Total de la France face à la pression des projets climatiques lors d’une réunion investisseurs

Alors que les sociétés pétrolières et gazières mondiales sont soumises à une pression environnementale croissante, plusieurs actionnaires de gros (TOTF.PA) prévoient de démontrer leurs préoccupations lors de sa réunion des actionnaires de vendredi selon laquelle il ne suffit pas de contrôler les émissions de carbone.

L’Agence internationale de l’énergie a averti que les nouveaux projets de combustibles fossiles doivent être arrêtés cette année si le monde veut atteindre des émissions nettes de carbone nulles d’ici le milieu de ce siècle, ce qui est beaucoup plus rapide que jamais pensé par les producteurs de pétrole.

Dans l’ensemble, il a été confronté à des appels d’investisseurs en croissance ces dernières années pour fixer des objectifs ambitieux en matière de changement climatique, sollicitant le soutien des parties prenantes pour atteindre ses objectifs environnementaux, y compris atteindre la neutralité carbone d’ici 2050.

Mais un certain nombre d’investisseurs français et internationaux, dont Misert Asset Management (AM), BME, OFI, Ircontech, La Francois, Sycamore et Actium, ont déclaré à Reuters qu’ils prévoyaient de voter contre la résolution ou non.

Au-delà de ces investisseurs détenant ensemble une petite partie des actions de Total, l’étendue de l’insurrection n’était pas immédiatement claire. Les initiatives précédentes visant à atteindre l’ensemble de ses objectifs climatiques n’ont pas été suffisamment soutenues pour modifier ses plans.

Le plus grand investisseur de Total, Amundi, et son quatrième actionnaire, le Norwegian Oil Fund, ont déclaré lors de la réunion de cette semaine qu’ils prévoyaient de soutenir le projet.

Dans l’ensemble, jeudi, il a déclaré qu’il ne voulait pas commenter les motifs du vote avant son AGA.

READ  Gimpios et Vénus se mélangent et s'associent à Wimbledon

L’ampleur de la révolte sera étroitement surveillée pour déceler tout signe susceptible d’inciter le Conseil d’administration à agir.

Cette semaine, un petit hedge fund a donné un coup dur à Exxon Mobil (XOM.N) en sélectionnant au moins deux membres de l’équipe dans le but de forcer l’entreprise à faire plus sur le changement climatique. Lire la suite

Shell (RDSa.L) et BP (BP.L) ont été confrontées à un recul accru lors des récentes AGA, qui ne sont pas suffisantes pour restructurer leurs plans d’affaires en passant à une économie à faible émission de carbone comme prévu dans l’Accord de Paris de 2015 sur le changement climatique. Lire la suite

Il a tout un tas de nouveaux projets et prévoit d’augmenter la production de gaz dans les années à venir, et est également impliqué dans le développement de nouveaux projets dans l’Arctique et en Afrique de l’Est.

«Avec le rythme actuel de la production et des investissements dans les combustibles fossiles, on ne sait pas comment il atteindra ses objectifs, ce qui est bien plus que les énergies renouvelables», a déclaré Actium.

Climate Action 100+, le premier groupe d’investisseurs au monde, s’est concentré sur l’incitation des gros émetteurs à accélérer leurs efforts, affirmant que le total n’était pas encore suffisant.

Il cherche également à obtenir l’approbation des actionnaires pour se renommer Total Energies, ce qui reflète sa volonté de produire de l’électricité et d’investir dans les énergies renouvelables.

Nos standards: Principes de la Fondation Thomson Reuters.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *