Trevor Hancock : Le coût humain et environnemental de « l’extractivisme » obsédé par la croissance

Les humains ont extrait des ressources pendant des milliers d’années, mais le volume d’extraction aujourd’hui est énorme et souvent non durable

Le rapport du New Club of Rome, Land for All, aborde les deux plus grands défis auxquels l’humanité est confrontée : la triple crise environnementale massive et rapide du changement climatique, la perte de biodiversité et la pollution – auxquelles j’ajouterais l’épuisement des ressources – et la crise sociale des inégalités massives .

Surtout, il relie ces deux crises à une source commune : l’économie extractive néolibérale obsédée par la croissance. En conséquence, une grande partie de l’accent du rapport est sur la nécessité de « transformations économiques sans précédent en une seule génération – en fait, en une seule décennie ».

Alors que le terme « extractivisme » est utilisé plus souvent dans l’analyse critique des échecs de notre système économique, ce n’est peut-être pas un concept largement compris.

En bref, nous avons un système économique qui extrait des ressources naturelles renouvelables et non renouvelables – souvent avec beaucoup de dommages environnementaux locaux et même régionaux ou mondiaux – puis les transforme, les distribue, les utilise – encore une fois, fait souvent plus de dommages environnementaux – et les élimine finalement, entraînant plus de dégâts.

Mais l’extractivisme a aussi un coût social et humain. Trop souvent, les ressources sont extraites par de grandes sociétés multinationales dans des pays à faible revenu ou des communautés défavorisées où les protections pour les travailleurs, les communautés et l’environnement sont laxistes, mal appliquées ou minées par la corruption.

Par conséquent, alors qu’il vise ostensiblement à créer un développement local, le processus peut perpétuer la pauvreté et les mauvaises conditions de vie, tout en causant des dommages environnementaux locaux.

READ  L'économie des plastiques recyclés s'étend avec le nouveau polyéthylène "circulaire" de Chevron Phillips Chemical

Les humains ont extrait des ressources pendant des milliers d’années, mais le volume d’extraction est aujourd’hui énorme et souvent non durable. Il est bien représenté par l’empreinte écologique, qui exprime notre utilisation des ressources et la production de pollution (en particulier, le dioxyde de carbone) en termes de quantité de terres biologiquement productives nécessaires pour soutenir cette activité.

Cela comprend notre utilisation des terres cultivées et des pâturages, des terres forestières, des terrains de chasse et des terrains bâtis, ainsi que la quantité de terres nécessaires pour absorber les émissions de dioxyde de carbone. C’est plutôt un euphémisme, car il ne mesure pas d’autres formes de pollution, ni ne reflète la perte de biodiversité.

Le dernier rapport du Global Footprint Network et de l’Université York contient des données jusqu’en 2018.

Globalement, nous avons utilisé au moins 1,8 fois la superficie de terres biologiquement productives disponibles, généralement exprimée en 1,8 de terres ; Ce n’est clairement pas durable.

Mais la demande de terres varie, avec 1,1 milliard de personnes dans 48 pays à revenu élevé utilisant en moyenne 3,8 % de la terre, tandis que 950 millions de personnes dans 36 pays à faible revenu n’utilisent que 0,7 % de la terre.

Le Canada a l’une des plus grandes empreintes, à 5,1 terres. En d’autres termes, nous utilisons 5,1 fois notre juste part de la capacité et des ressources biologiques de la Terre.

Pendant ce temps, près d’un milliard de personnes dans les pays à faible revenu n’ont pas le développement économique et social nécessaire pour répondre aux besoins humains fondamentaux de tous. Les auteurs de Earth For All soulignent clairement que « les pays à faible revenu doivent faire croître leur économie », ajoutant que cela peut être fait de manière écologiquement durable.

READ  Un ministre italien met en garde contre la crise de la fin de l'hiver si la Russie arrête le gaz

Dans le même temps, il va sans dire que les pays à revenu élevé – et à cet égard, les 47 pays à revenu intermédiaire supérieur (comme l’Algérie, le Belize, les Fidji ou la Malaisie) avec une empreinte terrestre moyenne de 2,2 – doivent réduire leur empreinte; Dans le cas du Canada, de 80 %.

Bien que cela puisse sembler intimidant, il convient de noter que 65 % de l’empreinte du Canada est attribuable à nos émissions de carbone, ce qui est une autre raison pour laquelle une transition rapide vers un système énergétique à faible émission de carbone et à zéro bilan est essentielle.

Passer à un régime pauvre en viande réduirait également considérablement notre empreinte, tout en améliorant notre santé. Alors, disent les auteurs du rapport, c’est possible.

Les « Cinq grandes transformations » proposées dans Earth For All visent à « réduire les impacts physiques injustes et inutiles », tout en veillant à ce que le reste du monde – les 3,8 milliards de personnes en dehors des pays à revenu élevé et intermédiaire – aient un partage équitable des ressources de la Terre Elle est en mesure de répondre aux besoins du développement humain et social.

Je décrirai les trois « grands changements » ciblant la pauvreté, l’inégalité et l’égalité des sexes la semaine prochaine.

Mais notre rôle, au niveau national, doit être de réduire notre empreinte environnementale – en particulier notre empreinte carbone et alimentaire – tout en soutenant les politiques fédérales qui favorisent un développement juste et propre dans les pays à faible revenu.

READ  Les candidats du gouverneur de l'Arizona 2022 discuteront des emplois et de l'économie

[email protected]

Le Dr Trevor Hancock est professeur émérite et chercheur principal à l’École de santé publique et de politique sociale de l’Université de Victoria.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.