Surprise – encore une fois ! Le vaisseau spatial de la NASA révèle que l’astéroïde Bennu n’est pas ce qu’il semblait

Le vaisseau spatial OSIRIS-REx de la NASA quitte la surface de l’astéroïde Bennu après avoir collecté un échantillon. Crédit : Centre de vol spatial Goddard de la NASA/CI Lab/SVS

Les scientifiques ont appris quelque chose d’incroyable après avoir analysé les données recueillies lors de[{ » attribute= » »>NASA’s OSIRIS-REx spacecraft collected a sample from asteroid Bennu in October 2020. The spacecraft would have sunk into the asteroid had it not fired its thrusters to back away immediately after it grabbed its sample of dust and rock from Bennu’s surface.

“Our expectations about the asteroid’s surface were completely wrong.” — Dante Lauretta, principal investigator of OSIRIS-REx

Unexpectedly, it turns out that the particles making up Bennu’s exterior are so loosely packed and lightly bound to each other that if a person were to step onto the asteroid they would feel very little resistance. It would be like stepping into a pit of plastic balls that are popular play areas for kids.

“If Bennu was completely packed, that would imply nearly solid rock, but we found a lot of void space in the surface,” said Kevin Walsh, a member of the OSIRIS-REx science team from Southwest Research Institute, which is based in San Antonio.

NASA's OSIRIS REx Spacecraft Surface of Asteroid Bennu

Side-by-side images from NASA’s OSIRIS-REx spacecraft of the robotic arm as it descended towards the surface of asteroid Bennu (left) and as it tapped it to stir up dust and rock for sample collection (right). OSIRIS-REx touched down on Bennu at 6:08 pm EDT on October 20, 2020. Credit: NASA’s Goddard Space Flight Center

The latest findings about Bennu’s surface were published on July 7, 2022, in a pair of papers in the journals Science and Science Advances, led respectively by Dante Lauretta, principal investigator of OSIRIS-REx, based at University of Arizona, Tucson, and Kevin Walsh. These surprising results add to the intrigue that has gripped scientists throughout the OSIRIS-REx mission, as Bennu has proved consistently unpredictable.

The first surprise the asteroid presented was in December 2018, when NASA’s spacecraft arrived at Bennu. The OSIRIS-REx team found a rough surface littered with boulders instead of the smooth, sandy beach they had expected based on observations from Earth- and space-based telescopes. Reasearchers also discovered that Bennu was ejecting particles of rock from its surface into space.

“Our expectations about the asteroid’s surface were completely wrong,” said Lauretta.

The latest clue that Bennu was not what it seemed came after the OSIRIS-REx spacecraft picked up a sample and beamed stunning, close-up images of the asteroid’s surface to Earth. “What we saw was a huge wall of debris radiating out from the sample site,” Lauretta said. “We were like, ‘Holy cow!’”


L’astéroïde géocroiseur Bennu est un tas de décombres de rochers et de rochers laissés par la formation du système solaire. Le 20 octobre 2020, le vaisseau spatial OSIRIS-REx de la NASA a effectué un bref atterrissage sur Bennu et a collecté un échantillon pour le retour sur Terre. Au cours de cet événement, le bras du vaisseau spatial s’est enfoncé dans l’astéroïde plus profondément que prévu, confirmant que la surface de Bennu est lâchement liée. Maintenant, les scientifiques ont utilisé les données d’OSIRIS-REx pour revisiter l’événement d’échantillonnage et mieux comprendre comment les couches supérieures lâches de Bennu se tiennent ensemble. Crédit : Centre de vol spatial Goddard de la NASA/CI Lab/SVS

Les scientifiques de la mission ont été déconcertés par la multitude de cailloux éparpillés, compte tenu de la finesse du vaisseau spatial à la surface. Encore plus étrange, le vaisseau spatial a laissé un grand cratère de 26 pieds (8 mètres) de large. « Chaque fois que nous avons testé la procédure de prélèvement d’échantillons en laboratoire, nous pouvions à peine faire une crevaison », a déclaré Loretta. L’équipe de la mission a décidé que Renvoyez le vaisseau spatial Pour prendre plus de photos du toit de Benno « pour voir à quel point nous avons fait du chaos », a déclaré Loretta.

Les chercheurs ont analysé le volume de débris visible avant et après les images du site d’échantillonnage, surnommé « Rossignol. Ils ont également examiné les données d’accélération recueillies au cours atterrissage de vaisseau spatial. Ces données ont révélé que lorsque OSIRIS-REx a touché l’astéroïde, il a rencontré la même quantité de résistance – très peu – qu’une personne ressentirait en appuyant sur le piston d’une cafetière à pression française. « Au moment où nous avons lancé nos propulseurs pour quitter la surface, nous étions encore en train de s’enfoncer dans l’astéroïde », a déclaré Ron Blose, scientifique OSIRIS-REx au Johns Hopkins Applied Physics Laboratory à Laurel, Maryland.

Blues et l’équipe de recherche ont exécuté des centaines de simulations informatiques pour déduire la densité et la cohérence de Bennu sur la base d’images d’engins spatiaux et d’informations d’accélération. Les ingénieurs ont modifié les propriétés de cohésion de surface dans chaque simulation jusqu’à ce qu’ils trouvent la propriété qui correspond le mieux à leurs données réelles.

particules de benno d'astéroïdes

Cette vue de l’astéroïde Bennu éjectant des particules de sa surface le 19 janvier 2019 a été créée en combinant deux images prises à bord du vaisseau spatial OSIRIS-REx de la NASA. D’autres techniques de traitement d’image, telles que le recadrage et le réglage de la luminosité et du contraste de chaque image, ont également été appliquées. (Crédit : NASA/Goddard/Université de l’Arizona/Lockheed Martin)

Désormais, ces informations précises sur la surface de Bennu pourraient aider les scientifiques à mieux interpréter les observations à distance d’autres astéroïdes, ce qui pourrait être utile pour concevoir de futures missions d’astéroïdes et pour développer des moyens de protéger la Terre des collisions d’astéroïdes.

Il est possible que des astéroïdes comme Bennu – à peine maintenus ensemble par la gravité ou la force électrostatique – se désintègrent dans l’atmosphère terrestre et posent ainsi un autre type de danger que les astéroïdes solides. a déclaré Patrick Michel, scientifique OSIRIS-REx et directeur de recherche au Centre national de la recherche scientifique de l’Observatoire de la Côte d’Azur à Nice, France.

Références:

« Collection d’échantillons d’engins spatiaux et exploration souterraine de l’astéroïde (101955) Bennu » par D.S. Lauretta, CD Adam, A.J. Allen, R.-L. Blues, O. S. Barnouin, K. J. Becker, T. Becker, CA Bennett, E. B. Bierhaus, B. J. Bos, R. D. Burns, H. Campins, Y. Cho, P. R. Christensen, ECA Church, B. E. Clark, HC Connolly, MG Daly, DN DellaGiustina, C. Y. Drouet d’Aubigny, J. P. Emery, H. L. Enos, S. Freund Kasper, J. B. Garvin, K. Getzandanner, D. R. Golish, V. E. Hamilton, C. W. Hergenrother, H. H. Kaplan, L. P. Keller, E. J. Lessac-Chenen, A. J. Liounis, H. Ma , L.K. McCarthy, BD Miller, M.C. Moreau, T. Morota, D.S. Nelson, JO Nolau, R. Olds, M. Pajola, J.Y. Pelgrift, AT Polit, MA Ravine, DC Reuter, B. Rizk, B. Rozitis, A.J. Ryan , E.M. Suhr, N.; Sakatani, J. A. Seabrook, S. H. Selznick, M. A. Skin, AA Simon, S. Sugita, K. J. Walsh, M. M. Westerman, CW chez Woolner WK Yumoto, 7 juillet 2022, les sciences.
DOI : 10.1126 / science.abm1018

« Cohésion proche de zéro et emballage lâche du sous-sol proche de Bennu révélé par le contact du vaisseau spatial » Par Kevin J. Walsh, Ronald Louis Balloz, Erica R. Gawain, Chrisa Avdelido, Olivier S. Barnwen, Karina A. Bennett, Edward B. Beerhouse, Brent J. Boss, Saverio Campione, Harold C. Connolly, Marco Delpo, Daniela N. Delagostina, Joseph de Martini, Joshua B. Michelle, Michael C. Nolan, Ryan Olds, Benjamin Rosetis, Derek C. Richardson, Bashar Rizk, Andrew J. Ryan, Paul Sanchez, Daniel J. Sherry, Stephen R. Schwartz, Sanford H. Selznick, Yoon Chang et Dante S. Loretta, 7 juillet 2022 Disponible ici. progrès scientifique.
DOI : 10.1126 / sciadv.abm6229

Le Goddard Space Flight Center de la NASA fournit une gestion complète de la mission, l’ingénierie des systèmes, la sécurité et l’assurance de la mission pour OSIRIS-REx. Dante Loretta de l’Université d’Arizona, Tucson, est le chercheur principal. L’université dirige l’équipe scientifique et planifie l’observation scientifique et le traitement des données de la mission. Lockheed Martin Space Corporation de Littleton, Colorado a construit le vaisseau spatial et assuré les opérations de vol. Goddard et KinetX Aerospace sont responsables de la navigation du vaisseau spatial OSIRIS-REx. OSIRIS-REx est la troisième mission du programme New Frontiers de la NASA, qui est géré par le Marshall Space Flight Center de la NASA à Huntsville, en Alabama, pour la Direction des missions scientifiques à Washington.

READ  Les scientifiques ont peut-être résolu l'ancienne énigme du `` premier ordinateur '' Astronomie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.