram à Paris, Derek Gatopoulos à Athènes, Grèce, et Alberto Ars à Valbuena, Espagne ont contribué

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *